Politique: Un autre exemple de la désinformation en France.

Publié le 27 Août 2009

Voila encore un exemple de la désinformation à outrance qui est mené dans ce pays, Paul Girot de Langlade Préfet de son état est  accusé d'avoir tenu des propos racistes contre des agents de sécurité de l'aéroport d'Orly.

 

Et puis  s’envoyer  un Préfet cela a de la gueule messieurs! Cela montre que l’on n’a pas peur du pouvoir, que l’on est puissant bref, il faut mordre de l’agent d’état, tous les agents de l’état et particulièrement ceux de la police dont chacun sait qu’ils sont d’horribles pourfendeurs des libertés et des racistes en puissance armés de leurs terribles armes au balles de gomme! Imaginez, se faire un Préfet! Belle aubaine mais pauvre France.

Comme tout le monde au premier contact avec l’information, je me suis dit "Pour qui il se prend se Préfet ? Pour un roitelet, un émir ? " Puis, au fur et à mesure que le temps passa et que l’information se déganta, je me suis aperçu que l’affaire n’est qu’une baudruche.
Entre temps, le CRAN qui ne représente que lui-même fait profil bas.
Le MRAP, que certains sur le net, appellent Mouvement  Religieux d’Allégeance au Prophète a baissé d’un ton.

Je regrette cependant que ce conflit se porte désormais entre le Préfet lui-même et son Ministre de l’Intérieur Monsieur Brice Hortefeux. Ce qui fait les délices d’une gauche extrême très friande de ces joutes internes.


Quoiqu’il en soit, Voici le deux versions (contradictoires) des propos tenus

Pressé et accompagné par une hôtesse d'Air France, le préfet arrive au contrôle de sécurité, vide ses poches, passe sous le portique. Il bipe. L'agent de Securitas (agence privé) lui demande de repasser sous le portique. A partir de là, les versions divergent :

Le préfet reconnaît s'être un peu emporté, agacé par la lenteur du contrôle et redoutant de rater son avion, ainsi qu'il le précise au Parisien :

« Au contrôle de sécurité, les agents ont été agressifs d'entrée de jeu. J'ai vidé le contenu de mes poches, mais j'ai omis d'enlever mon appareil photo porté à la ceinture. Dès que le portique a sonné, j'ai signalé cet oubli et j'ai tendu l'appareil. Les agents ne savaient plus quoi faire, c'était n'importe quoi, j'ai été bousculé. »

D'après les témoignages des agents présents, Paul Girot de Langlade aurait alors jeté ses objets personnels à la tête d'un agent, en s'énervant. Puis il aurait tenu les propos suivants :

« Dépêchez-vous ! », puis « On se croirait en Afrique ici ! » et « De toute façon, il n'y a que des Noirs ici ! »

 

Version de l'intéressé, toujours dans Le Parisien :

« Je n'ai rien jeté vers qui que ce soit et je n'ai rien dit sur la couleur de peau des agents. J'ai simplement déclaré : “ Avec une gestion pareille, on se croirait en Afrique ! ” comme j'aurais dit : “ On se croirait en Asie ou en Amérique ”, si ce contrôle avait été effectué correctement et avec rigueur. Or, ils ont fait n'importe quoi ! Outrée par l'attitude des agents, l'hôtesse m'a présenté ses excuses et a dit qu'elle ferait un rapport pour demander un blâme. La scène a été filmée par les caméras. Ce film conforte ma version. »

En attendant, le préfet reste suspendu de ses fonctions à « titre conservatoire », en attendant la fin de l'enquête judiciaire.

Alors qu'il a toujours nié avoir tenu des propos racistes, l'ancien officier (Saint-Cyrien, il a servi quinze ans sous les drapeaux avant d'intégrer la préfectorale) admet aujourd'hui s'être emporté.

De cette affaire banale, certains en font une affaire d’état.

Au moment ou le Parti Socialiste est en déliquescence, ou le Parti Communiste n’est plus qu’un croupion (celui du PS ?), ou les Verts confondent leur aura avec celui de Daniel Cohn Bendit,  le MoDem ne sait plus qu'il est et où, comme d’habitude, les z’associations de défense et de lutte contre tout et son contraire ne représentent plus qu’eux-mêmes, les français sont las.
Ils sont fatigués des gesticulations habituelles de ces morts vivants. De ces cadavres politiques qui bougent encore ! C’est affligeant de constater le niveau des idées politiques en France.  Tous contre Nicolas Sarkozy y compris en faisant les poubelles de l’aéroport d’Orly

Gérard Brazon
sur un lien de Rue 89

Immédiatement, dans un élan de courage, le MRAP et le CRAN foncent sur la bête immonde, sur l’objet du délit bref, sur le Préfet Girot de Langlade accusé, de facto, de racisme primaire. (C’est plus facile que d’aller manifester devant les ambassades d’Arabie Saoudite et d’Iran  lors de la condamnation au fouet d’une grand-mère ou lors de la pendaison d’homosexuels ou de femme accusées d’adultère)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article