Religion: Les dégats du ramadan sur la société! Peut-on en parler?

Publié le 9 Septembre 2009

J'ai trouvé ce texte de Lucette Jeanpierre du site Riposte laïque donnant son opinion sur le ramadan. Je l'édite parce que hier midi au restaurant, je me suis un peu fâché avec une serveuse d'origine marocaine qui se plaignait de sa fatigue. Par politesse je lui avais suggéré de se reposer mais elle me répondit qu'elle était fatiguée du fait qu'elle faisait le ramadan et quie c'était dur! Je lui est certainement manqué de respect en lui répondant qu'elle n'était pas obligé de la faire! Je faisais référence au propos d'un imam de Marseilles qui disait que le ramadan pouvait être interrompu suite à une remise en cause de sa santé! Mais, à cela, elle me répondit que ce n'était donc pas un imam car, c'est écrit dans le Coran et alors il faut le faire!  
Je ne lui ai pas demandé ce qu'elle ferait si le Coran lui avait dit de se couper la gorge à 45ans. Je rompis le débat car autant d'"abnégation" pour être poli voire d'"osbcurantisme" dans notre pays en 2009 m'a effaré! 
Gérard Brazon 

Texte d'une femme de caractère: Lucette Jeanpierre
Le Figaro, par Cécilia Gabizon, (1) publie un article estimant qu’environ 70 % des musulmans vivant en France jeûneraient pendant le ramadan.
Considérons la version optimiste du chiffrage, et espérons que les musulmans recensés sont ceux qui peuvent faire le ramadan, et pas les enfants, les vieillards, les femmes enceintes ou les malades, qui en sont dispensés.

Je trouve ce chiffre épouvantable, dramatique, consternant et effrayant. Je suis effaré que dans un pays où la raison l’a emporté sur l’obscurantisme, 70 % des musulmans trouvent bon, un mois consécutif, de refuser toute nourriture, toute boisson, tout rapport sexuel de 5h 15 du matin à 21 heures. Je trouve effrayant que les étudiants sacrifient la qualité de leurs études à une pratique dangereuse pour leur santé. Je trouve insupportable que les entreprises françaises subissent les conséquences, notamment l’après-midi, de l’affaiblissement de leurs salariés, et doivent adapter leurs rythmes de travail à une pratique religieuse. Je trouve dramatique pour le voisinage qui n’est pas musulman de devoir subir, la nuit, pendant un mois, la vie nocturne souvent bruyante de voisins qui se rattrapent des frustrations quotidiennes.

 Je serai curieuse d’avoir des statistiques sur le nombre de musulmans qui vont aux urgences, ou qui doivent se voir prodigués des soins, dans cette période… J’aimerais d’autre part de connaître les conséquences de la pratique du ramadan pour la Sécurité sociale, les mutuelles et les assurances (troubles digestifs, syncopes, accidents dus au manque de vigilance ou à la nervosité, etc.)

De même serait-il intéressant de connaître la proportion de ceux qui font le ramadan par conviction, et ceux qui le font sous la contrainte et les menaces. J’ai le souvenir du fils d’une amie d’origine algérienne, très typé, qui ne disait pas à sa mère qu’il ne mangeait pas à la cantine, et qu’il allait manger un sandwich, en cachette, dans un café éloigné de l’école. Je me souviens également de cette camarade communiste algérienne, qui me disait son angoisse, à chaque année du ramadan, de se faire insulter par des morveux de 10 ans parce qu’elle fumait sa cigarette, à dix heures du matin, et qu’elle buvait son café.

Je trouve, dans ce contexte, pathétique et minable la dhimmitude de nombreux élus, qui, croyant acheter les bonnes grâces des électeurs musulmans, leur souhaitent un bon ramadan, quand ils ne leur ouvre pas des espaces municipaux, comme au Bourget (2).

 

J’aurais exactement la même réaction si j’apprenais que 70 % des catholiques se mettent à manger du poisson le vendredi, et refusent toute autre viande. Je serais autant consternée si je lisais que 70 % des catholiques choisissent à nouveau d’arriver vierges au mariage, pour respecter la Bible. Et je serais autant épouvantée s’il s’avérait qu’une pratique obscurantiste et moyenâgeuse gagne du terrain, en France, pays des Lumières.

Je trouverais que cela est une régression, justement parce que les catholiques se sont majoritairement débarrassés des recommandations archaïques de la Bible, et ont su s’adapter aux réalités du 21e siècle, alors que nombre de musulmans, qui commençaient à s’émanciper de ces sornettes dans les années 1970-1980, retombent dans des pratiques moyenâgeuses.

Je trouve que le message véhiculé par les jeunes musulmans qui pratiquent le ramadan est davantage tourné vers le repli communautariste que vers l’intégration, davantage vers le passé que vers l’avenir. Il est exactement dans la lignée de la progression du voile et de la burqa.

Le ramadan se traduit-il, de la part de ceux qui le pratique, par des comportements plus paisibles, dignes de la religion d’amour, de paix et de tolérance dont il se réclame ? Manifestement, ce n’est pas le cas en région lyonnaise, où quelques disciples du prophète ont reproché, dès le premier jour, à un commerçant d’oser vendre du porc !

La pratique du ramadan s’apparente à une stratégie de conquête, visant à nous imposer l’islam, sa vue et ses pratiques rétrogrades.

Et après, la Halde ira crier à la discrimination raciste, quand des chefs d’entreprise hésitent à embaucher une personne qui risque de ne pas manger ni boire, dans la journée, pendant un mois de l’année...

Lucette Jeanpierre

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article