La misère africaine, l'hypocrisie des dirigeants africains, les curieuses complicités occidentales!

Publié le 9 Septembre 2009

Lors d’un déjeuner avec mon ami Moussa Ghanem Président d’Amitié Franco-Libanaise de Puteaux, je fus présenté à Monsieur Papa Sagna Mbaye Maire de PIKINE, une ville d’un million et demi de citoyen.  En fait, Pikine est la deuxième ville en importance au Sénégal ! Quel ne fût pas mon étonnement d’entendre un discours pragmatique, concret expliquant les raisons d’une misère de l’Afrique et du Sénégal en particulier !

Monsieur Sagna Mbaye est confronté aux réalités et n’est pas dans la posture du quémandant loin de là. Il ne fait pas la manche surtout pas. Il explique ses choix, ses difficultés et demande de l’écoute. Il raconte sa ville sans dramatiser, en gestionnaire d’une ville d’importance!

En France, nous sombrons souvent dans le misérabilisme, dans le discours d’apitoiement sur le pauvre africain issu d’un continent riche incapable d’émerger sur la scène économique mondiale mais à contrario, se transformant en idéal prolétaire pour les gauchistes français! Ce discours, pseudo humaniste et pleurnichard, véhiculé par cette gauche-caviar a envahi les esprits et les mentalités si ce n’est les schémas de pensées français. Quand ce n’est pas par une vraie culpabilisation de toute une génération !

L’enfer est pavé de bonne intention dit-on et le fait de flageller comme le font en permanence nos donneurs de leçons ne rend pas plus riche et indépendant l’africain qui ne peut même pas, être moyen, puisqu’en Afrique, vous êtes immensément riche ou atrocement pauvre !

Outre les dirigeants, Ambassadeurs, Ministres et Présidents fortunés qui orientent les flots des revenus vers des comptes en banque européens et d’ailleurs il y a aussi, ces donneurs de leçons, médecins, chirurgiens, professeurs, ingénieurs, architectes issus de l’Afrique ! Ils ont fait des études en France ou ailleurs et ont fait le choix de rester en France !  Pourquoi leur en vouloir d’ailleurs ? Ils sont humains et il faudrait une bonne dose d’abnégation et de sacrifice pour abandonner une vie confortable pour une vie dans les baraques ou les bidonvilles de l’Afrique.

- Je connais un peu cette Afrique pour avoir été à Bamboloulou, un bidonville de Mombassa au Kenya ou l’eau potable ne sort que d’un tuyau à certaines heures, dirigé par une chef de tribu, touché des mains d’enfants si abimés ou tellement rugueuse que l’on n’ose regarder ce que l’on touche, croisé des regards ou se mêlaient, à la fois, la haine et l’envie.

- Je suis aussi allé à Mbour au Sénégal, visité des villages en pleine brousse ou le quart d’une feuille de papier A4 est une chance lorsqu’on la possède, sans parler des crayons.

- Parlé longuement à des maîtres d’écoles!
- Vu des classes qui mettraient l’éducation nationale en révolution pour atteinte aux droits de l’homme.

Non, vivre en Afrique n’est pas un rêve ! Ces hommes, instruits et formés en France, ne sont pas des Saint hommes! Pourquoi seraient-ils différents des autres hommes d’ailleurs!

Pour autant, une minorité j’espère, je préférerai qu’ils militent pour l’Afrique et non contre l’Occident et singulièrement la France, terre des colonisateurs blancs ! Beaucoup de français seraient à même de les entendre, de les écouter et d’agir pour soulager des Maires comme Monsieur Sagna Mbaye dans sa volonté de scolariser les enfants de sa ville. 1,5 millions d’âme pour seulement 75 000 enfants scolarisés. Comment ne pas être en accord quand il dit qu’une jeunesse instruite est l’avenir de l’Afrique. Sinon, ces enfants viendront grossir le flot des immigrants futurs !

J’ai écris que si l’occident mettait pour la lèpre autant de moyens qu’elle met pour la grippe A, afin de l’éradiquer, la lèpre ne serait plus aujourd’hui qu’un malheureux souvenir!

 L’Afrique est le résultat d’un formidable déséquilibre ou les responsabilités sont partagées ! Encore faut-il les accepter de part et d’autres!

Cet homme m’a impressionné par son calme, par sa conviction, par son pragmatisme qui ne craint pas d’accuser aussi les dirigeants africains corrompus ou insouciants des devoirs envers les peuples qu’ils gouvernent. Je remercie Moussa Ghanem pour m’avoir donné l’occasion de cet échange ! Nous allons garder le contact dans l’espoir de concrétiser une action dans le futur!

Gérard Brazon

 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article