850 entreprises étrangères n’ont pu s’installer en France.

Publié le 23 Mai 2013

Personne ne s’en est vanté: depuis le mois de janvier, 850 entreprises étrangères n’ont pu s’installer en France, faute de pouvoir obtenir un numéro de Siret.

Observatoire des subventions

La France ferme la porte aux employeurs étrangersLe Centre national des firmes étrangères ( CNFE), qui les immatricule et recueille leurs sociales, est aux abonnés absents. En cause, un simple – et méga – bug informatique. En pleine crise, le résultat est épatant: vu la pagaille, un tas de sociétés diffèrent leurs embauches…

Toutes les boîtes étrangères ne sont heureusement pas concernées. Au sein de l’ Urssaf, le CNFE gère les cotisations des entreprises sans établissement en France, qui ont leur siège à l’étranger. Ce qui en fait quand même un bon paquet: 1521 sociétés ont été immatriculées sous ce statut en 2012.

Depuis janvier, les demandes s’entassent. “Les entreprises peuvent quand même embaucher et émettre des factures, assure une porte-parole de l’Acoss, la caisse nationale des UrssafDans leurs démarches, elles indiquent “numéro de Siret en cours”, et les cotisations seront rattrapées plus tard.

Faux !” s’étrangle le manager d’une société américaine, ACE Acess LLC, qui devait embaucher 20 collaborateurs un peu partout en France avant le mois d’août. “Je peux, certes, émettre des factures, précise-t-il, mais signer un contrat d’embauche, non ! Pour ça il faut faire une déclaration préalable d’embauche et la faire enregistrer par l’ Urssaf, sauf qu’elle n’enregistre rien !Découragé, il a embauché… en Allemagne.

Voilà qui ternit la belle opération séduction lancée par le auprès des entrepreneurs étrangers. Le 29 avril, Fleur Pellerin, la ministre déléguée aux PME, a annoncé la mise en place d’une “procédure accélérée” pour les start-up qui veulent s’implanter en France. Visas rapides, structures d’accueil et tapis rouge: tout devait être “simplifié” pour attirer les ; ça commence fort !

Heureuse coïncidence: interrogée, le 13 mai, par le Canard enchainé, l’Acoss assure que “le traitement informatique des dossiers a repris… le 13 mai“. Vu le retard accumulé, il faudra des semaines pour écluser le stock ! Un “plan d’action” est en marche, assure l’ Urssaf, qui s’engage à rattraper le retard “d’ici au 30 juin 2013″. Seulement 6 mois de plantage ?

Preuve que tout s’arrange, le standard du CNFE est mutique: “En raison d’un nombre important d’appels, nous ne sommes pas en mesure de vous répondre“, dit une voix en français, en anglais et en allemand. Se faire jeter en 3 langues, c’est 3 fois plus accueillant ?

source: le canard enchainé

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

aupied 24/05/2013 19:08


au lieu , d'avoir , et de faire venir des entreprises étrangéres , le gouvernement ferai mieux de faire revenir nos entreprises partis a l'étrangers , et de baisser leurs charges socials se
serait plus intelligent qu'on se le dise 

Marie-claire Muller 23/05/2013 21:30


De mieux en mieux !comme le bug qui empêchait le versement des pensions militaires!Mais qu'est ce qui va encore dans cePays???On se demande si ça  n'est pas fait exprés?