A ceux qui se veulent plus palestiniens que les palestiniens… par Salem Benammar

Publié le 14 Mai 2014

manifislamosEn quoi les palestiniens sont vos frères, vos cousins, vos amis, vos voisins ? Sont opprimés paraît-il mais vous l’êtes encore plus qu’eux. Vous compatissez pour eux, est-ce qu’ils le font pour vous ? N’ont-ils pas été accueillis en Tunisie avec tous les honneurs et ils vous ont méprisés et humiliés chez vous en vous traitant comme de vulgaires séides, vous toisant de haut avec leur morgue suffisante coutumière. Que connaissez-vous de l’histoire de ce peuple et de son conflit avec Israël pour vous en faire ses défenseurs ?

par Salem Benammar  Pour Riposte-Laïque


Feu Habib Bourguiba homme lucide et pragmatique n’a jamais voulu faire de cette cause son fonds de commerce. La sienne c’était la Tunisie, l’image de son pays et le bien-être de sa population.
Vous voulez être plus loyalistes que les palestiniens eux-mêmes dont certains d’entre eux n’avaient eu aucun scrupule de passer dans le camp adverse tel le fils des cofondateurs du Hamas Mosab Hassan qui a espionné l’organisation terroriste pendant 10 ans au profit de l’Etat Hébreu.

Connaissez-vous le nombre de Gazaouis qui collaborent avec Israël qui sans eux n’auraient pas réussi à détruire les installations terroristes à Gaza, les points de transit des armes et de la drogue, les tunnels ?
800 000 touristes palestiniens ont goûté l’été dernier aux joies de vivre en Israël faisant ainsi un joli pied-de-nez à ceux qui se veulent plus ennemis d’Israël que les palestiniens eux-mêmes ?
De quelle cause palestinienne êtes-vous défenseurs, de celle qui a engraissé chichement les dirigeants palestiniens qui avaient détourné les aides européennes pour leurs propres comptes et qui avaient permis à Arafat d’empocher la bagatelle de 2, 5 milliards US $ ou celle des terroristes du Hamas qui vous sèment la mort à Chaâmbi et à Jendouba et qui menacent de mettre l’Egypte à feu et à sang ?
Quand on défend une cause on doit en connaître tous les tenants et aboutissants et savoir raison garder et ne pas l’utiliser comme un objet de diversion pour détourner l’attention de la population en proie au chômage, à la cherté de la vie, à la misère, la malnutrition, les pénuries alimentaires, la pollution, les épidémies, l’insécurité, l’insalubrité de ses espaces publics, les grèves sauvages des éboueurs, les assassinats politiques, les foyers de troubles.

Les Tunisiens ont certainement mieux à faire que d’inscrire la cause palestinienne dans leur agenda politique censé être la priorité absolue pour sortir le pays de son impasse. A Rome on donnait au peuple du pain et des jeux, panem et circenses, en Tunisie on donne au peuple l’Islam et la Palestine.
Comment peut-on prêter secours à un peuple qui n’est pas lui-même uni autour d’une cause qui est la sienne et qui devrait transcender tous les clivages politiques et religieux ? Que les Palestiniens apprennent à parler d’une seule et même voix avant que les Tunisiens ne leur prêtent la leur dont les échos ne dépasseraient guère les frontières du Palais de l’infamie nationale, en l’occurrence celui du Bardo.
Que savent-ils réellement de l’histoire du Hamas et des dessous de sa création ? Savent-ils qu’aujourd’hui il n’y a plus l’ombre d’un laïc, un athée, un juif, un chrétien, un progressiste, un marxiste, un artiste, un intellectuel, un comédien, à Gaza ?
Les Tunisiens doivent apprendre à balayer devant leurs portes, plutôt que de jouer aux lèche-babouches des Palestiniens qui empestent les odeurs nauséabondes et des charognes en pleine décomposition de la vénalité, de la pleutrerie, de l’avidité, de la zizanie, de la désunion, de la félonie, de la haine de l’autre, de l’intolérance, de la pédophilie, de la perversité morale, du mépris de la vie humaine.
Toute cause est défendable quand elle est porteuse de message humaniste et qui pourrait servir de phare pour éclairer les autres peuples, or la cause palestinienne dont les tunisiens par aveu d’impuissance et de faiblesse font leur cheval de bataille, est très loin de servir d’exemple pour le réveil des consciences citoyennes en Tunisie. Elle est surtout un puissant soporifique créé en son temps par les régimes antipatriotiques et despotiques arabes pour plonger leurs peuples dans un profond sommeil dont ils ne sortiront jamais. Elle est le tunnel qui les conduit vers le monde des ténèbres.
Pendant qu’Israël avance à grands pas vers la lumière, la Tunisie s’empiffre de la cause palestinienne jusqu’à ce qu’elle finisse étouffée dans son vomi.
Il n’y a de cause que la cause de sa patrie et la recherche de l’excellence pour la remettre sur le chemin du progrès humain et dont Israël pourrait être l’exemple parfait pour la Tunisie.
Qu’espère obtenir le peuple tunisien en prenant fait et cause pour la Palestine ? Est-ce qu’il va pouvoir trouver un remède efficace à tous les maux qui sont en train de le gangrener ?
La Tunisie doit être la vraie cause pour tous les tunisiens et Mme Karboul n’a de compte à rendre qu’à son Premier Ministre qui l’a investie de sa confiance pour relancer le tourisme tunisien qui nourrit des centaines de milliers de familles tunisiennes dont la survie dépend du succès de son action.
Est-ce que ceux qui font de la Palestine leur credo se sont demandés pourquoi les membres richissimes de la diaspora palestinienne ne mettent jamais les pieds en Tunisie et que s’ils devaient choisir entre leur pays et Israël ils choisiraient incontestablement ce dernier pour leur confort et leur sécurité ainsi que l’esprit tolérant et ouvert de la société israélienne ?

Salem Benammar

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article