A l’image d’Emmanuelli, le PS est incapable de reconnaître le doigt d’honneur qu’il fait aux Français depuis 1983 !

Publié le 10 Juin 2011

par Christine Tasin - Riposte Laïque

Décidément, les  ex-héros du PS sont à l’image de ce dernier : niant l’évidence, ils s’obstinent à faire du déni de réalité. Après les multiples déclarations des caciques du PS niant la réputation de Strauss-Kahn, pourtant connue de tous les politiques comme de tous les journalistes, voilà qu’à son tour, Emmanuelli, photographié en train de faire un doigt d’honneur au premier ministre s’obstine à nier.

Nous avons suffisamment dit(2) ce que nous pensions de Strauss-Kahn, de sa cour et du PS pour ne pas y revenir. L’affaire Emmanuelli, bien qu’elle paraisse moins grave, pose néanmoins de graves questions :   peut-on accepter qu’un représentant du peuple se comporte à l’Assemblée nationale, haut-lieu de la loi et de la volonté populaire, en garnement mal-élevé ? Peut-on accepter qu’un représentant du peuple fasse un doigt d’honneur au Premier ministre de la France , quels que soient les torts de ce dernier ?

Où sont passées les études de rhétorique qui auraient dû conduire nos députés à argumenter et contre-argumenter au lieu de faire leurs les procédés des racailles qui ne savent manier qu’insultes, gestes obscènes ou violences ? Est-ce qu’un Emmanuelli, par ailleurs ancien président de l’Assemblée nationale, doit s’abaisser à faire concurrence au triste rappeur Cortex, incapable d’aligner une phrase de plus de trois mots et incapable d’autre chose que d’insultes et autres doigts d’honneur ?

Serait-ce cela que Martine Aubry appelle « une autre civilisation ? On peut le craindre… car dans ce qui est encore NOTRE modèle, notre civilisation, les petits garçons qui font des doigts d’honneur à leur professeur ou à leur entraîneur de foot reçoivent une fessée… Dans celle du PS il semble que ce soit le professeur ou l’entraîneur qui soit puni… Un autre monde vous dis-je !

 

On n’épiloguera pas sur le fond du problème, Fillon voulant à tout prix nous convaincre que le modèle allemand est le bon, parce qu’il est en pleine croissance, en oubliant le prix à payer :  les salaires y ont fortement baissé, la retraite y est passée à 67 ans, les chômeurs sont dans une situation plus que difficile et… cerise sur le gâteau, Merkel voudrait, de gré ou de force, imposer ce modèle, qui fait la joie des spéculateurs, à toute la zone euro avec l’aide du FMI…

Non, l’important, aujourd’hui, est ailleurs. L’important est que le PS, comme Emmanuelli, est incapable d’assumer, tout simplement, ses responsabilités et ses erreurs.

Avez-vous entendu Jospin ou d’autres reconnaître que la cuisante déculottée du premier en 2002 était la juste récompense de sa politique et, entre autres, de sa signature, aux côtés de celle de Chirac, à Barcelone et à Lisbonne, de traités instituant la concurrence dans l’énergie et la retraite à 67 ans ?  Non, la malhonnêteté les a poussés à faire de Jean-Pierre Chevènement le bouc émissaire… comme si la présence de ce dernier aurait pu détourner les Français de voter pour Jospin si celui-ci avait été à la hauteur !

Avez-vous entendu les socialistes dénoncer et remettre en cause les délocalisations, la politique d’immigration, le regroupement familial (pourtant, depuis 1981, ils ont souvent été aux manettes…), la double nationalité et l’insécurité ? Et pourtant, tout cela, c’est aussi leur faute ! Non seulement ils n’ont jamais changé la politique laxiste de la droite mais en ont rajouté : régularisation des sans-papiers, lutte pour le droit de vote des étrangers, levée de boucliers dès qu’il s’agit de l’identité française et du respect des lois, respect des cultures et traditions aux dépens de celles des Français, signature du Traité de Lisbonne instaurant la concurrence libre et non faussée et donc démultipliant délocalisations et chômage…

Les avez-vous entendus dénoncer l’abus d’assistanat ? Non, au contraire, ils clouent au pilori(3) Laurent Wauquiez quand il propose qu’en échange du RSA on puisse donner 5 h par semaine à la collectivité, niant ainsi la valeur intégratrice et émancipatrice du travail, niant, surtout, l’idée de bien commun et de nation.

Les avez-vous entendus reconnaître leur crime contre la laïcité que fut leur acceptation du voile à l’école, en 1989 ? Les avez-vous entendus reconnaître que c’est à cause de cette faiblesse originale que depuis, en France, pays de la séparation du religieux et du politique, les islamistes se sentent encourager à imposer, partout où cela est possible, leur modèle moyen-âgeux et obscurantiste ? Non seulement ils n’émettent aucun regret, mais se sont montrés incapables de voter la loi contre le voile intégral, trahissant le combat des femmes.

Nous pourrions raconter des dizaines d’anecdotes montrant que, depuis trente ans, le PS s’est trop souvent placé du côté du coupable contre l’agresseur, des forts contre les faibles, des mondialistes contre les patriotes, de l’angélisme contre le bon sens, du communautarisme contre la République…

Les socialistes, depuis trente ans, depuis le « tournant de la rigueur », autrement dit « le tournant de l’Union Européenne », celle qui voudrait que nous abandonnions le résultat des luttes de nos ancêtres, nous enfoncent la tête sous l’eau et refusent de reconnaître qu’ils se sont trompés.

S’ils voulaient conserver une chance de regagner estime et considération, les socialistes devraient se mettre à genoux et nous demander pardon pour toutes leurs trahisons, pour avoir renié le peuple « d’en-bas », pour avoir privilégié leur électorat de bobos à l’abri et de banlieusards islamisés, pour avoir bradé notre héritage.

Mais comme Emmanuelli niant son doigt d’honneur à Fillon, le PS est incapable de reconnaître le doigt d’honneur qu’il fait aux Français depuis des lustres.

Mais, pour Emmanuelli, les images sont indiscutables. Et pour les multiples trahisons du PS, les preuves sont là…

On s’en souviendra en 2012.

Christine Tasin

Résistance républicaine

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

riziere j.p 10/06/2011 10:52



Bravo Christine. Super article qui décrit bien l'état actuel de la gauche française qui se gosse de"bons" mots et qui nous prédit un avenir de " rêve " islamisé, qui renie notre culture et quand
je lis que Delanoé voudrait supprimer les fêtes chrétiennes mais ou va t on ? Il nous faut des gens comme vous pour dénoncer ces états de fait et merci pour ce que vous faite pour la république
et pour la France