A Montreuil, les vacances de luxe des élus de la CGT.

Publié le 10 Décembre 2011

Aprés la CGT de la RATP voici la CGT de Montreuil. Pour le coup, l'écologiste Voynet est verte pour de vrai et les cocos rouges de colère car la honte ils ne connaissent pas!

Gérard Brazon

***********

Après le rapport au vitriol de la Cour des comptes sur le comité d’entreprise de la RATP, voici une nouvelle affaire embarrassante pour la . Dans un audit interne que nous nous sommes procuré, la mairie de Montreuil, dirigée par l’ancienne ministre de l’Environnement , dénonce les drôles de pratiques des élus CGT du comité des œuvres sociales (COS) de la ville.

Commandé en juin et achevé le 18 octobre, cet audit dresse un bilan sévère des activités du COS entre 2009 et juin 2011. Au point que la mairie a transmis son audit à la cour régionale des comptes, à charge pour les magistrats d’établir si des faits illégaux ont été commis.
 

 

« Le comité des œuvres sociales bénéficie de la plus grosse subvention distribuée par la ville, 1,4 M€. Il était normal que nous exercions un contrôle serré de son activité », explique Dominique Voynet. Au terme de leur enquête, les auditeurs ont été « révoltés » par ce qu’ils ont découvert, témoigne-t-on à la mairie. Première surprise, malgré une « situation financière très confortable », le COS est très sélectif. L’an dernier, seul un tiers des 2840 employés de la mairie ont profité de ses prestations. « Nous partageons ce constat », assure Bernard Grenouillet, élu FSU au conseil d’administration du COS.


Plus étonnant, « la plus grande partie des dépenses a trait aux loisirs, au détriment de l’action sociale », pointe Dominique Voynet. Sur un budget total passé en trois ans de 801000 € à 1,11 M€, les frais de vacances et les voyages ont fait un bond spectaculaire. Résultat : ils ont absorbé cette année 90% du budget, ne laissant que des miettes aux activités culturelles et sportives (9%) et aux aides sociales (0,7%). Pis, « il apparaît que certains adhérents ont pu profiter bien plus des avantages fournis par le COS que les autres adhérents », observe l’audit. D’autant qu’« il ne 
semble pas exister de montant maximum de subvention par adhérent ».


Reste le plus scandaleux : non seulement une minorité des personnels de la mairie est gâtée par le COS, mais les principaux bénéficiaires ne sont autres que… les élus CGT eux-mêmes. En deux ans et demi, 4 élus CGT, accompagnés de leur famille, ont voyagé aux frais du COS pour un montant de 153024 €. Soit 6 fois plus que les aides sociales distribuées durant cette période. A lui seul, un élu s’est offert 10 voyages (Egypte, Maroc, week-end plongée à La Ciotat…) en 2009, 9 l’an dernier (Kenya, Crète…) et 8 ces six derniers mois (Québec, Méribel, Thaïlande…). Montant de la facture pour cet élu et sa famille : 44000 €. Réponse de Saphia Beltran, la présidente CGT du COS de Montreuil, dans un courrier en date du 25 novembre : « L’accompagnement des groupes […] fait partie des fonctions de l’élu (afin) de s’assurer que le voyage se déroule pour le mieux. » Alors que les tensions sont réelles entre la CGT et Dominique Voynet, qui a ravi en 2008 la mairie de Montreuil au communiste Jean-Pierre Brard après vingt-quatre ans de règne, cette affaire risque encore d’envenimer les relations. « Il est clair que la CGT veut la peau de Voynet », confie un élu d’un syndicat minoritaire au COS.


Le conflit est en tout cas sur la place publique. « Si les élus CGT ne rectifient pas le tir et n’utilisent pas plus l’argent que nous leur versons à des œuvres sociales, je réduirai les subventions », prévient Dominique Voynet, très remontée contre la CGT qui, de son côté, accuse l’élue écologiste de vouloir réduire les moyens du COS. « Les collectivités locales ne doivent pas s’ingérer dans la gestion des associations qu’elles subventionnent », lui a répondu Saphia Beltran. Une drôle de guerre de tranchées s’engage donc à Montreuil, fief de la CGT qui y a établi le siège de la confédération.

 

Le Parisien

EXCLUSIF.Commandé par Dominique Voynet, un audit sur les incroyables dépenses du comité des œuvres sociales de la mairie provoque un conflit ouvert entre la maire de la ville et la CGT


.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Claude Germain V 10/12/2011 15:37


Ayant travaillé dans une grande entreprise du Sud-Ouest ,je peux vous dire que la MAJORITE des gens ou des dirigeants CGT et CFDT refusaient d'habiter en immeuble collectif meme residentiels
.OBLIGATION D'AVOIR UNE VILLA INDIVIDUELLE .Deshonneur d'habiter au milieu du peuple .Sans oublier les 8 ou 10 jours de skis obligatoire chaque hiver.