«À Paris, pour l'étranger, le malaise commence au sortir de l'avion».

Publié le 26 Mai 2013

La France est le premier pays touristique du monde! Il est en train de se faire plomber par les "richesses de la France" si promptes à démontrer tout l'amour qu'elles ont pour ce pays et surtout la reconnaissance d'y avoir été nourris, soignés aux frais, la plupart du temps, des contribuables français à travers les aides sociales !

Tandis que les ministres de l'intérieur s'en prennent aux familles, à la société dite franchouillarde, aux soi-disant réactionnaires et j'en passe, la France économique s'effondre peu à peu, dans un grand silence porté par des médias effrayés et des politiciens corrompus ! 

C'est le Figaro qui lance ce titre effrayant marquant la peur des touristes venant en France et souhaitant visiter Paris! Un Paris devenu pour beaucoup d'entre eux, un Paris coupe-gorge!  C'est Pierre Lellouche de l'UMP qui répond et nous éclaire alors même qu'il est au moins en partie pour n'avoir rien dit lors du mandat précédent !  

Gérard Brazon

*******

LE FIGARO. - En tant qu'élu du quartier des Champs-Élysées, comment voyez-vous la situation évoluer depuis six mois?

Pierre LELLOUCHE. - C'est un problème de fond. Pour le touriste étranger, le malaise commence au sortir de l'avion. Il est effaré par la lenteur de la restitution des bagages, par les bouchons sur l'autoroute A1 désormais bordée de multiples camps de Roms. Et puis, en termes de propreté, Paris n'est plus ce qu'elle a été au temps de Jacques Chirac. La ville est loin derrière les autres capitales européennes, notamment Berlin. Même les Champs-Élysées sont un peu devenus la cour des Miracles.

Mais la destination a conservé un attrait…

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, vit sur l'acquis. Le drame, c'est que la ville ne développe pas une politique résolument tournée vers la valorisation de son potentiel touristique. Les socialistes vivent sur le dos de la bête.

Un exemple?

Le dossier du travail dominical est symptomatique. Je me bats depuis 1996 pour que Paris, en tout cas certains de ses quartiers les plus emblématiques, puisse obtenir l'ouverture dominicale de ses magasins. Ce qui ferait du bien à notre économie, sachant que les étrangers constituent la moitié du chiffre d'affaires des commerces dans des quartiers comme celui des Champs-Élysées. Mais la gauche ne veut rien entendre.

Et où vont  les touristes?

Les Asiatiques, qui voyagent souvent en groupe et disposent d'un fort pouvoir d'achat, sont orientés les week-ends par les tour-opérateurs vers des destinations comme Londres, qui rafle la mise puisque les com­­­merces n'y baissent pas le rideau en fin de semaine.

Et l'insécurité, dont les touristes  se plaignent?

Il faudrait que l'on cesse de tourner autour du pot dans cette affaire. L'un des soucis majeurs auxquels sont confrontées les autorités est la délinquance suractive d'une frange de la population rom, principalement d'origine roumaine, donc, qui s'est installée dans des camps en périphérie de Paris et y subsiste par une économie de prédation. Les quartiers touristiques sont mis en coupe réglée par des bandes. Et ces enfants condamnés à la délinquance sont les premières victimes d'un système très organisé, dirigé par des chefs de clan, notamment depuis Bucarest. Les sommes drainées sont colossales. Un gamin peut rapporter 200 à 300 euros par jour. Et ils sont des milliers dans les grandes villes françaises.

Mais l'État combat ces réseaux…

Manuel Valls fait des moulinets. Quant au préfet de police de Paris, son premier acte fut d'annuler les arrêtés antimendicité pris, à ma demande, au temps de Nicolas Sarkozy. Les socialistes ont érigé l'impuissance en système. L'image de la capitale en pâtit. Par manque de vigilance et de volonté, Paris pourrait bien perdre un jour sa première place au palmarès des destinations touristiques.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

DURADUPIF 26/05/2013 22:05


Que ne l'ont t'ils pas faits de 2007 à 2012. Ah oui le politiquement correct, il ne fallait pas stigmatiser les 70% de prisonniers maghrebins et africains.

Pivoine 26/05/2013 14:59


A ce rythme-là, d'ici quelques années il n'y aura plus de touristes en France !

mika 26/05/2013 09:20


LA SOLUTION: Regrouper les Ministère en affectant celui du Sport et celui du
Tourisme  au Ministère de la Guerre. On ira au stade sous convoi militaire et on visitera PARIS comme le Parc animalier de THOIRY, enfermé dans sa voiture…blindée.


http://www.youtube.com/watch?v=KJZJk1cEMbU