A Paris, un lieu inédit dédié à l'Islam. La loi de 1905 dans toute sa splendeur en 2013...

Publié le 25 Novembre 2013

L'édifice est volontairement sobre et discret, comme s'il ne voulait pas attirer trop l'attention. (Le journaliste se moque du monde ou joue les imbécile; ndlr Gérard Brazon)

C'est pourtant un projet cher à Bertrand Delanoë qui va ouvrir ses portes au public la semaine prochaine au cœur du quartier populaire de la Goutte-d'Or (18e). Lancé en 2005, l'Institut des cultures d'Islam (ICI) doit être inauguré le 28 novembre par le maire de Paris et le député-maire du 18e, Daniel Vaillant, en présence de Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman (CFCM). Le JDD a pu visiter en avant-première cet équipement inédit, mi-espace culturel, mi-mosquée, sis au 56 rue Stephenson (18e).

 

"Il s'agit d'un centre d'art contemporain consacré aux créations et cultures musulmanes, qui a la particularité d'abriter une salle de prière. En cela, c'est un ovni. On innove", souligne Jamel Oubechou, président de l'association loi 1901 qui gère l'établissement municipal. Cet agrégé d'anglais, diplômé de Science-Po et de Normale Sup, ancien conseiller d'Hubert Védrine au ministère des Affaires étrangères, travaille aujourd'hui auprès du Défenseur des droits, Dominique Baudis. Il se dit "profondément laïc" et revendique "le dialogue des cultures entre les croyants de toutes confessions, les athées et les agnostiques".

(La laïcité est interdite par l'islam. Il n'y a pas d'autre dieu que dieu et la loi de l'islam est supérieure aux lois des hommes et donc à celles de la République. Qu'ils disent clairement et ouvertement le contraire sinon c'est de la taqyya)

Pas d'argent public dans le lieu de culte

Il n'ignore pas toutefois la polémique qui entoure la salle de prière de 300 m², qui ouvrira mi-décembre, au premier étage. L'ICI a été présenté par des opposants comme un accroc à la loi de 1905 de séparation des Églises et de l'État, laquelle stipule que "la République […] ne subventionne aucun culte" (article 2). En l'occurrence, la Ville de Paris a investi 13,5 millions d'euros pour construire ce bâtiment de cinq niveaux, puis a vendu le premier étage - 2,2 millions d'euros - à la Société des habous et lieux saints de l'Islam, l'association tenante d'un islam modéré, propriétaire de la Grande Mosquée de Paris. (Il n'y a pas d'islam modéré mais simplement l'islam issu du Coran et des Haddihs)

Celle-ci se verra refacturer les charges communes, comme dans n'importe quelle copropriété, ainsi que l'eau, l'électricité, le chauffage. Le vendredi, jour de prière, l'espace d'exposition du rez-de-chaussée pourra être loué en cas d'affluence. Pas d'argent public dans le lieu de culte, donc. Juste un coup de pouce de la mairie pour éviter les prières de rue. "Je comprends les interrogations, voire les inquiétudes, qui ont pu s'exprimer. Mais il y a une séparation stricte entre le culturel et le cultuel. Aucun mélange des genres, aucune atteinte à la laïcité", insiste Jamel Oubechou. 

L'ICI a été dessiné par les architectes français Yves Lion et David Jolly. Ses façades arborent des moucharabiehs en acier inoxydable, dont les motifs très dépouillés ont "donné lieu à de longues discussions, avec des savants et avec le maire", confie Yves Lion. L'éminent architecte, né au Maroc, connaît bien la culture musulmane pour avoir construit en Tunisie, au Liban ou en Syrie. Pour le bâtiment de la Goutte-d'Or, Yves Lion a proposé des "références très mesurées" à l'Islam : "Je crois que nous avons trouvé le ton juste", précise l'architecte.

Une salle d'exposition, un coin café et un grand hammam

La salle de prière du 1er étage et ses antichambres d'ablution peuvent accueillir quelque 400 fidèles. Les lignes de son épaisse moquette couleur taupe convergent vers un mihrab spartiate en bois sombre, qui indique la direction de La Mecque. Au plafond, des lustres en porcelaine blanche ajoutent une touche orientale. Les étages supérieurs sont occupés par des bureaux, une salle d'exposition ouverte sur une terrasse plantée et des salles de formation, qui accueilleront des cours d'arabe, de turc et de wolof, des stages de calligraphie ou des ateliers culinaires.

 

Le hall d'accueil, éclairé par un puits de lumière, abrite non seulement une vaste salle d'expositions - ou de petits concerts -, mais aussi un coin café. Enfin, au sous-sol, un grand hammam recouvert de mosaïques vertes sur 277 m² - pour 80 personnes, avec des horaires hommes et des horaires femmes - jouxte un petit salon de thé et un espace bien-être, qui proposera épilations et massages, le tout géré par une société privée.

 

Mais l'endroit est avant tout un établissement culturel, rappelle son président. En 2014, la Syrie sera à l'honneur : "On donnera la parole à ces artistes qui continuent de créer malgré la guerre." Le programme d'ouverture, intitulé "Ici, là et au-delà"*, proposera entre autres des œuvres du célèbre photographe iranien Abbas - qui vit dans le 18e.

 

"Nous nous intéressons aussi bien aux artistes musulmans dans des pays qui ne le sont pas, qu'aux artistes non musulmans dans des pays qui le sont…", indique Jamel Oubechou. Contrairement à l'Institut du monde arabe (IMA), l'ICI regarde aussi l'Afrique noire, à l'Indonésie et se penche également sur des questions de société, comme "le féminisme dans l'Islam".

Pour Dalil Boubakeur, "l'objectif est d'abord de résoudre le problème des prières de rue et des mosquées complètement saturées dans le 18e. Mais aussi de promouvoir un islam de France ouvert et convivial, respectueux des règles (Lois ?)  républicaines." Le recteur de la Mosquée de Paris vient de désigner un imam, un Français d'origine algérienne, la soixantaine, trilingue français, arabe, berbère.

Fin 2015, l'ICI comprendra un deuxième bâtiment, à Barbès cette fois. Le chantier vient de démarrer au 6, rue des Poissonniers (18e). La Ville y investit 16 millions d'euros mais peine à trouver un acheteur pour la salle de prière, vendue 2,7 millions d'euros. 

* Du 28 novembre 2013 au 30 mars 2014. Entrée libre, tlj sauf le lundi ; le dimanche de 12 h à 19 h. Rens. : www.ici.paris.fr

Bertrand Gréco - Le Journal du Dimanche

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Polux 29/11/2013 10:38


Je me demade :" Existe-t-il un institut des cultures chrétiennes en France ? "


Répondez moi svp !

chantalsjvd 26/11/2013 10:22


Bravo pour la bonne utilisation des fonds publics français, le maire de Paris a dû verser son obole personnelle, j'espère!!! mais tant que les parisiens se taisent... allons-y, cochons de payeurs
!!!

marie-plume 26/11/2013 10:22


Un pur scandale, un mépris affiché pour les lois souveraines de la France, et notamment de cette laïcité qu'on nous serine à longueur de temps, nos églises qui tombent en ruine et dont ce
monsieur qui va inaugurer en grande pompe l'ouverture de ce machin! rogne honteusement les crédits qui devraient obligatoirement être alloués pour leur conservation ou tout au moins leur
restauration,  c'est inique! Ces gens-là, madame, monsieur, sont la honte flagrante de la France dont ils abusent avec une indécence qui appelle de notre part une sanction magistrale aux
prochaines élections... Quels  tristes sires! Des ingrats indignes de siéger à certains postes de la République française. C'est atterrant!