Abbeville - 16 avril 2013 : l'oeuvre de la mairie socialiste

Publié le 22 Avril 2013

NANCY-VERDIER-3-2085-630x0.jpg

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

FRANHENJAC 23/04/2013 00:32


Il n´y a pas lieu d´être catholique pour être choqué. Personnellement celà me fait mal, de voir une telle oeuvre détruite.


Les responsables de cet acte dévoilent vraiment leurs visages, et, ce qu´ils ont dans le ventre: aussi bas, un être humain ne peut pas tomber.


Les électeurs doivent bien réfléchir lors du scrutin, car se faire représenter par des résidus d´égoûts, ne peut être productif pour leur ville.

aupied 22/04/2013 18:46


vous avez dit élections municipale ? vous gens Abbeviile au moment de mettre votre vote dans l'urne pensez a votre église , et ne laissez point la place a une mosquée

LA GAULOISE 22/04/2013 17:30


UN JOUR CES MOINS QUE RIEN DEVRONT PAYER TOUTES LEURS TRAITRISES SOYEZ EN SURS.

marie-france 22/04/2013 15:19


"Voui"! Lorsqu'on a entendu la réflexion grivoise du Président, lors de l'élection du nouveau Pape, on ne doit pas s'étonner de pareil saccage d'un site religieux, aussi prestigieux et historique
dans une ville dont le maire affiche son appartenance au parti socialiste! Quel gâchis! Quelle bassesse! Quelle étroitesse vue d'esprit! Quelle haine pour le religieux et le sacré! Ces hommes se
croient immortels! Les pauvres! Ils devront rendre des comptes, un jour ou l'autre, et ce ne sera pas "La vie en rose", mais ils n'auront que ce qu'ils ont semé! 

Dorothee13 22/04/2013 13:57


Nous sommes vraiment gouvernés par de la racaille, et les maires idem !

Claude Germain V 22/04/2013 12:47




Lettre ouverte aux habitants d’Abbeville à propos de l’église Saint-Jacques




 








Victor Delefortrie
Eglise Saint-Jacques d’Abbeville
Vue du chevet avec un vitrail brisé
État le 7/5/10
Photo : Didier Rykner



Alors que la démolition de l’église Saint-Jacques d’Abbeville se poursuit, la lecture sur internet des commentaires des quelques articles que la presse consacre à ce désastre montre une
population partagée entre deux sentiments : la révolte contre un tel vandalisme, et une résignation. Certains regrettent la démolition mais affirment que le maire de la ville, Nicolas
Dumont, n’avait aucune autre solution car il s’agissait d’une question de sécurité.


Nous nous sommes rendu dans cette ville en mai 2010 pour écrire notre premier
article sur l’église Saint-Jacques. Notre enquête dément absolument que cette démolition était une fatalité contre laquelle on ne pouvait rien.


 L’église était de toute façon condamnée car construite sur un sol meuble.


Cette affirmation est FAUSSE.


Le rapport de l’architecte Vincent Brunelle, architecte en chef des monuments historiques, effectué en 2008, expliquait que la restauration était possible. Encore fallait-il la commencer il y
a au moins quatre ans en traitant d’abord l’urgence.


 Aucune subvention n’était possible.


Cette affirmation est FAUSSE.


D’une part, l’inscription ou le classement de l’église n’ont, à notre connaissance, jamais été demandés. Ils auraient permis à la mairie d’obtenir des subventions au titre des monuments
historiques si la protection avait été accordée (nul ne doute que l’église aurait pu au moins être inscrite). Et des subventions sont possibles à d’autres titres, même pour les monuments non
protégés, pour ne rien dire des appels au mécénat.


 le coût (10 millions d’euros) était de toute façon insupportable pour la
ville d’Abbeville, il aurait fallu augmenter énormément les impôts locaux.


Cette affirmation est DOUBLEMENT FAUSSE.


D’une part, le rapport de Vincent Brunelle mentionnait en 2008 un coût total pour la restauration de 4,8 millions d’euros, soit moins de la moitié, dont une partie aurait pu être couverte par
du mécénat et par des subventions (voir ci-dessus). Et l’étalement des travaux sur plusieurs années aurait été - même si la mairie avait dû en payer l’intégralité - une charge parfaitement
supportable pour la ville (notre calcul indique 25 € par habitant et par an, pendant huit ans, en l’absence de tout financement extérieur).


 La destruction de l’église est triste certes, mais il n’y avait plus le
choix : il fallait la détruire car la sécurité des habitations et d’une école était menacée..


Cette affirmation est peut-être vraie aujourd’hui. Elle est FAUSSE sur le fond.


Car si la mairie avait fait son devoir, elle aurait lancé la restauration de l’église Saint-Jacques il y a plusieurs années. Elle ne l’aurait pas condamnée à pourrir sur place en laissant des
trous dans sa couverture et dans ses verrières.


Si la mairie avait fait son devoir, elle aurait depuis longtemps déménagé l’orgue et le mobilier qui reste dans l’église et elle aurait fait déposer les vitraux. Tout cela va être détruit en
même temps que l’église (des pierres tombant du clocher, il y a peu de chance que l’orgue soit sauvé).


Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. La Tribune de l’Art ne fait pas de politique. Elle s’attaque aussi bien aux maires de droite qu’aux maires de gauche, aussi bien
aux gouvernements de droite que de gauche lorsqu’ils mettent en péril le patrimoine. Mais nous rappelons aux habitants d’Abbeville qu’il y aura bientôt des élections municipales et qu’ils
doivent savoir que, contrairement à ce qu’affirme la mairie, un autre destin était possible pour l’église Saint-Jacques.




 


Didier Rykner, lundi 4 mars 2013


 

Claude Germain V 22/04/2013 12:44


Que ce maire collabo creve du cancer qui va lentement, tres lentement  ronger ....


Il a detruit VOLONTAIREMENT UN EGREGORE POSITIF VIEUX DE PLUSIEURS SIECLES , GARE AU CHOC EN RETOUR  POUR LUI ET SES COMPLICES ....

Aaron 22/04/2013 12:34


Et cette même mairie fera édifier une mosquée au même endroit??