Abstention: la crainte des politiques. Il serait temps d'avoir un peu de décence...

Publié le 22 Février 2010

Nos politiques de tous bords n’ont qu’une inquiétude : l’abstention. Ce ne serait que 54% des électeurs que se déplaceraient annoncent les sondeurs d’opinions. A qui la faute ?

Lorsque l’on entend des concurrents s’insulter et se traiter de la pire façon il y a de quoi s’interroger et de se dire, comme ma grand-mère, que « la place doit-être bonne ».
A mon sens il y a et il y aura toujours des limites. Par exemple lorsque l’on déborde et instrumentalise le « devoir de mémoire ».

Que vient faire « la jeunesse hitlérienne » quand le Maire PS d’Angoulême Philippe Lavaud parle des jeunes de l’UMP. Sait-il au moins ce qu’était la jeunesse hitlérienne ? Affligeant. Outre l’insulte gratuite c’est une insulte à l’histoire et au devoir de mémoire.

Que penser de la comparaison de la gestion socialiste de la région Poitou Charente avec une « dictature du prolétariat » par un Maire de l’UMP ? Surtout en rajoutant que le  nazisme était une dictature du prolétariat. Là aussi, on tord le cou à l’histoire. Que le Nazisme et le Communisme soient les deux plus formidables horreurs du 20 ème siècle est un fait. Qu’il soit dit que le nazisme est l’une des filles monstrueuses enfantées par le communisme également. Mais que l’on dise que Ségolène Royal en soit une représentante, de par sa gestion, est imbécile.

              Je pense au victimes des ces idéologies meurtrières. A ces femmes, à ces hommes déportés dans ces régimes ou l'ignoble n'avait d'égal que la force imbécile à l'état brute. Qui sait de combien de millions de morts l'on parle lorsque l'on évoque le Communisme et le Nazisme? Faut-il que la politique soit tombé bien bas pour utiliser ces images et autres souvenirs pour faire de la politique en France. La gauche passe déjà son temps a utiliser les expressions du type "heures sombres de notre histoire", elle qui a voté les pleins pouvoir à au vieillard Philippe Pétain avant de s'enfuir, pour dénoncer le plus petit propos afin de culpabiliser encore et encore une population qui en a assez de l'être. Alors à droite, évitons de tomber dans ce travers qui consiste à bâtir une campagne électorale sur des morts dans les camps d'exterminations.
              Imbécile aussi cette réflexion de Daniel Cohn Bendit quand il compare le  frêchisme à la période mussolinienne ! D’autant plus qu’en 2009, le même vantait les bienfaits de la politique de Georges Frêche. De cet oiseau là, on peut s’attendre à tous les virages. Pour ma part, je n’oublierai jamais ces écrits dans ce livre terrible qu’il a commis lorsqu’il était animateur. Même si la classe politique française, dans son ensemble, feint d’avoir tourner la page de ses errements anciens et le trouve désormais formidable. Quel dérision, quel fantastique mépris des citoyens.

En Île de France, dans le Val d’Oise, c’est le Parti Socialiste, qui ne cesse par ailleurs, de donner des leçons de morale qui met un homme bien connu des services de police. Un petit caïd des quartiers, un délinquant multirécidiviste comme le dit le Maire de Franconville Monsieur Francis Delattre. Les Maires connaissent bien leurs administrés. La dernière condamnation de ce prétendant au suffrage socialiste remonte en Juillet 2009.  Il est de plus animateur de quartier. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ce pays. 
          Que penser aussi, comme le fait savoir Axel Poniatowski dans le journal LA TRIBUNE de ce matin en page 4  de Jean Paul Huchon tête de liste socialiste qui fût condamné à 6 mois de prison avec sursis et à 60 000€ d’amende pour prise illégale d’intérêts au bénéfice de sa femme.
          Alors certes, ils se défendent, contestent que l’on mette en avant ces affaires. Le multirécidiviste veut porter plainte. Quel tapage médiatique. Les procès ont eu lieu, les peines prononcées. Porter plainte pourquoi ? Parce que le peuple ne doit pas savoir ce qu'il risque d’élire ? Bel exemple de la démocratie française. Tous condamnés de ce type ne devraient pas pouvoir être un représentant du peuple. Le peuple ne peut pas être représenté par des personnes qui ont commis des délits répréhensibles par la loi. Quel exemple sinon donnons-nous à notre jeunesse ?
              Alors on me répondra que c’est une chance pour la diversité, une chance pour la France ? Dérision là aussi. Manque de respect pour les citoyens. La diversité n’a pas besoin de ce type de représentant. Il y a bien des jeunes issus de la diversité comme les bien-pensants disent qui auraient pu figurer sur ces listes électorales mais sans doute, a-t-on songé au profit électoral qu’il y aurait de tabler sur un petit caïd des quartiers que sur un étudiant ou un travailleur qui rame et cherche à sortir de son milieu pour réussir sa vie en France.

            Abstention ? Je l’ai dit depuis le début. Ce n’est pas la mise à jour des affaires et autres scandales  de listes qui réduiront le niveau de l’abstention. Mais c’est aussi un mauvais procès de dire qu’il ne faut pas révéler ces anomalies flagrantes.

La politique ne fait plus rêver, trop de laxisme, trop d’impuissance, trop de bonnes places à préserver, trop de népotisme, de favoritisme. Pas assez d’allant, pas assez de courage, pas assez de désir de changer les donnes. Chacun se trouvant dans son pré carré à brouter la bonne herbe. (relire la Fontaine)

La politique a déçu les citoyens. Ils se rendent bien compte que plus le temps passe, rien ne change dans leur quotidien. Des femmes et des hommes, vivent avec 500 ou 900€ par mois. Ils écoutent effarés les salaires et indemnités des dirigeants d’entreprises qui leur expliquent comment faire pour se passer de ce qu’ils n’ont pas les moyens d’acheter. Même l’artichaut de Coluche ne les fait plus rire.

Des politiques s’attaquent aux retraites. Mais lesquelles ? Pas les leurs si j’en juge l'état des caisses de retraites du Sénat et de l’Assemblée Nationale mais surtout les conditions d'obtention des pensions !
          Je songe au favori des français Monsieur Jacques Chirac qui vit sans doute très bien avec ses 36 000€ par mois dans un appartement quai voltaire prêté par un ami. 
          Je songe au général Charles de Gaulle qui payait tous ses dépassements du temps ou il occupait l’Elysée et qui a refusé sa retraite de Président de la République pour se contenter de celle de Général.
          Un autre temps, d’autres mœurs. Sans doute que l’abstention ne serait pas un fléau si les représentants du peuple avaient encore le souci de la France et des français.

C’était ma minute de grogne.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

Gérard Brazon 22/02/2010 21:34


Je partage la plus grande partie de votre commentaire. Pour ma part je ne me permettrais jamais de faire un jugement sur cette période. Beaucoup de résistant l'ont été à la première heure et il y
eut un certain nombre qui était communiste. Mais la majorité ont attendus que les choses se calme. Une autre partie de la population s'est montrée complaisante. Le parti communiste et beaucoup
de socialistes se sont montrés très collaborateurs si ce n'est collabos. Ne pas oublié que François Mitterrand a été décoré de la Francisque avant de se découvrir résistant en 43 et prétendre
à ce titre auprès du général de Gaulle. ce qu'il lui refusa. D'où sa haine du gaullisme.
Merci à vous pour ce commentaire.


Thouvenin 22/02/2010 19:09


J'ai bien aimé votre "minute de grogne". Vous avez raison de fustiger tous ceux qui font de la politique une base de lancement pour se "booster" et/ou se remplir les poches.

Il ne me paraît pas anormal que l'on dénonce ce candidat socialiste multirécidiviste. Après tout, Martine Aubry est bien le chef élu du PS par tricheries et falsifications diverses ! Alors,
pourquoi s'étonner que le PS et toute la gauche soient toujours du côté des délinquants ?

Quant "aux heures les plus sombres de notre histoire", je suis de ceux qui les ont vécues et je n'aime pas qu'on en parle mal. Rappelons, sans vouloir polémiquer, qu'à l'heure où certains se
pavanaient à Londres et d'autres à Moscou, un vieillard de 84 ans qui avait une haute idée du sacrifice et était resté à côté des Français pour les défendre du mieux qu'il pouvait, lui qui savait
très bien que "le sale boulot" qu'il avait accepté de faire lui serait un jour reproché, lui qui aurait pu tranquillement finir ses jours en Suisse ou dans un autre pays ami, il ne s'est pas dérobé
à la justice de son pays. L'immense majorité des députés et sénateurs du Front Populaire avaient été bien contents de lui "refiler" les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940, après qu'ils eussent été
responsables de l'épouvantable défaite de nos armes en mai-juin 1940. Ils n'ont jamais été condamnés pour cela !
Un semblant de procès truqué l'a condamné, c'est la "justice" des hommes, celle du bouc émissaire, mais je reste fidèle à sa mémoire, c'est la justice de l'Histoire.

Que les "forts en gueule" qui parlent aujourd'hui des "heures sombres" d'une histoire qu'ils n'ont pas vécue veuillent bien avoir un peu de modestie : à cette époque, il n'était pas facile de
savoir comment faire son devoir. Beaucoup s'y sont frottés et ne se sont cousu des galons de colonels qu'au dernier moment, quand le vainqueur et le vaincu étaient franchement visibles.

Quant aux communistes, ils ont été les alliés des Allemands jusqu'au 22 juin 1941. Alors, pour les leçons de morale...