Michèle Cotta : "L'UMP face à ses contradictions".

Publié le 24 Mai 2013

Par MICHÈLE COTTA Le Point.fr 

L'opposition entre Nathalie Kosciusko-Morizet et Guillaume Peltier symbolise à elle seule les divisions au sein de l'ancien parti de Nicolas Sarkozy.

Elle le raconte elle-même, un léger sourire aux lèvres. "Un jour, on m'a dit : Si vous êtes gentille, on viendra tous à votre enterrement."Nathalie Kosciusko-Morizet n'a pas oublié le conseil. Elle lui en a même ajouté un autre : ne pas se faire dévorer par les "méchants". Ses longs cheveux blonds, dont elle tente sans succès de ranger les mèches rebelles, lui donnent un air de madone préraphaélite.

Bien naïf, ou bien imprudent, serait celui qui s'y laisserait prendre. NKM, comme on l'appelle, est une guerrière. Beaucoup l'apprendront sans doute, dans les années qui viennent, à leurs dépens. Pas seulement parce que, diplômée de l'École polytechnique, elle a rempli ses obligations militaires comme officier de marine. Mais plus encore parce que, tombée depuis sa naissance dans le chaudron politique - arrière-grand-père, grand-père, père, tous trois engagés dans la vie de la cité -, elle a toujours su, contrairement à tant d'autres, qu'il n'y avait pas de victoire sans combat, pas de défaite qui ne soit en partie méritée, pas de chemin tout tracé, pas d'amis ou plutôt trop d'amis que vent emporte. 

Une "parachutée"

Il n'empêche : elle ne s'attendait sans doute pas à ce que, pour elle, la bataille pour la conquête de Paris commence par un affrontement cinglant à l'intérieur de son propre camp. Avant même que des primaires ne départagent les quatre candidats de l'opposition qui s'y sont inscrits, alors que NKM a toutes les chances de l'emporter, la voilà accrochée par le jeune leader de la Droite forte, vice-président de l'UMP, Guillaume Peltier, qui a appelé, sans faire dans la nuance, à une "mobilisation pour que ce ne soit pas elle qui soit désignée". Motif : NKM, qui s'est abstenue au Parlement sur le mariage pour tous, ne pourrait pas prétendre incarner dans la bataille parisienne le mouvement qui a pris, dans son immense majorité, le parti adverse.

En elle-même, l'intervention de Guillaume Peltier n'a guère eu l'impact que celui-ci attendait. NKM mène la course en tête, surtout depuis que Rachida Dati lui a abandonné le terrain. Sa seule crainte véritable est que la campagne des primaires ne se traîne dans la monotonie et que les Parisiens ne se précipitent pas devant les écrans de leurs ordinateurs pour participer, délestés d'à peine trois euros, à ce premier vote électronique. Elle en espérait, elle en espère toujours, une légitimité d'autant plus nécessaire qu'elle n'est pas, contrairement à ses challengers, une élue parisienne, mais une "parachutée" venue d'une autre planète - Longjumeau ! Mais on voit mal qui, en dehors d'elle, de Pierre-Yves Bournazel à Jean-François Legaret, aurait une légitimité plus grande. Ni celui qui, début juin, pourrait être plus qualifié qu'elle pour mener le combat parisien, avec quelque chance d'y faire un meilleur score.

Deux lignes à l'UMP

Le problème est que le mariage pour tous a bon dos, et qu'un train en cache évidemment un autre. Il y a bien aujourd'hui deux lignes au sein de l'UMP. Deux lignes que la paix armée entre Jean-François Copé et François Fillon ne parvient pas toujours pas à unifier. Les mêmes clivages, apparus pendant la campagne de Nicolas Sarkozy - le clan Buisson, le clan Guaino, pour aller vite -, restent profonds. Entre Guillaume Peltier, rallié à l'UMP après être entré dans la vie politique par le mouvement jeunesse du Front national, et NKM, figurant sur la liste noire du FN pour les élections législatives de 2012, il y a bien, de façon presque caricaturale, deux analyses politiques différentes : l'UMP doit-elle, pour gagner les prochaines élections, municipales, européennes, présidentielle, intégrer dans son argumentaire tout, ou une partie seulement, des positions de l'extrême droite ? Doit-elle, au contraire, s'en détacher, s'en protéger, pour affirmer la ligne d'une droite de gouvernement républicaine, libérale et modérée ?

Ainsi la future campagne de Paris met-elle, dès aujourd'hui, l'UMP face à ses contradictions. Divisé, l'ancien parti de Nicolas Sarkozy risque bien d'être confronté en 2014, plus encore en 2017, à la même situation qui a entraîné sa défaite en 2012, à la présidentielle et aux législatives. Mais à quel prix, sur quel socle, autour de quels principes refondera-t-il son unité ?

 

Entre la machine à perdre et l'impérieuse volonté de gagner, le choix devrait être clair, à condition que le Front national n'étende pas son ombre sur la droite tout entière.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 24/05/2013 18:19


L'UMP m'apparaît comme un RAMASSIS d'arrivistes inCONséquents et inCONsistants dirigé par un abruti d'arriviste jusqu'auboutiste dit COOPÉ pas du tout coopératif notamment avec son ex premier
Ministre, un mou mou qui n'est certainement pas de la même catégorie dégradée. Ce RAMASSIS explique sans doute l'absence de propositions suivies de solutions aux problèmes de la France et des
français. Quant à SARKO ... Un vrai moulin à vent qui cause, qui cause  à côté de ce qu'il devrait faire mais n'a pas fait et sur lequel on ne peut compter pour mieux faire ultérieurement
..!. TOUT ce BEAU MONDE prétendu de droite, auquel depuis GISCARD, en passant par ce "bricoleur pontifiant de CHIRAC" auxquels on doit:


- l'occupation de la FRANCE par l'islam qui n'est qu'une immigration de substitution,


- la ruine de nos valeurs autant morales qu'industrieuses et, qui continue à fermer les yeux sur notre devenir bien sombre.


Ce RAMASSIS est bon à foutre dans une immense POUBELLE avec COUVERCLE ÉTANCHE car il PUE LA MERDE .! Vive le CHANGEMENT Mais un VRAI et, QUEL QU'IL SOIT, ça ne pourra pas être PIRE, pire que ce
qu'on nous prépare et qui nous attend.!


VIVE MARINE - MARINE au POUVOIR .!

mika 24/05/2013 18:00


Lui, au moins, à des choses à dire.


Michel ONFRAY,  aujourd’hui chez Bourdin… « LIMPIDE »
http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/bourdin-direct/bourdin-direct-michel-onfray-24-05-127428/

yves IMBERT 24/05/2013 17:34


POlytechnique ou pas, jusqu'a plus ample informé le diplôme n'est pas garant de l'intelligence et je suis bien placé pour le dire,  NKM reste une dinde plus proche du PS que des patriotes

Epicure 24/05/2013 17:24


Une solution réaliste pragmatique ET HONNËTE serait d'adopter une politque Vraie intégrant tout ce que le FN dit et projecte de vrai depuis 30 ans et que le déni psychotique de la droite assure
de sa capilotade défintive et du Répuvblicansime sans lequel toute dé,ocratie français  perdrait et son sens et sa justification même. C'est entre ces deux marteau et enclume que se trouve
la Fran,ce. Arrêter dans une rafle formidable et bien entendue honnie, tous les minoritaires  voyous qui rendent les banlieues de braves gens insalubre et leur détention dans des camps de
travail et rééducation vite montés et entourés de barbelés électrifiés résolvant la question et de leur garde et de leur mise au pas, apparait aux policiers comme La Solutioon incontournable et
quasi définitive...et dissuasive... Mais jamais personne n'ozsera faire ce travail légitime mais mal vu par une veulerie bien-pensante espérant telle l'autruche dans le sable que le prédateur va
s'en aller déçu par son cul en l'air...


Ainsi, ce smês bien-pensants ne FAISANT RIEN amènent le plus sûrement possible, la gierre civile qui verra les français tirer à vue les étrangers dans les rues et où mourront en
priorité les braves types qui seront à disposition...les vrais voyous s'étant déjà planqués et solidement armés...