Affaire DSK: les commentateurs en délire par Christine Tasin

Publié le 17 Mai 2011

          Nul ne sait ce que deviendra l’affaire de DSK inculpté de viol, séquestration etc. Réalité, coup monté ? A suivre. Par contre, le spectacle télévisuel sur Antenne 2 était granguinolesque, avec Duhamel, Giesbert et Fourest en chroniqueurs patentés sommés de jouer les voyante extra-lucides…

Comme ils n’avaient évidemment rien à dire… ils ont fait du remplissage en faisant ce que leurs patrons ou leurs amis attendent d’eux à moins que ce ne soit leur ambition personnelle qui ne les y pousse !

Fourest la soi-disant féministe qui n’a pas un mot pour la présumée victime et n’évoque même pas à mots couverts la réputation de DSK et ce qui pourrait passer pour un précédent, (voir la video ci-dessous et lire le témoignage de la mère de la victime) même s’il n’y a pas eu de plainte de déposée… et qui saute sur l’occasion pour dire des horreurs sur Marine le Pen, affirmant avec son air de fausse petite fille à qui on donnerait le bon Dieu sans confession que Marine Le Pen, dans sa déclaration à propos de l’affaire DSK avait été « soft » eu égard à ce dont elle était capable !!! C’est du Fourest tout craché, la saloperie lancée pour aider ceux qui ne penseraient pas comme elle à entrer dans la bien pensance et la, forcément pertinente,  vision du monde  de celle qui se prend pour la reine des laïques. Mais il paraît que le CSA veille à l’objectivité et à la neutralité journalistiques, nous sommes tranquilles…

Franz-Olivier Giesbert, quant à lui, a joué son rôle de politilogue patenté, disant tout et son contraire selon les contre-argumentations de son interlocuteur du moment. Ayant d’abord insisté sur le séisme politique au parti socialiste qui perdait vraisemblablement, quoi qu’il arrive, un candidat exceptionnel (ben voyons ! ), il a ensuite pris de la distance avec  la victoire de DSK en 2012, annoncée comme incontournable par Duhamel en rappelant l’exemple de Balladur…

Mais la palme de l’intoxication et de la manipulation revient sans conteste à Duhamel, qui a ciré les chaussures de Strauss-Kahn d’une façon obscène, insistant avec la légèreté d’un éléphant dans un magasin de porcelaine sur les capacités et l’efficacité de Strauss-Kahn qui aurait fait ses preuves (au Sénégal, en Mauritanie et partout où les pays en voie de développement ont dû faire appel au FMI, où Strauss-Kahn continue avec enthousiasme l’oeuvre néfaste de ses devanciers,  on doit apprécier… ; comme les Grecs que le soi-disant génie économique veut obliger à vendre leurs bijoux de famille) ; ajoutant la larme à l’oeil que les conseillers de Strauss-Kahn en feraient un éloge dithyrambique et que l’épisode américain était un séisme !

Duhamel non seulement n’a pas eu un mot pour la victime présumée mais a eu le front et le mauvais goût de laisser entendre que face à un tel génie, une telle efficacité, on pouvait bien pardonner à un homme sa part d’ombre, son côté « homme de Cro-Magnon ». Il a osé. La boucle est bouclée, il n’y a plus de morale chez nos élites, qu’elles soient politiques ou mediatiques. Seul compte le degré d’efficacité pour faire disparaître les peuples et les pays, au service d’une mondialisation financière servant les intérêts d’une nouvelle féodalité. Droit de cuissage inclus.

Christine Tasin

Résistance républicaine

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

LA GAULOISE 18/05/2011 08:26



CES TROIS TYPES"  JOURNALISTES" DONT VOUS CITEZ LES NOMS ME FONT PENSER AUX PIEDS NICKELES ( UN PEU BETES ET SURTOUT MECHANTS ET HYPOCRITES).QUAND ILS NE PEUVENT PAS NIER L'EVIDENCE, ILS
ATTAQUENT LES AUTRES - EN L'OCCURENCE MARINE LEPEN- C'EST TRES TRES COURAGEUX MAIS BON ON EST HABITUE MAINTENANT,NON,



Johanny 18/05/2011 08:03



on comprend mieux pourquoi bien des femmes de gauche admettraient volontiers le port généralisé du niqab !



Johanny 18/05/2011 08:01



Merci nancy, toute cette soi-disant gauche bien-pensante qui hurle au "lynchage médiatique", que ne s'en sont ils préoccupé vis à vis de madame de Bettencourt quand ils étaient prêts à aller
jusqu'à lui infliger une crise cardiaque !!!



Nancy VERDIER 18/05/2011 00:54



Tout à fait exact Johanny. C'est ainsi qu'aux USA le mouvement "flowers" a commencé sur les Campus pour surmonter l'interdiction d'aller retrouver les filles dans leurs Bungalows ....Quant aux
socialistes de la rue Solférino, leurs comportements ne valent  pas plus chers que celui des Islamistes :  un décolleté, une mèche de cheveux qui dépasse, les jambes à l'air, les
bras découverts sont des provocations insurmontables pour un musulman ...et pour un socialiste français. C'est donc la faute de la soubrette et comme dit Jack Lang qui récidive avec ses
remarques machistes  "il n'y a pas mort d'homme"...Sauf qu'aux USA, c'est une "felony" et c'est très grave.
De toutes façons, on peut faire confiance à la Justice américaine qui va éplucher tous les détails de cette affaire. Au moins on peut dire qu'aux USA la femme est défendue, car si cela était
arrivée en France, la Justice aurait pris son temps, et DSK vaquerait toujours à ses occupations diverses.... D'ailleurs on voit bien que Tristane Banon, n'avait pas osé porté plainte il y a 9
ans..et à ma connaissance elle ne l'a toujours pas fait.



Johanny 17/05/2011 18:18



culture soixantehuitarde ayant pour origine la même que les événements de mai 68, les mecs voulaient aller baiser les filles dans leur campus! ( pardon pour les mots crûs mais j'appelle un
chat "un chat"...... la soi-disant "soif de libertés" c'était ça et rien d'autre !... ça a donné Cohn Bendit, D.S.K. et tous les autres....



island girl 17/05/2011 18:18



Selon"the post" l'avocat de dsk plaiderait pour relations entre adultes consentants ...difficile de lutter contre les preuves ADN !!! responsable mais pas coupable ?et saint clair avec ses cornes
est une sainte ...nitouche!



Johanny 17/05/2011 18:07



Il est ignoble d'entendre que les proches de DSK argumentaient en disant que la plaignante a un physique avantageux. Cela révèle les difficultés que l'on a en France à penser de manière nuancée
sur les plaintes sexuelles. Il y a toujours des réactions de méfiance vis-à-vis de celles-ci. Elle est liée au fait que notre culture sexiste nous fait penser que les hommes sont en proie à des
pulsions sexuelles irrépressibles. Tandis que les femmes victimes « l'ont bien cherché », en répondant aux canons de la beauté.