Afghanistan : sanctions brutales en cas d'échec du test de virginité

Publié le 1 Mai 2011

          Nos soldats meurent là bas. Des aumoniers nous disent combien les français sont courageux et combien ils sont méprisés par les autorités afghanes lors des honneurs rendu quand ils tombent aux combats. Les autorités françaises se plient devant la charia et obligent les femmes soldats à avoir une attitude différente alors même qu'elles sont françaises et militaires.  Pour finir, les soldats français musulmans sont à Bareïn pas en Afghanistan.

Gérard Brazon 

 

de Poste de veille

La Mission d'assistance de l'ONU en Afghanistan indique que les meurtres dits d'honneur n'ont rien à voir avec la religion. Pourtant, la loi islamique prévoit que le meurtre de sa progéniture n'est passible d'aucune sanction (lire). Et les peines imposées en cas de relations sexuelles hors mariage sont conformes à la charia. Ci-dessous, une Afghane accusée d'adultère est lapidéeEt nos soldats se battent pour ça ?

Afghanistan-stoning2
Lire aussi :

L'Afghanistan et le viol

Afghanistan : un homme et une femme lapidés pour adultère

Selon la charia, le crime d'honneur n'entraîne pas de sanction

_________________________________

KABOUL, 26 avril 2011 (IRIN) - Les sanctions imposées aux femmes afghanes en cas d'allégations de relations sexuelles et de perte de virginité avant le mariage, y compris la mort, sont extrêmes et discriminatoires tout en n'étant pas prévues au code pénal, disent des militantes.

«J'ai vu une femme qui a été publiquement humiliée et torturée parce qu'elle aurait perdu sa virginité avant sa nuit de noces, a dit Suraya Subhrang, commissaire des droits des femmes à la Commission indépendante des droits de la personne d’Afghanistan. Les sanctions extra-judiciaires, a-t-elle ajouté, sont répandues et profondément enracinées dans le pays.

Les travailleurs de la santé sont souvent appelés à confirmer la virginité d'une femme, la virginité étant un prérequis au mariage. « Les tests de virginité et d'adultère font partie de notre travail normal », a déclaré Del Aqa Mahboobi, un expert médical à Kaboul. ... Selon Amnesty international, lorsqu’ils sont imposés de force ou effectués sous la contrainte, les tests de virginité sont avilissants pour la femme et constituent une forme de torture.  

Mais au sein des communautés afghanes, le fait d'échouer le test peut entraîner des meurtres dits d'honneur, un crime sous-déclaré habituellement commis par les familles et les proches qui croient qu’une jeune fille ou une femme a déshonoré la famille. « Les crimes d'honneur reconnaissent le droit d'un homme de tuer une femme en toute impunité en raison du préjudice que ses actions immorales ont causé à l'honneur familial», a indiqué la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) en décembre 2010. Ces meurtres, selon la Mission, sont fondés sur des croyances culturelles profondément ancrées et non sur la religion. «Les hommes demeurent généralement impunis pour les « crimes d'honneur», a expliqué Subhrang à IRIN. Mais une femme peut-elle tuer son mari s’il a eu des relations sexuelles illégitimes ? » 

Les relations sexuelles hors mariage sont un péché en vertu de la jurisprudence islamique et des lois afghanes qui en découlent largement. « La virginité est un marqueur naturel», a déclaré Mawlawi Mohammad Qasim, un membre du bureau pénal de la cour suprême. «Quand elle est perdue en raison de relations sexuelles illégitimes, cela implique l'adultère, lequel doit être puni,  a-t-il dit, ajoutant qu’une personne non mariée, homme ou femme, qui s’avère avoir eu des relations sexuelles hors mariage est passible d’une peine de trois à cinq ans de prison, et d'une peine pous lourde si elle est mariée».  

Les militantes des droits de la femme disent que la loi sur l'adultère est trop problématique et qu’elle est principalement utilisée contre les femmes. Dans certains cas, les femmes sont victimes de viol. «La loi ne distingue pas clairement entre le viol et les rapports sexuels consensuels : les victimes de viol sont traitées comme des criminelles et des adultères», a déclaré Subhrang de l'AIHRC.

Bien que caché et sous-déclaré, le viol est un crime qui se produit quotidiennement à travers le pays, a indiqué la MANUA dans un rapport distinct en juillet 2009. « C'est la femme ou la jeune fille - la victime du viol – qui porte la honte du crime, et non pas le violeur », indique le rapport.

Source : AFGHANISTAN: Virginity-related penalties “extremely unfair”, IRIN, 26 avril 2011. Traduction partielle par Poste de veille

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

isabelle 02/05/2011 05:07



Combien de siècles leur faudra-t-il pour parvenir à un peu d'humanité ?



Nancy VERDIER 01/05/2011 16:39



A dire vrai, je ne sais plus contre quoi on se bat en Afghanistan. Est-ce une guerre de protection des pipe-lines pétroliers ? Est-ce une guerre d'entrainement en prévision de futurs conflits ?.
Est-ce une protection contre les Islamistes du Pakistan ?? Contre l'Ex-URSS ??? Des milliards s'envolent en fumée chaque jour et de jeunes hommes perdent leur vie dans des combats incertains
et sans issue...En Afghanistan, l'Islam s'est greffé sur des coutumes très archaïques et tribales. L'islam n'a fait que perfectionner le système de cruauté déjà existant. Il n'y a rien à espérer
là-bas. Des cohortes de chercheurs, d'ONG de toutes les nationalités ont déjà tout essayé....



Johanny 01/05/2011 16:00



Soyons un peu logiques, lorsqu'une femme a commis l'adultère elle ne l'a pas commis toute seule, qu'est il prévu comme sanction pour le mec ?