Afghanistan: un sourire dans l'horreur des talibans "malades" de Dieu!

Publié le 16 Octobre 2010

           Certains se demandent pourquoi rester en Afghanistan! "Nous y perdons des soldats, ce sont des sauvages, qu'ils se tuent entre eux, c'est loin de chez nous, qu'ils se démerde ou argument massue, c'est leur problème pas le notre"! Tout cela est vrai et faux!

           Il ya des degrés dans la sauvagerie. Beaucoup d'innocents sont tués. Ce n'est pas si loin à vol d'avions chargés de bombes humaines. Nous sommes sur le même vaisseau spatial. Leur problème est devenu le nôtre le jour ou des avions se sont écrasés sur des tours américaines comme cela aurait pu être sur la Tour Montparnasse ou Eiffel.

Mais au delà, il y a ce reportage sur cette jeune fille qui m'a bouleversé. J'ai des enfants! Comment peut-on donner des enfants en paiement de dettes? Comment peut-on laisser une enfant de douze ans dans les pattes de malades de Dieu! Des tarés bon a être enfermé au mieux? Alors faut-il partir ou rester?  Et sauver une ou deux gamines sur 3000? Moi je ne sais pas! Ce que je reconnais c'est que je n'ai pas un fils là bas! Comme je sais aussi qu'un engagé est d'abord un soldat qui sait ce qu'il fait et connaît son engagement! L'Armée n'est pas non plus un club de scoutisme !

Gérard Brazon

Le nouveau sourire d'une jeune Afghane mutilée sous les talibans

Une image qui vaut mille mots.

   Afghan-girl3
_______________________

Une adolescente afghane qui a été horriblement mutilée par son mari sous le régime des talibans était tout sourire quand elle montré sa nouvelle prothèse nasale pour la première fois.

Afghan-girl-times Aisha, 19 ans, a bouleversé le monde quand elle a fait la page couverture du Time Magazine afin de lever le voile sur le sort réservé à de nombreuses femmes en Afghanistan. Hier, elle a courageusement fait face au public avec sa prothèse nasale, laquelle lui donne une idée de l’apparence qu’elle aura après une chirurgie reconstructrice.

À 12 ans, son père l'a donnée en mariage à un taliban en règlement d’une dette. Sa belle-famille a abusé d'elle et l'a forcée à dormir dans l'étable avec les animaux. Elle a tenté de s'enfuir mais elle a été rattrapée et son mari lui a coupé le nez et les oreilles pour la punir.

Laissée pour morte dans les montagnes, elle a rampé jusqu’à la maison de son grand-père, et son père a réussi à l'emmener dans une clinique américaine où des médecins lui ont prodigué des soins pendant dix semaines. Ils l’ont ensuite transportée dans un refuge secret à Kaboul et en août, elle s’est envolée pour les États-Unis grâce à la Fondation Grossman Burn, pour y demeurer dans une famille d’accueil.

Ce mois-ci elle a reçu une prothèse nasale dans le cadre de son traitement de réadaptation de hui mois au centre Grossman Burn de l'hôpital West Hills de Californie, un organisme humanitaire à but non lucratif. Le Dr Peter H Grossman a dit qu’ils espéraient offrir à Aisha une «solution plus permanente», ce qui pourrait impliquer une reconstruction de son nez et de ses oreilles en utilisant de l’os, des tissus et des cartilages prélevés sur d’autres parties de son corps.

Rebecca, l’épouse du Dr Grossman et la présidente de la Fondation Grossman Burn, a rappelé qu’Aisha n’est qu'une femme parmi des milliers d'autres qui sont traitées avec une dureté effroyable. «Chaque regard dans le miroir lui rappelle cette condition d’esclavage. Mais elle peut encore rire, et vous voyez alors son esprit d’adolescente irradier d’un corps qui a subi une vie complète d’injustice», a-t-elle ajouté.

Source : The smile that defies the Taliban: Afghan teenager whose mutilated face shocked the world unveils her new image,  par Claire Bates, Mail Online, 13 octobre 2010. Traduction partielle

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article