Alain Juppé en plein délire à Bordeaux. Pauvre homme...

Publié le 3 Février 2015

Gérard- Par Gérard Brazon

Alain Juppé qui est le candidat de l'UMP préféré des socialistes est une grosse tête dit-on. Une tête d'oeuf, ami du radical-socialiste Jacques Chirac qui le considérait comme son fils politique. En famille donc.

Il fut Président de l'ancien RPR qui autrefois revendiquait des positions politiques "racistes" suivant la formulation actuelle. A savoir, arrêt de l'immigration, plus d'alloc pour les familles immigrés, déchéance de la nationalité, etc. Bref des horreurs abominables à ses yeux aujourd'hui. Trop Front National. Qu'est-ce qui s'est passé ?

La grosse tête de l'UMP veut le pouvoir et donc s'aplatit. Certains pourraient lui dire : vous avez une tête ? Fort bien, mais l'épingle aussi en a une

En attendant, il prend les électeurs pour des imbéciles (comme d'habitude d'ailleurs) et nous affirme quand "son âme et conscience" (et oui, ce repris de justice a une âme et même une conscience) il appellerait à voter socialiste dans le Doubs contre le Front National. 

On pourrait croire qu'en vieillissant, on apprend, on tempère, on s'assagit, on relativise ! Et bien non, en politique on se croit "conscience" du peuple. Il voit le bougre, non pas les bêtises qu'il affirme, mais que le FN est son principal adversaire. 

Mon pauvre Juppé, c'est bien triste pour vous. Souvenez-vous de ce que vous défendiez dans les années 1990 ! Vous avez dit faux-cul ? 

Gérard Brazon


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

LA GAULOISE 05/02/2015 09:05


D bord jupe veut construir une mosquee a son copain l islam de bordeaux et maintenant il trahit sa famille politique et ensuite que va t il faire ?

maury 04/02/2015 22:57


Les Niçois sous le charme d’Éric Zemmour


Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 22:23






Il aurait fallu au moins trois amphithéâtres au CUM (Centre Universitaire Méditerranéen) pour accueillir ce mardi 3 février 2015 le public venu écouter celui que la Police de la Pensée aimerait
bien faire taire. Plusieurs centaines de personnes s’étaient positionnées devant les grilles deux heures avant l’ouverture afin d’être sûres d’écouter l’auteur du best-seller
« Le suicide français ». De fait l’amphithéâtre était déjà
bondé bien avant l’arrivée du conférencier.



Patrice Zehr, animateur de la rencontre, attaque très fort en demandant à Éric Zemmour s’il aurait écrit son livre différemment s’il l’avait écrit maintenant, après l’attentat contre
Charlie Hebdo.
Ce dernier réplique du tac au tac qu’il n’aurait rien changé. Le ton est donné. Zemmour explique que son livre se présente comme une analyse
chronologique qui commence en 1970 et se termine en 2008, car dit-il : « En 2008, la messe est dite ». Les événements du 7 janvier 2015 sont inscrits dans cette chronologie
 « au-delà même de mes prévisions, et ce pour trois raisons » :
• Ce sont des enfants de l’immigration, nés en France, qui tuent parce-qu’ils exécutent une sentence islamique ; ce n’est pas un acte terroriste, insiste-t-il, c’est l’exécution d’un jugement
religieux, la vengeance d’un blasphème ; alors que le blasphème n’est plus répréhensible en France depuis la Révolution, le voilà qui réapparaît.
• Ceci peut se produire parce-qu’un peuple vit dans le peuple. Éric Zemmour parle de « halalisation des quartiers ». L’immigration a conduit à la cohabitation de deux
peuples, voire de plusieurs peuples qui ne partagent plus rien : pas la même culture, pas la même religion, pas la même histoire.
• Éric Zemmour s’amuse à voir comme un signe des dieux que ce sont précisément ceux qui ont œuvré le plus activement à la destruction de la France en 3 D :
– dérision,
– déconstruction,
– destruction
qui sont les victimes de l’attentat sanglant du 7 janvier. Ce sont ceux qui sont allés le plus loin dans la haine de soi et l’adoration de l’autre qui en sont les victimes.
 


Comment expliquer alors l’extraordinaire mobilisation populaire du 11 janvier ?
Toujours très pédagogique notre conférencier répond en quatre points.
1) « Quand le peuple a peur, il se réfugie sous les ailes du roi » rappelle Éric Zemmour. La Ve république fait du président de la République un roi élu. François
Hollande a bien su en tirer profit.
2) Zemmour ébrèche le mythe de l’unité nationale forgée à cette occasion, et propose d’analyser qui a manifesté et qui n’a pas manifesté. Dans les premiers on trouvait la droite modérée et
les socialistes, dans les seconds le Front National, la droite dure et les immigrés.
3) Les dirigeants savent parfaitement inventer des mots lorsque la réalité n’existe plus, le meilleur exemple étant le « vivre ensemble ». Alors que le Français ne vivent
plus ensemble parce-qu’ils ne partagent plus la même culture française commune, nos dirigeants ne parlent plus que de cela, de « vivre ensemble ». Zemmour s’amuse,
nous dit-il, à démonter cette démarche « nominaliste » qui consiste à nommer les choses au lieu de les discuter. Tous ces mots sont des attrape-couillons,
et « c’est vous les couillons ! » lance-t-il.
4) Le talent rhétorique de la classe dirigeante est une réalité. Alors que des Français issus de l’immigration exécutent une sentence religieuse contre ceux qui étaient le plus actif à
détricoter la société française, par un « double salto arrière », nos dirigeants retombent sur leurs pattes comme des chats et nous expliquent que tout cela est la faute
d’une mauvaise lecture de l’islam. Et qu’il faut dorénavant œuvrer à distinguer l’islam tolérant de l’islam terroriste. La classe dirigeante s’efforce de nous faire croire que
le« vrai danger, c’est l’amalgame. »


Y a-t-il derrière ce déclin programmé, un « orchestre clandestin » ? lui demande Patrice Zehr.
Éric Zemmour ne croit pas au grand chef d’orchestre clandestin [NDLR : la théorie du complot]. Certes il existe des cercles où les dirigeants se
retrouvent (Le Siècle, Bilderberg par exemple), mais c’est plus intelligent que cela, nous prévient-il. Il s’agit de minorités qui sont persuadées qu’elles détiennent une idéologie qu’il faut
déployer sur toute la planète. À la manière de Lénine, elles pensent être l’avant-garde du peuple. Puis il y a entre des minorités des alliances et des réseaux. Il n’y a pas de théorie du
complot, pense-t-il, il y a un agenda. Il faut détruire la culture française, enlever la mémoire aux Français. Cela fonctionne grâce à une alliance entre gauchistes et libéraux.
Cette alliance s’est faite dans la fin des années soixante. De Gaulle représente alors encore cette France rurale, catholique, patriarcale, mais cette France au pouvoir est rongée de
l’intérieur. Le modèle anglo-saxon, protestant, séduit les jeunes par sa plus grande liberté individuelle, sa quête du bonheur, de la réussite, l’absence de tabou pour l’argent. Zemmour
rappelle l’échange entre les deux normaliens Georges Pompidou et Alain Peyrefitte, deux
ministres de de Gaulle, échange qui portait sur le lien entre un retard économique d’alors et le fond de culture catholique de la France. Georges Marchais, à l’instar de de Gaulle d’une
certaine manière, est l’un des derniers représentants politiques d’une France enracinée.
Si de Gaulle a accordé l’indépendance à l’Algérie, c’est qu’il craignait de voir se transformer la France sous la pression démographique. Il sait que l’Histoire et déterminée par la
démographie. Il accorde l’indépendance à l’Algérie pour assurer la prospérité économique à la France. De fait c’est ce qui est arrivé avec l’amorce des Trente glorieuses.
On pourrait croire que c’est de Gaulle le vainqueur de l’affrontement générationnel de mai 68. Mais dans la durée, les  perdants sont devenus les vainqueurs. Ce qu’ils n’ont pas obtenu
en mai 68, il l’ont obtenu en accédant peu à peu au pouvoir. Cela s’est passé en trois phases :
1) les années 70 : les jeunes sapent la société
2) les années


L'EN SAIGNANT 04/02/2015 18:16


Pauvre CON et PRÉTENTIEUX ..!.. CE QUI N'ARRANGE RIEN, bien au CONTRAIRE .!

maury 04/02/2015 16:47


Tous de connivence ,que ce soit au ps et à l'ump(un seul et même parti) qui nous joue les vertueux alors qu'ils ne sont que des vulgaires vendus,lâches et clientélistes sans scrupules du moment
qu'ils ont le pouvoir et peuvent se partager nos deniers,vivre dans des quartiers huppés et préservés aus frais de la princesse !Ils peuvent nous prêcher la bonne parole et conduire le pays au
désastre!!SEULE MARINE PEUT NOUS SORTIR DE LEURS SALES PATTES ET LES EXPEDIER EN TÖLE POUR NON ASSISTANCE A PEUPLE EN DANGER!!L HEURE EST VENUE DE JUGER CES COLLABOS QUI NOUS RUINENT !!!


SIVIS PACEM PARABELLUM


 

maury 04/02/2015 16:36








23 janvier 2015







4 février 2015

Une vidéo poignante du crash de l’avion TransAsia...





4 février 2015

Braqué dans son ascenseur





4 février 2015

Algérie : deux gendarmes abattus, les assassins d’Hervé...





4 février 2015

Clermont-Ferrand : une jeune femme égorgée à l’arme...





4 février 2015

Toronto: début de procès autour du complot
tuniso-palestinien...





4 février 2015

1435 ans de barbarie musulmane non-stop





4 février 2015

Un homme blessé par balles à la cité...





4 février 2015

Nice : qui est Moussa Coulibaly





4 février 2015

Goldnadel : et si le 11 janvier n’avait...





4 février 2015

La soumission servile à l’islam avance en France





3 février 2015

Un proche de Coulibaly en couple avec une...





3
février 2015

Activiste condamné. « Sioniste » est le code
antisémite pour...





3 février 2015

Enfin ! Colloque : « La responsabilité
des...






3 février 2015

Un journaliste demande à Sissi « d’être le plus...






3 février 2015

Alerte terroriste : à Nice, 3 militaires attaqués...







Previous


Next









Trannod 03/02/2015 19:50


Tout...sauf la JUPETTE

DURADUPIF 03/02/2015 18:55


Les girondins veulent encore le refliler aux montagnards. Mais ON N'EN VEUT PAS. En l'an 17 de notre ère il y aura des grenouilles pour la suprême présidence qui sortiront très chaudes du
chaudron des primaires. Sarkho cèdera-t'il ? Peu probable.

marie-plume 03/02/2015 18:01


Eh oui! Il s'y croit! Comment lui faire entendre raison? Plus dure sera la chute! Triste personnage .