Alain Madelin : non au boulet fiscal

Publié le 6 Octobre 2012

Alain Madelin sur la confiscation du capital entrepreunarial par le gouvernement socialiste et les conséquences dramatiques pour la France. Si tout le monde cherche à se barrer, c'est qu'en France il n'y a ni compétitivité des entreprises, ni objectifs de croissance car trop de fiscalités.... 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

Claude Germain V 06/10/2012 21:05


La mafia des medecins qui veut augmenter les malades au dessus de 80 ans de dix euros ........


je vais vous donner approxymativement le chiffre d'affaire de mon ancien medecin que j'ai quitté car il me passait le stetoscope a 10 centimetres de la poitrine en me disant de respirer fort ,la
prise de tension servait surtout a regarder le spetits oiseaux par la fenetre ,temps total passé pour la consultation 10 minutes chrono en main ..Pendant ce temps là les clients amis restaient
1/2 heure dans le cabinet a faire la blagotte et passaient leur temps a geindre et a pleurnicher . On pouvait considerer 30 clients minimum par jour en cabinet et la moitié dehors en consultation
ce qui donnait sur 5 jours par semaine 30 consultations X 21 euros = 610 euros + 10 a 15 consultations exterieures en prenant 10 consultations X 30 euros = 300 euros + 610 euros = 1000 euros par
jour mini X 5 = 5000 euros mini par semaine X 4 = 20000 euros mini par mois et loin du nombre; combien reste t'il reellement apres impots charges etc...etc... EN NET DE NET POUR LA POCHE 
????


Et les l'etat-ordure spoliateur il se sert de combien la dedans ?????

Eric W 06/10/2012 15:55


Alain Madelin a 100 fois raison.


Il cite volontiers l'économiste Bastiat qui parlait de l'Etat spoliateur et de "ce que l'on voit" et de "ce que l'on ne
voit pas".


Pour faire simple (et Coluche l'avait bien compris, il se moquait du système mais ses remarques ont toujours été frappé de
bon sens. C'est pour cela qu'il a fortement géné le pouvoir en place, jusqu'à son ….accident), donc l'Etat spoliateur, c'est "donne-moi ta montre et je te donnerai l'heure".


Car l'Etat spoliateur sait comment utiliser notre argent : bien mieux que
nous !


A croire que, dès qu'on à de l'argent c'est pour l'enterrer ou le brûler, bref le retirer du circuit.


Mais ce n'est pas nous qui le retirons du circuit !


C'est là qu'intervient Bastiat : qui, en venant chez nous, pour "travailler" fait sortir de France des capitaux qui
n'alimentent pas le circuit français ou européen de consommation ? On "voit" les recettes mais on "ne voit" pas les coûts induits (par exemple, des pans entiers de la justice ou de l'éducation
consacrés aux autres).


Voilà pourquoi on peut parler de socialislamisme : collectivisme, rente, totalitarisme, apparatchik, mafia, manace,
violence, tout ça, c'est l'organisation de la dépendance….bref l'opposé de la responsabilité individuelle et donc de la Liberté.


La question est "Qui paye ?" et dans le collectivisme, on paie pour tout mais pas toujours pour nous "de chacun ses
capacités à chacun ses besoins". Oui, mais ça va plus quand certains ont de gros besoins et de toutes, toutes petites capacités. C'est là que commence la spoliation.


 


Eric W.