Alarme sur une tentative de censure de l'Internet.

Publié le 7 Juillet 2011

Bien entendu, je m'associe à toutes actions contre les tentatives de contrôle d'internet. Autant je n'ai rien contre une surveillance systématique des pédophiles et autres délinquants dangereux, autant prendre le prétexte de "civiliser" les internautes est tout simplement scandaleux.

Beaucoup de Français savent désormais que l'information qu'ils recherchent est sur les sites et les blogs et non dans les JT du 20 heures ou les quotidiens et autres hebdomadaires. Mais ces sites et blogs sont moins contrôlables. Hormis les tentacules des journaux qui se mettent "en ligne" qui ont des "modérateurs". Des équipes qui censurent en réalité à tour de bras. Il suffit de constater que si vous défendez Israël, lutter contre l'islamisation, contester l'immigration incontrôlée, vous vous exposez à la censure "au nom de la charte" même si votre article n'est en rien insultant ni ne fait que constater. A la poubelle votre article, vos commentaires.

Ce qui passe très bien, c'est le palestinisme par contre. Vous pouvez taper autant que voulez sur Israël ou le sionisme, qui est le faux nez d'un antisémitisme nouveau, vous ne risquez rien. Par contre, si vous trouvez anormal voire, choquant qu'un homme de 52 ans épouse une enfant de 9 ans, vous avez le droit à condition de ne pas citer l'auteur du délit. Sinon, à la poubelle. C'est du racisme. Tant pis pour les milliers de gamines qui subissent ce sort au nom du précédent exemple.

Bref, nos gouvernants n'aiment pas internet comme ils n'aiment tout ce qui leur échappe. Défendons internet cet espace de liberté d'expression.

Gérard Brazon  

 

Le gouvernement Sarkozy veut censurer internet

Avaaz ("voix" dans plusieurs langues d'Asie, du Moyen-Orient et de l'Europe de l'Est), créé en 2007 afin de "fédérer les citoyen(ne)s de toutes les nations pour réduire l'écart entre le monde tel qu'il est et le monde voulu par la grande majorité d'entre nous", et qui fédère aujourd'hui près de 10 millions de citoyen(ne)s, dans le monde entier, vient de lancer une pétition "à l'attention du Président Nicolas Sarkozy" :

Nous vous appelons à retirer immédiatement le projet de décret qui permettrait au gouvernement d'être juge et partie pour définir les contenus en ligne et les services de l'internet auxquels nous pouvons accéder. Ce décret disproportionné menace nos droits et nos libertés démocratiques ainsi que la liberté d'expression garantie par la Constitution française.

Lancée ce jeudi 30 juin, elle a déjà recueillie plus de 40 000 signatures. (MaJ: le 7 juillet, plus de 146 000 personnes l'avaient signée)
 

Le projet de décret, révélé par Marc Rees de PCInpact, et publié sur OWNI, vise en effet à "industrialiser les mesures de blocage et de filtrage (de sites web -NDLR) à l’échelle du pays... tout en évitant soigneusement le passage devant un juge".

Le Conseil National du Numérique, qui réunit des professionnels de l'économie numérique et qui a été créé par Nicolas Sarkozy pour, précisément, donner son avis sur tout ce qui a trait au Net, a fustigé ce projet de décret aux motifs, notamment, qu'il vise moins à faire condamner les auteurs des contenus préjudiciables qu'à censurer les fournisseurs d'accès à l'Internet qui permettent d'y accéder, et qu'il met donc en place "un système de filtrage préventif illicite" :

Le projet de décret doit faire l’objet de nombreuses modifications afin notamment de faire concilier la nécessaire lutte contre la cybercriminalité avec le principe constitutionnel de la liberté d’expression

Ce qui fait dire à Avaaz que "Le gouvernement Sarkozy veut censurer internet par un décret qui pourrait bloquer des sites et pages de recherche", ce que l'ONG qualifie d'"assaut contre la liberté d'expression" :

Ce nouveau décret permettrait aux ministres de retirer tout contenu internet menaçant selon eux "l'ordre public", sans passer par un juge. C'est pourquoi un Conseil en charge de l'Internet créé par Sarkozy a condamné cette mesure comme étant inconstitutionnelle, et les experts internationaux sont en état d'alerte. Mais le décret pourrait malgré tout être adopté dans les prochains jours.

Le Président Sarkozy a montré au sommet du G8 qu'il soigne son image de dirigeant moderne et de partisan d'internet. Ainsi, si nous sommes suffisamment nombreux à exiger qu'il enterre ce projet de censure, nous pourrons faire pencher la balance et empêcher qu'il ne mette la main sur internet. Lançons un gigantesque appel national demandant à Sarkozy de protéger la liberté d'internet. Signez la pétition urgente et faites-la suivre à tous.

Cette initiative intervient au moment même où l'UMP, créée par Jacques Chirac Nicolas Sarkozy, vient de lancer ses 45 propositions pour une "révolution numérique", sous-titrée "Le meilleur reste à venir" et qui, in fine, cherche à se démarquer du bilan catastrophique du gouvernement Sarkozy/UMP pour ce qui est de la défense des libertés sur Internet.

La France a en effet été placée cette année dans la liste des pays sous surveillance dans le classement de Reporters sans frontières (RSF) des "ennemis de l'Internet" du fait, notamment, de la Hadopide la LOPPSI, mais également de la volonté de Nicolas Sarkozy de civiliser l'Internet, comme si les internautes étaient des "sauvages" qu'il convenait de coloniser (voir aussi L’enfer, c’est les « internautres »).

Non content de rappeler, en introduction, que le Conseil Constitutionnel avait censuré le projet de "riposte graduée" de la Hadopi au motif que «la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme », le programme de l'UMP entend précisément consacrer l'intervention d'un juge dès lors qu'il s'agit de bloquer, filtrer ou censurer un site web...

Reste donc à savoir en quelle mesure les citoyen(ne)s signataires de la pétition d'Avaaz aideront ceux qui, au sein même de l'UMP, ont conscience qu'il est dangereux, et contre-productif, d'attenter aux libertés sur le Net...

jean.marc.manach (sur Facebook) @manhack (sur Twitter)

Voir aussi : 
France : sauvons Internet (la pétition)
Rions un peu avec la Hadopi
Les pédophiles n'ont rien à craindre de la LOPPSI. Les internautes, si
Sarkozy expulse les libertés de son Internet civilisé
L’enfer, c’est les « internautres »

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

pascalou 08/07/2011 08:16



salut gérard


Ont la signe ou cette pétition ??? Notre Président fantoche est vraiment un incompétent doublé d'un dictateur c'est un truc de fou ce mec!!!!!   " SARKOZY DEGAGE" STP vite  très vite!!!


J'ai participer a une réunion sur l'affaire Al Dura et a un moment Philippe Karsenty a posé la question suivante qui a voté pour Srako au moins 80% des mains se sont levé et a la question et qui
votera pour lui en 2012  ....................... AUCUNE mains c'est levé je te le promet, c'est a ce demandé si il a vraiment l'intention de se représenter le Chralot de service


 


Bien à toi, bien à vous



Mascara 07/07/2011 20:54



Après avoir muselé la presse, la radio, la télé et installé à leur direction les copains!!!  Cela ne suffit plus... Il est vrai qu'internet dérange bcp l'UMPS y compris notre Président...
alors, il faut trouver un nouvel argument qui consisterait à mieux ficher les pédophiles et délinquants dangereux !!!  Mais de qui vous moquez-vous messieurs les responsables de tous les
Ministères ??? Les Français savent très bien que tous ces assassins ou détraqués ne purgent qu'une infime partie de leur peine, et, aussitôt remis en liberté ils récidivent avec autant de
barbarie. Il est grand temps de revoir vos promesses non tenues et reparler du "karcher"! car les Français en ont ras-le-bol de votre enfumage , etc, etc,...
D'ailleurs, vous le constaterez dans les urnes en 2012!



Johanny 07/07/2011 20:13



Sans les blogs et autres sites de juste information, les français resteraient bercés par les flagorneurs de la "bienpensance"européïste et communautariste....