Algérie: De bonnes nouvelles, des algériens se battent contre l'obscurantisme.

Publié le 7 Septembre 2010

  

Pendant qu'en France, les Républicains sont traités comme des fascistes au pire, des empêcheurs d'islamiser au mieux, des algériens courageux nous montrent l'image d'une Algérie qui se bat contre l'obscurantisme religieux. 

              Quel triste paradoxe de voir la patrie des "droits de l'homme" accepter ce que des femmes et des hommes d'Algérie refusent.

             Car, bientôt en France, des femmes et des hommes ne pourront plus s'assoir à une terrasse de café en plein ramadan tout simplement parce qu'ils seront typés africains du nord ou du Sahel comme déjà, on a pu le constater à Lyon ou des femmes et des hommes ont été pris à partie de part leurs origines.

           Quelle est donc cette France qui se dessine lorsque l'on peut entendre comme à Toulouse que les Républicains n'étaient pas chez eux et qu'ils n'avaient rien à faire sur cette place. Car même le droit de manifester commence à poser des problèmes.

          Alors je tourne mon regard vers l'Algérie et je vois des femmes et des hommes qui se battent aussi contre l'obscurantisme. 

            Que disent nos biens pensant de cette affaire algérienne? Rien! Ils ne disent rien Monsieur. D'ailleurs, chez ces gens là Monsieur, on ne pense pas, on mord, on insulte et on prie avec les islamistes.

Gérard Brazon

 

 

La justice décale l’affaire au 8 novembre face à la pression populaire

Procès des non-jeûneurs : le restaurateur relâché

Par : KAMEL OUHNIA

             Une centaine de personnes, parmi lesquelles d’anciens délégués du mouvement des archs, des militants du MAK (Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie) et autres défenseurs des droits de l’Homme, ont observé hier matin un sit-in devant le siège du tribunal d’Akbou, en guise de solidarité
avec les non-jeûneurs d’Ouzellaguène.

Le procès de l’affaire des non-jeûneurs d’Ouzellaguène qui devait avoir lieu hier matin, au tribunal d’Akbou, a été finalement reporté jusqu’au 8 du mois de novembre prochain. Outre l’ajournement du procès en question, le président du tribunal a décidé de la remise en liberté provisoire du principal accusé, le dénommé A. C., un jeune chômeur d’Ouzellaguène poursuivi, entre autres, pour “atteinte aux préceptes de l’islam”, après avoir été arrêté par la police, le 31 août dernier, alors qu’il se trouvait dans son local commercial, en compagnie de 9 autres personnes. Accusé d’avoir aménagé son local en restaurant et servi des non-jeûneurs pris en “flagrant délit” en pleine journée du mois de Ramadhan, ce jeune repris de justice a été, pour rappel, mis sous mandat de dépôt après sa présentation par la police judiciaire de la sûreté de daïra d’Ouzellaguène, devant le parquet d’Akbou, tandis que les neuf autres mis en cause ont été remis en liberté en attendant leur comparution devant le juge. Ce qu’il faut souligner, c’est qu’une centaine de personnes, parmi lesquelles des délégués du mouvement des archs, des militants du MAK (Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie) et autres défenseurs des droits de l’Homme, ont observé hier matin un sit-in devant le siège du tribunal d’Akbou, en guise de solidarité avec les non-jeûneurs d’Ouzellaguène.
Initié par les membres du bureau de Béjaïa de la Ligue algérienne de la défense des droits de l’Homme (LADDH), ce rassemblement de soutien se voulait être une forme de “pression” sur les autorités judiciaires, visant à inciter ces dernières à relaxer les mis en cause. Les organisateurs de cette action de solidarité n’ont pas manqué, d’ailleurs, d’afficher leur sentiment de satisfaction, suite au report du procès et surtout au relâchement du principal accusé. “C’est une victoire pour nous. Je pense que la justice a reculé devant la mobilisation citoyenne d’aujourd’hui. La décision de renvoyer le procès jusqu’au 8 novembre et la liberté provisoire dont a bénéficié le principal mis en cause révèlent la volonté des autorités judiciaires de jouer la carte de l’apaisement, en vue de baisser la tension qu’a suscitée cette affaire. Comme ça, on aura le temps de mieux nous préparer pour assurer une bonne défense aux inculpés et une solidarité citoyenne plus large”, nous a déclaré hier, Saïd Salhi, le premier responsable de la LADDH de Béjaïa, à l’issue de la décision du tribunal d’Akbou.

La population solidaire L’affaire des non-jeûneurs d’Ouzellaguène qui défraie la chronique locale n’a pas manqué de susciter un élan de solidarité au sein de la société civile de la région de la Soummam. Au niveau local, c’est l’étonnement profond. La quasi-totalité des citoyens rencontrés hier, à Ouzellaguène, étaient unanimes à condamner cet “acte d’intolérance” qui a laissé tout le monde pantois. Pour Hocine Halfaoui, enseignant et élu RCD à l’APC d’Ouzellaguéne, “ce qui vient de se passer ici, dans notre commune, et à Aïn El-Hammam (Tizi Ouzou), n’est pas fortuit. On veut ternir l’image de cette région rebelle qui a toujours été à l’avant-garde du combat pour les causes justes. Le pouvoir algérien doit prendre ses responsabilités face à ses dérives institutionnelles. Les libertés de culte et les libertés individuelles, pourtant consacrées dans la Constitution, sont constamment violées. À partir du moment où l’État juge et condamne les non-jeûneurs, pourquoi ne fait-elle pas autant pour l’ensemble des non-pratiquants des règles de l’islam, tels que les gens qui ne font pas la prière ?”
Pour sa part, Rachid Bedjaoui, cadre du PT et membre de l’Onec d’Ouzellaguéne, estimera que “personnellement, en tant que citoyen d’Ouzellaguéne, je tiens à condamner vigoureusement cet acte qui relève de la pure inquisition. Je constate là que les libertés individuelles sont complètement bafouées. Le combat pour la démocratisation des institutions de l’État, l’indépendance de la justice et la séparation du politique de la religion est plus que jamais indispensable”.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article