Algérie et Kabylie: L'obscurantisme contre l'intelligence et le progrès.

Publié le 18 Janvier 2010

           A la suite de mon article sur les persécutions des Chrétiens de la Kabylie, j’ai eu de nombreuses réponses et des mises en orientations sur des sites Kabyles fort passionnant.
Je ne résiste pas à vous faire lire un extrait d’un texte lu sur l’un de ces sites ou il est clair que la Kabylie existe comme entité et réclame si ce n’est son indépendance du moins son autonomie.
A mon sens, l’Algérie ferait bien, si elle souhaite se développer durablement, se tourner vers ses forces intérieures comme celle de la Kabylie que de se tourner vers des représentants du national-islamisme. Ces derniers l’entraîneront vers l’obscurantisme et provoqueront la fuite en Europe de sa jeunesse. Ce n’est pas de cette manière que l’Algérie, qui a tout pour se développer économiquement,  pourra enfin émerger et sortir d’un état de quasi quart- monde.

Ce texte qui n’est pas écrit par un suppôt du colonialisme a le mérite de clarifier un discours qui affirme toujours pour mieux se dédouaner que c’est l’ancien colonisateur qui est responsable de cette situation en Algérie. 
Gérard Brazon 

           (...) Cela dit et en parlant d’autonomie, il est surtout question d’organisation et de gestion. Or, il faut savoir que la Kabylie a toujours été autonome et ce depuis la nuit des temps si je peux m’exprimer ainsi. Il y a lieu de signaler qu’avant 1857, la Kabylie vivait presque en pays indépendant puisque aucune autorité étrangère n’avait réussit à s’y installer avant cette date là.

En cet an de grâce, ce sont donc les Français qui réussirent, les premiers, à pénétrer en Kabylie mais leur autorité était restée très insignifiante de telle sorte que la gestion des affaires de la cité kabyle était encore et durant la seconde moitié du XIXe siècle et même au début du XXe siècle du ressort des assemblées villageoises, sorte de mini-républiques qui s’organisaient déjà sous forme de confédérations.

             (...) Le credo de « l’autonomisme kabyle » dit, d’une manière très superficielle, repose sur le fait que la Kabylie ayant déjà vécu d’une manière quasi indépendante et que depuis 1962, elle aura vainement tenté de charrier tout le pays vers le progrès pendant que le reste de l’Algérie, à de rares exceptions, a, non seulement, choisi de se tourner vers la régression arabo-islamiste comme le montrent toutes les élections locales et nationales, mais aussi et surtout, d’entretenir de la suspicion et du mépris envers elle pendant qu’elle subissait les contrecoups de son engament opiniâtre pour la démocratie, pour la laïcité mais aussi et surtout, pour la revendication de la reconnaissance officielle de sa langue et de sa culture millénaire qui continuent d’ailleurs à être déniées. (...)

 

              Vous ne voulez pas de mes idées, soit. Ne m’empêchez pas de vivre selon mes valeurs et mes idées que je ne vous propose plus. Vous vous complaisez dans votre situation et vous trouvez quelque plaisir à subir le jacobinisme arabo-islamiste de l’Etat algérien, je respecte votre choix, mais je décide, désormais, de choisir ce qu’il y’a de mieux pour moi et pour mes enfants en refusant d’attendre des siècles avant que vous vous rendiez compte que la démocratie, la laïcité, la spécificité culturelle et civilisationnelle et l’autonomie sont les cadres idoines pour l’épanouissement de vos régions respectives et de l’aire géographique qui nous rassemble ».

Allas Di Tlelli (alias Halim AKLI). 
Lire le texte en entier sur
http://www.kabyles.net/Petit-debat-de-rue-sur-l-autonomie,05021.html

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

jahcen 05/02/2011 18:23



 C'est quoi ce torchon ? il n'y a pas de kabyles et d'arabes mais juste des Algeriens . Laissez notre pays tranquile , nettoyez devant chez vous ! L'Algerie progresse bien et ne se couche
devant personne ! je préfère un dictateur patriote qu'un traitre  démocrate qui plie le genou devant les occidentaux.