Algérie : Leçon d’histoire pour le député PS du 93 Goldberg, qui ose demander à Hollande de s’excuser

Publié le 9 Juillet 2012

L'ensemble du texte est historiquement passionnant et sera sans doute une découverte pour beaucoup même si je trouve l'ensemble un peu brouillon. Mais cela vient sans doute des mises en pages et des sources différentes qui font que l'on a souvent l'impression de redites. A lire de toutes façons.

Gérard Brazon

Michel Ciardi - Riposte-Laïque 

En écrivant à François Hollande, dans un courrier tenant compte du cinquantenaire de « L’indépendance de l’Algérie » « qu’aujourd’hui, la France pourrait saisir cette occasion pour s’exprimer enfin clairement sur certains des événements les plus douloureux de notre passé commun afin que nous progressions dans la voie d’une réconciliation encore inachevée”[…]

“Ma démarche ne procède pas d’une recherche de la repentance de notre pays, mais d’une reconnaissance des violences commises par les forces de l’ordre, une reconnaissance qui rende la France plus forte et plus unie, une reconnaissance qui rendra enfin collectivement hommage aux victimes et à leur mémoire et dont notre pays sera finalement grandi”.

Rappelons à ce Goldberg l’ignorant quelques faits ; quand les Barbaresques se présentaient tout armés devant nos anciens parapets, sur leurs vaisseaux de course ou leurs chevaux arabes, on les repoussait tant bien que mal, en y mettant parfois sept ou huit siècles. Leurs descendants ont trouvé dans notre aberration idéologique le moyen de réussir là où leurs ancêtres avaient échoué.

Pourquoi dit-on que la France a occupé l’Algérie alors que c’est elle qui l’a créée ?

Sachant que :

— C’est la France qui lui a donné ses frontières,

— C’est la France qui lui a donné son nom,

— C’est la France qui a construit ses infrastructures,

— C’est la France qui a donné une identité à son peuple,

Rappelons donc à Goldberg l’ignorant, quelques faits historiques qui justifierais que ce soit l’Algérie qui se repente des crimes des arabes l’ayant envahis et des crimes des ottomans.

Les rachats d’esclaves aux Barbaresques se sont effectués entre le 11e et 19e siècle, ainsi ce sont plus de 3 millions d’esclaves qui ont été durant cette pèriode rachetés par deux congrégations espagnols.

Par leur recension de divers documents, beaucoup d’Historiens en arrive à chiffrer à quelques dizaines de millions le nombre d’esclaves européens aux mains des barbaresques et ce sur une pèriode de 8 siècle.

C’est en 1583 que l’on situe les premiers rachats répertoriés. En 1585 une mission, sorte de nonciature apostolique, s’installe à Alger, sans parler des religieux esclaves volontaires qui accompagnaient les victimes en partageant leur sort (rappelons-nous St Vincent de Paul maintenant vivace leur foi par la pratique de leur religion). Les riches pouvaient payer eux-mêmes leur rançon, mais pour les pauvres ce fut l’Église, la Papauté qui la première s’en préoccupa en mettant en place des institutions spécialisées dans les négociations de rachat des esclaves, car le but des pirates était, non seulement de procurer à leurs compatriotes la main-d’œuvre qualifiée dont ils manquait (armuriers, artisans, jardiniers, etc.) et de la » chair fraîche « à bon compte pour les harems, mais aussi d’extorquer le plus d’argent possible aux Européens qu’ils savaient soucieux de ne pas abandonner leurs coreligionnaires dans la souffrance..

Tabarca, depuis 1540 comptoir génois sur un rocher minuscule ou s’entassèrent jusqu’à 2000 habitants, à proximité du rivage à quelques lieues à l’est de La Calle, fut un centre actif de rachat dès le début du XVIIe siècle.

En 1596, se fonde en Sicile » l’Arciconfraternità della ridenzione dei Cattivi qui eut son siège en l’église Santa Maria Nuova à Palerme.

À Gênes en 1597, on voit se constituer le » Magistrato del Riscatto degli Schiavi « qui prenait la succession d’un ancien organisme remontant à 1403, le » Magistratodi ».

« Au XVIIe siècle, les corsaires algériens deviennent de plus en plus redoutables. La Méditerranée n’est plus assez vaste pour eux ; ils cherchent un autre théâtre pour leurs déprédations, et s’avancent jusqu’aux îles Canaries, où ils portent la désolation et la mort. Dans l’espace d’une seule année, en 1582, deux mille esclaves chrétiens sont vendus à Alger, et l’on en comptait alors plus de trente mille dans les différentes parties de la régence. Michel Cervantès, qui y était prisonnier à cette époque, nous a laissé des détails curieux sur la manière dont les Algériens traitaient leurs esclaves ; nous allons les rapporter en faisant le récit de la captivité du célèbre romancier espagnol » (J-F Lamarque Cervantès esclave d’Alger) Au XVIIIe siècle à Cagliari, c’est le » bureau de rachat des esclaves sardes » qui participa deux fois, sous l’autorité du Roi de Piémont-Sardaigne et avec la contribution financière de bon nombre de souverains européens y compris le Pape à la libération des esclaves qu’il allait accueillir pour mettre en valeur son île de Sardaigne dont il venait d’hériter, jugée insuffisamment peuplée.

Il y eut même des ordres religieux dévolus expressément au rachat des esclaves chrétiens : Les Tinitaires des saints Jean de Matha et Félix de Valois et les Mercédaires des saints Pierre Nolasque et Raymond de Penafort.

Trinitaires et Mercédaires s’offraient en échange des esclaves chrétiens quand l’argent ne suffisait pas à leur rachat ; il n’y a que dans le catholicisme que l’on voit cela… Une fois dans la place, ils soutenaient la foi des chrétiens prisonniers souvent persécutés pour les contraindre à une conversion forcée. Du XIIIe au XVIIIe siècle, les seuls Mercédaires auraient libéré pas moins de 60.000captifs Les conditions générales des esclaves chrétiens à Alger étaient effrayantes. Les malheureux prisonniers faits par les corsaires se divisaient en deux classes : la première comprenait le capitaine, les officiers du bâtiment capturé et les passagers avec leurs femmes et leurs enfants ; cette première classe était soumise à un travail moins dur que les simples matelots qu’on vendait publiquement au plus offrant et dernier enchérisseur ; les enfants étaient presque tous envoyés au palais du dey ou aux maisons des premières familles, et les femmes servaient les dames maures ou entraient dans les harems… Du côté des Espagnols, des organismes de rachat similaires à Alger et à Tunis notamment un hôpital.

Les Français étaient représentés par des capucins à Tétouan et des Carmes à Alger, ils agissaient en missionnaires et représentants officieux du Roi de France, se préoccupant du salut des âmes, baptêmes et enterrements, tout en organisant parfois en secret au péril de leur vie, des évasions en groupe par la mer grâce à de hardis navigateurs tel Felipe Romano le Valencien qui déjoua plusieurs fois les contrôles des Janissaires tout en commerçant avec eux.

Le retour des rachetés dans leur pays ou ailleurs, puisqu’on retrouve le cas d’une centaine de familles d’esclaves originaires de Tabarca encore, capturés par les pirates d’Alger en 1756 au cours d’un conflit entre les deux régences, déportées à Alger puis rachetées par le Roi d’Espagne qui seront installés, eux d’origine génoise, sur une petite île à 11 milles au sud d’Alicante nommée de ce fait Nueva Tabarca où ils feront souche et deviendront Espagnols.

C’est ainsi que ces gens, certainement nés à Tabarca (comptoir génois du corail), mais issus de familles originaires de Pegli, près de Gênes et parlant un dialecte ligure, se sont retrouvés, vers 1776, sujets du Roi d’Espagne dans une petite île au large du cap de Santa Pola à 11 milles au sud d’Alicante où ils ont fait souche et se sont hispanisés. Les archives ecclésiastiques sont toujours détenues par les représentants de l’Église catholique à Tunis et il toujours possible d’avoir des informations sur des ancêtres esclaves, notamment les noms et adresses des familles musulmanes les ayant détenus et utilisés, ainsi ce document fourni par l’Église catholique de Tunis

Au retour des libérés on organise de grandes cérémonies avec actions de grâces et parade du convoi dans les rues sous les acclamations de la foule. Ils portaient, parfois au bout d’un bâton sur l’épaule, un symbole de leur asservissement passé tel que des chaînes symboliques ou un petit pain noir, seule nourriture que leurs geôliers leur consentaient Premier pas vers une relative tranquillité, en 1816 le traité de Tunis mit un terme aux expéditions de pillage commanditées par son Bey à l’encontre du royaume de Piémont-Sardaigne, comme celle de 1798 à San Pietro.

Toutefois, Alger et Tripoli n’étant pas parties à cet accord, ce n’est qu’en 1830 avec le débarquement des Français à Sidi Ferruch que la pacification de la méditerranée occidentale sera définitivement acquise, paix qu’elle n’avait pas connue depuis près de 14 siècles.

« Ce qui nous amène à dire quelques mots du dernier des esclaves célèbres, le général Youssouf, né en l’île d’Elbe, capturé en mer à 11 ans, esclave puis Mamelouk à Tunis où l’élimination en duel secret d’un congénère jaloux de son idylle avec une fille de leur maître, suivie de la découverte du corps qu’il avait scellé dans un mur, le contraignit à prendre la fuite. Il se présenta alors aux Français arrivés de fraîche date et se mit à leur service comme interprète. Se faisant apprécier de ses supérieurs il deviendra officier, sera l’artisan de la prise de Bône, participera à fonder les corps des Tirailleurs et des Spahis et finira sa vie à Nice avec le grade de général de division après avoir servi dans de nombreuses campagnes hors d’Algérie. »

Le souvenir de la libération des « esclaves en terre d’islam » perdure en Méditerranée occidentale de nos jours.

Dans l’église de Gairaut, on peut apercevoir une statue dédiée à Notre Dame de la Merci.

Ce vocable rappelle l’ordre institué par S.Pierre Nolasque(+ 1256) à Barcelone pour le rachat des captifs, c’est à dire des chrétiens détenus par les Barbaresques. Les Espagnols durent se battre pendant 400 ans pour chasser les Maures de leur pays (1085-1492). Les chrétiens faits captifs étaient particulièrement à plaindre. Ils étaient vendus comme esclaves aux musulmans d’Afrique. Force était alors de payer rançon pour obtenir leur délivrance.

Pierre Noslasque, inspiré par la Vierge Marie, fonda l’ordre de la Merci ou de la Rédemption ou Rachat des captifs. Aux trois vœux habituels : obéissance, pauvreté, chasteté, les mercédaires en ajoutaient un quatrième, celui de se constituer en otage, quand c’était pour eux le seul moyen d’accomplir leur mission. Grâce à l’héroïsme et la générosité des chrétiens, cette mission se poursuivit jusqu’à la disparition de la piraterie.

Pourquoi le culte de Notre Dame de la Merci à Gairaut ?

Est-ce une dévotion importée par un ancien captif délivré ou par une famille dont un des membres fut mercédaire ? Est-ce en rapport avec la victoire sur les musulmans en 1543, siège de Nice ? Nul ne peut l’affirmer. En tous cas, la fête de N.D de la Merci fut primitivement instituée pour remercier la Vierge d’avoir rendu la liberté aux prisonniers qui lui criaient » merci « .

Mais chaque année, le 24 septembre (ou le dimanche le plus proche), depuis que le Pape Innocent II institua cette fête pour l’Église entière (1696), les Gairautins aiment venir honorer Marie pour la fête de leur quartier.

Au reste, la sollicitude des Pères de la Merci ne se bornait pas à faire des quêtes dans les divers états de la chrétienté pour subvenir au rachat des malheureux esclaves, ils visitaient, ils consolaient dans leur captivité ceux qu’ils n’avaient pu affranchir ; ils entendaient leur confession et les maintenaient dans leur foi ; lorsqu’ils étaient malades, ils les soignaient dans un petit hôpital qu’ils avaient élevé à leurs frais, et les empêchaient de tomber dans les vices honteux où la passion brutale de leurs maîtres ne les entraînait que trop souvent.

Telle était la malheureuse condition des chrétiens que le sort de la guerre faisait tomber entre les mains des redoutables corsaires algériens.

1/ Comment l’Algérie devint française

Depuis le XVIe siècle, les commerçants français payaient au Dey le droit de faire du négoce dans les « concessions d’Afrique » qui trafiquaient surtout du corail. Ces concessions avaient été renouvelées en 1818.

Depuis le Congrès de Vienne, le Dey n’avait plus le droit de réduire les chrétiens à l’esclavage et d’en faire commerce. Il avait dû rendre, en 1816, mille captifs chrétiens sous a menace d’une flotte anglaise. Mais il continuait à pratiquer en Méditerranée des raids de corsaires, la « course », comme on disait.

En 1819 un amiral français et un amiral anglais sont allés voir Hussein-Dey pour le sommer, au nom de leurs gouvernements, de renoncer à la course. Le Dey hausse les épaules. Renoncer à la course ? Mais c’est de la course que les gens de la Régence d’Alger tirent depuis des siècles leurs plus grands profits. Il n’écoute pas ces Européens. Mais la France ne peut pas abandonner ses ressortissants, ni laisser bafouer son pavillon par les pirates du Dey.

« De petits intérêts de commerce ne peuvent balancer les grands intérêts de l’humanité : il est temps que les peuples civilisés s’affranchissent des honteux tributs qu’ils paient à une poignée de barbares. » (Intervention de M. de Chateaubriand à la Chambre des Pairs rapportée par Raynal)

L’histoire du blé vendu à la France

1793 n’est pas loin, la révolution, la liberté, l’égalité françaises font trembler les rois du vieux continent.

L’Europe est coalisée contre la France et ses idées subversives. La disette est partout. Il ne reste qu’une alliée : la régence d’Alger et le Dey. Celle-ci par l’entremise de la maison Bacri-Busnach, des commerçants juifs livournais, qui détiennent presque tout le commerce de la régence, livre du blé à la France à la première République en 1792, et ce pendant 7 ans. Le fameux blé de la discorde.

Ce blé évalué à 14 millions payés en partie aux héritiers Baccri-Busnach sera réclamé par les neuf Deys qui se sont succédé pendant toute cette période, 1792/1830-ja, mais surtout par le dernier Dey Hussein III. La Restauration évalua la dette en 1819, à 7 millions. En 1827, rien n’est fait. Hussein créditeur de Bacri-Busnach et particulièrement intéressé, réclame le paiement à Louis XVIII. Rien n’est fait.

Mais… Talleyrand voulait des territoires pour la France, et de grands territoires à peupler. On ne peut plus s’étaler en Europe, sauf peut-être la Wallonie ? Il regarde du côté de l’Algérie. Il est le maître de ces stratégies. Ensuite, aggraver le différent entre Paris et Alger, les méfaits de la course en Méditerranée suffisaient, enfin traîner la patte pour honorer les véritables réclamations du Dey pour le règlement de la dette, qui s’élèvent à plusieurs millions, millions qui vont fondre au soleil, au fur et à mesure du temps et des régimes qui passent.

À cette époque, le congrès de Vienne était réuni ; les plénipotentiaires qui le composaient portèrent leur attention sur l’Algérie, et témoignèrent le désir de s’unir pour opposer une digue aux déprédations des corsaires. L’Angleterre seule, qui craignait que cette répression ne rendît à la France l’influence qu’elle avait précédemment exercée sur les Barbaresques, s’y opposa.

Dans ce moment même, une escadre américaine, composée de trois frégates, un sloop, un brick, trois schooners, et commandée par le capitaine Decatur, se dirigeait vers Alger ; elle venait relever l’Union d’un honteux tribut que lui avait imposé le Dey, bien décidée à obtenir une prompte et complète satisfaction. Avant même de se montrer devant la ville, les Américains capturèrent trois navires algériens. Une attitude si énergique déconcerta le divan, qui souscrivit presque sans réclamations à tout ce qu’exigeaient des ennemis si déterminés à faire triompher leur bon droit. Le succès de cette expédition ramena l’attention des puissances européennes sur Alger, et, dès ce moment, elles résolurent d’abolir l’esclavage des chrétiens dans les États barbaresques.

« Décidément, l’Algérie tout le monde la voulait, mais pas pour les mêmes raisons. Allez dire aujourd’hui à quelques pieds noirs encore meurtris que l’Algérie et la Belgique furent l’enjeu d’un marchandage entre plusieurs pays européens. Ils n’en croiraient pas leurs oreilles et pourtant. Et si on vous disait que l’affaire était prévue, et voulue depuis longtemps ! Qu’elle était en quelque sorte dans le sac. » « Lors donc, Talleyrand nomme en 1815, le sieur Pierre Deval, consul de France à Alger le consul multiplie les provocations et les rodomontades.

Etait-ce dans son caractère, son éducation ou bien plus sûrement sous ordre de son Ministre ? Comment Deval, connu comme un homme tout en courbettes, a-t-il brusquement trouvé l’audace de contrer en public le Dey ?

On peut supposer que celui-ci a au cours de l’audience du 29 avril 1827 au cours de la réception officielle du Baïram (fête de l’Aïd en turc).

27 avril 1827 où fut porté le fameux “coup d’éventail” par le souverain d’Alger au consul français, et qui a été le prétexte de la rupture et de l’agression française, trois ans plus tard, soit tombé simplement dans un piège, depuis longtemps mis en place. À partir de cet incident, le consul Deval va utiliser tous les moyens pour envenimer les choses. Le gouvernement français enverra au Dey un ultimatum insultant, dont on n’ignore pas au bord de la Seine qu’il sera rejeté par Alger. Et c’est la rupture voulue et minutieusement préparée, depuis de longues années par Paris. La vérité est qu’il fut frappé de trois coups de chasse-mouches. Une douleur symbolique ! Quelle manœuvre diabolique ! Mais Talleyrand l’est-il moins ? »

Le blocus des côtes algériennes décidé par le gouvernement français n’ayant pas été efficace, les actes de piraterie se multipliaient, les autres nations se plaignaient de plus en plus de l’insécurité en Méditerranée, le Conseil des ministres français songea à une expédition contre Alger.

D’autres incidents survenus en pleine mer, et sur la côte algérienne ajoutaient des motifs au conflit. Le 30 juillet 1829, l’amiral De la Bretonniêre, monté sur le vaisseau « La Provence » et accompagné du brick « l’Alerte » se présentèrent devant Alger, pour demander, une fois de plus, réparation du dey.

« Le 31 juillet 1929, il fut reçu par le dey, après avoir refusé de déposer son épée comme il était exigé à tous les visiteurs. C’était un autre acte irrespectueux à l’égard non seulement du dey mais aussi des coutumes protocolaires à la Cour d’Alger. Au bout de deux heures de conférence, le dey remit au surlendemain sa réponse définitive.

Le 2 août 1929, nouvelle entrevue qui n’aboutit à aucun résultat attendu par la délégation française, De la Bretonniêre regagna son bord, après avoir prévenu l’oukil el hardj qui l’accompagnait, qu’il appareillerait le lendemain à midi. » Le lendemain « La Provence » appareilla vers le large. Trois coups de canon, à blanc, donnèrent le signal d’un tir en direction du navire Celui ci fut touché, mais sans gravité puisqu’il poursuivit sa route.

Le 8 août 1829, le Conseil des ministres chargeait le général de Bourmont et d’Haussez de préparer l’expédition.

Les préparatifs militaires et diplomatiques s’accélèrent au début de l’année 1830 ; tout doit être mis en place et terminé au début du mois de mai, car, selon les « spécialistes », c’est la période la plus favorable pour un débarquement sur les côtes algériennes.

On est allé chercher au ministère de la Guerre un plan réalisé par un espion français, le commandant du génie Boutin, fait en 1801. Ce plan précisait que le meilleur endroit pour accoster sans trop de danger était la presqu’île de Sidi-Fredj.

Le 31 janvier 1830, le Conseil des ministres français fixa le point de débarquement à Sidi Ferruch. Tous les chefs devant diriger l’opération furent désignés.

Des garanties internationales de neutralité furent prises auprès de toutes les puissances européennes. Chacune consentit à déléguer un observateur qui accompagnera l’expédition.

De son côté, Hussein Dey prévenu des dispositions prises par la France, et les forces qu’elle s’apprêtait à mettre en action, fit de son mieux pour se préparer à la résistance. Il fit, entre autres, élever de nouvelles batteries pour mieux protéger la baie d’Alger. Il acquit de nouveaux canons et accumulés de grandes quantités de munitions.

En même temps, il donnait l’ordre aux beys de Constantine, de Titteri et d’Oran de réunir toutes les forces que leur beylik pourrait fournir, et de venir, eux-mêmes, à la tète de ces contingents, prendre part à la défense d’Alger.

Le 2 mai, les opérations de l’embarquement des troupes françaises furent commencées.

Le 25 mai, la flotte mit voile sur Mayorque. Le 13 juin la flotte française arriva à l’entrée de la baie d’Alger… .

Que se passe-t-il pour les grandes puissances pendant ce temps ? Si elles sont favorables à l‘attaque française contre la piraterie menée depuis Alger ; elles craignent que la France ne devienne trop puissante.

Le 4 novembre 1830, s’ouvre à point nommé, la conférence de Londres.

Talleyrand est nommé ambassadeur à Londres par Louis Philippe pour participer aux négociations qui allaient sceller le sort du territoire compris entre la Hollande et la France. Allait-on scinder en deux ce territoire ? Une partie à la France, l’autre aux Pays-Bas, ou bien allait-on créer un État indépendant, la Belgique ?

Talleyrand très habilement se range à la majorité, il abandonne les prétentions du trône de France sur cette partie du territoire et obtient par accord tacite la souveraineté française en Algérie. L’Algérie contre la Wallonie fut-ce une bonne diplomatie ?

Car, comme s’interroge si intelligemment Jean Isnard : « Avec le recul de l’Histoire, Talleyrand a-t-il eu tort ? Ou bien est-ce nos chefs politiques qui n’ont pas été à la hauteur des rêves d’un homme qui a consacré sa vie à la grandeur de la France ? »

L’Histoire a tenu à un fil. Que se serait-il passé si Waterloo avait connu une autre fin ? que se serait-il passé si la Wallonie avait été scindée en deux ? que se serait-il passé sans Talleyrand qui fidèle à sa légende obtint l’Algérie contre la Wallonie ?

L’esclavage perdure en terre d’islam

Un esclavage discret et à peine atténué se perpétue aujourd’hui. Il y a des zones de non-droit absolu en Arabie Saoudite et dans certains pays du Golfe, par exemple. Au Niger ou au Mali, vous pouvez acheter – à l’unité – un enfant de 10 ans dont vous ferez ce que vous voudrez. Alors que les autorités religieuses en Occident ont fini par basculer dans le camp des abolitionnistes au XIXe siècle et aujourd’hui encore battent leur coulpe pour les crimes passés, je n’entends aucun prédicateur d’Al-Jazira condamner ces pratiques. »

J’espère que les Africains et les descendants des esclaves vont oser bientôt demander des excuses et des réparations aux arabo-musulmans. Il est plus que temps. On ne peut éternellement accuser les Occidentaux…

Premières traites négrières, l’exploitation de captifs noirs par les peuples du bassin méditerranéen n’est pas une nouveauté moderne. On en relève de premières traces dans l’Égypte pharaonique d’il y a 4000 ans puis plus tard chez les Grecs et les Romains.

Elle va être relancée par l’islam pour une raison en premier lieu religieuse : « en pays d’Islam, seuls sont esclaves les enfants d’esclaves et les personnes capturées à la guerre Des personnes libres ne peuvent être asservies, pas plus que les enfants abandonnés, selon une politique courante dans les civilisations antiques» (Olivier Pétré-Grenouilleau.) D’où le recours au gisement subsaharien.

Cela commence avec un fameux traité conclu en 652 entre des Nubiens et l’émir d’Assouan, pour la livraison chaque année d’un quota de 360 captifs à ce dernier en échange de marchandises diverses. Rapidement, les habitants du monde islamique en arrivent à assimiler les Noirs à des esclaves et, pour justifier le rapprochement entre l’infériorité juridique et la couleur de peau, ils font appel à la fameuse malédiction de Cham.

L’anthropologue Malek Chebel montre dans l’esclavage en terre d’islam comment une culture esclavagiste s’est greffée sur l’islam. Il a justement sous-titré son ouvrage un tabou bien gardé. Il s’agit non d’un livre d’histoire, mais d’un récit de voyage ethnographique émaillé de références littéraires. Spécialiste du monde musulman, l’anthropologue Malek Chebel s’est penché sur un sujet rarement abordé : l’esclavage en terre d’islam, sans se limiter aux traites négrières.

Il évoque les anciens trafics d’esclaves blancs, mais aussi les trafics humains qui perdurent dans maints pays sous des formes plus ou moins édulcorées. Le Coran, livre fondateur de l’islam, évoque l’esclavage dans pas moins de 25 versets sans le condamner formellement.

« Le Coran n’étant pas contraignant, l’abolition relève de la seule initiative personnelle du maître. Cette ambiguïté est constitutive de l’approche coranique : encourager ceux qui font le bien, mais ne pas alourdir la peine de ceux qui ne font rien », écrit Malek Chebel. « Plusieurs versets entérinent au demeurant l’infériorité de l’esclave par rapport à son maître ». Le calife Omar (581-644) est à l’origine d’une législation qui interdit de mettre en servitude un musulman. Dans les faits, c’est cette prescription, qui encourage les musulmans à chercher des esclaves hors de leurs terres, c’est-à-dire en Afrique noire et en Europe orientale, (les barbaresques) À la fin du Moyen Âge, comme le vivier slave s’épuise du fait de la christianisation de l’Europe orientale, les musulmans se tournent vers les pirates qui écument la Méditerranée. Ces derniers effectuent des razzias sur les villages côtiers des rivages européens. Le souvenir des combats livrés par les habitants à ces pirates perdure dans… la tête de prisonnier maure qui sert d’emblème à la Corse.

On évalue à plus d’un million le nombre d’habitants enlevés en Europe occidentale entre le XVIe et le XVIIIe siècle, au temps de François 1er, Louis XIV et Louis XV. Ces esclaves, surtout des hommes, sont exploités de la pire des façons dans les orangeraies, les carrières de pierres, les galères, les chantiers,… d’Afrique du Nord. Des organisations chrétiennes déploient beaucoup d’énergie dans le rachat de ces malheureux, tel Miguel de Cervantès.

En Europe orientale et dans les Balkans, pendant la même période, les Ottomans prélèvent environ trois millions d’esclaves. Mais l’expansion européenne, à partir de la fin du XVIIIe siècle, met fin à ces razzias.

Rapidement, l’esclavage devient un fait musulman, comme il l’a été grec ou romain. « Nulle part on ne trouve contre lui d’opposition ou de réprobation », note l’auteur. Ainsi montre-t-il que les plus grandes figures intellectuelles de l’islam ont été comme les autres de grands propriétaires d’esclaves.

Malek Chebel rapporte trois codes régissant l’esclavage en terre d’islam. À travers des références littéraires, en premier lieu les Mille et une Nuits, ainsi que de nombreux récits de voyageurs, il dépeint aussi le statut des esclaves, leur déshumanisation par la privation de nom et leur exploitation à des fins sexuelles, qu’il s’agisse des concubines destinées à assouvir les plaisirs de leur maître ou des eunuques chargés de les garder !

Inventée et développée à grande échelle par la Chine impériale, exportée dans les pays musulmans et jusqu’en Italie (les castrats), l’exploitation des eunuques est l’une des formes d’esclavage les plus inhumaines qui soient. Cela commence avec l’ablation des parties génitales, généralement pratiquée sur de jeunes adolescents : elle se solde par une mortalité effroyable… Dans beaucoup de régions perdure l’esclavage « de traîne » : il affecte les descendants d’esclaves qui portent le fardeau de leur hérédité ; ainsi ne peuvent-ils par exemple épouser une femme de classe supérieure.

Sur la côte sud de l’Iran subsiste une communauté issue des anciens esclaves noirs qui parle arabe, pratique le sunnisme et entretient des coutumes d’origine africaine. En Arabie, malgré la répétition des édits abolitionnistes, l’esclavage perdure de fait, avec une relative discrétion. Il concerne des ressortissants africains, sans parler des travailleurs asiatiques dont le sort est proche de la servitude.

L’esclavage demeure présent aussi dans les régions sahariennes (Libye, Niger, Tchad, Mali…) sans qu’on puisse en chiffrer l’importance. Cédant à la pression des ONG, un chef targui du Niger, Amrissal Ag Amdague, a accepté le 10 mars 2005 de libérer 7.000 esclaves coutumiers contre espèces sonnantes et trébuchantes ! En Mauritanie, l’esclavage des Noirs (Harratine) par les Bédouins est une réalité prégnante dont l’auteur a lui-même pris la mesure lors de ses voyages… Autant dire que la lutte contre l’esclavage demeure d’actualité et cet ouvrage permet de s’en convaincre. Malek Chebel le rappelle avec justesse : « l’esclavage est la pratique la mieux partagée de la planète, c’est un fait humain universel ».

L’esclavage dans le monde musulman, trois fois plus étalé dans le temps qu’en Occident, a aussi touché deux fois plus d’individus, soit 20 millions de personnes sur 10 siècles.

« Autres époques, autres politiques. Maintenant, tout est rentré dans l’ordre ou presque. La Belgique existe (pour combien de temps ?), l’Algérie est indépendante et la France est… éternelle. » 3/

Nous mettons ici une interview de Daniel Lefeuvre, historien de la colonisation par Quention Ariès préparateur à l’IEP de Grenoble à propos de « Pour en finir avec la repentance coloniale de Daniel LEFEUVRE »

Quentin Ariès : Pourquoi avoir écrit pour en finir avec la repentance coloniale ? Est-ce pour imposer plus de frontières entre l’Histoire et le politique ?

Daniel Lefeuvre : Il ne s’agissait pas d’établir une frontière entre l’histoire et le politique, à proprement parler. Mais d’abord de rappeler les fondements essentiels de la discipline historique, face à la déferlante de productions, à caractère prétendument historique, visant à « condamner » la colonisation et établissant une continuité artificielle entre le passé colonial et la situation, dans la France d’aujourd’hui, des populations immigrées ou issues des immigrations.

D’autre part, je souhaitais rappeler, à grands traits, quelques acquis de l’historiographie des colonisations et démonter quelques mythes – dans le prolongement des travaux précurseurs de Paul Bairoch, d’Henri Brunschwig et de Jacques Marseille — notamment sur :

— les méthodes et le bilan des guerres coloniales, sur le rôle de la colonisation dans le développement économique de la France, sur le poids relatif de l’immigration maghrébine dans les reconstructions du pays aux lendemains des guerres mondiales, sur les manifestations de xénophobie et de racisme dont les immigrés ont été les victimes, en interrogeant l’éventuelle spécificité quant à l’ampleur et aux formes affectant les populations magrébines et noires, etc.

Le tout ouvrant à une réflexion sur l’avenir de la France, qui a trouvé son prolongement dans le livre, écrit avec Michel Renard, faut-il avoir honte de l’identité nationale ? (Larousse, 2008).

Quentin Ariès : Vous faites référence à la « loi Taubira » sur la traite négrière et le commerce triangulaire comme un abus du politique dans l’Histoire. Selon vous la loi venant d’être votée sur le génocide arménien est-elle du même calibre ?

Daniel Lefeuvre : Oui. Indiscutablement. Je suis convaincu qu’il faut laisser aux historiens le soin d’écrire l’histoire. Sur ce sujet – qui reste l’objet de controverse, des historiens anglo-saxons discutant de la pertinence de l’accusation de génocide – comme pour tous ceux qui ont fait l’objet de lois « mémorielles », je renvoie les candidats à l’article que Madeleine Rebérioux — historienne spécialiste de Jean Jaurès et du socialisme français —, alors présidente de la Ligue des Droits de l’Homme, avait publié dans la revue L’Histoire (n° 138, novembre 1990, pp. 92-94) pour s’opposer à la loi Gayssot : « Le Génocide, le juge et l’historien ». Au passage, ils relèveront en quoi, selon M. Rebérioux les historiens sont-ils des « révisionnistes par métier ».

Quentin Ariès : Avez-vous été contacté par Sciences Po Grenoble pour le choix de cet ouvrage pour leurs concours ?

Daniel Lefeuvre : Non, à aucun moment, et il n’y avait aucune raison pour que je le sois. Les jurys sont et doivent rester totalement libres de leur choix. En revanche, compte tenu des critiques soulevées par ce choix, j’ai proposé à la direction de l’école l’organisation d’un débat dont le principe a été accepté, ce dont je suis reconnaissant à la direction de l’école. Je ne doute pas que Sarah Mekdjian qui a vigoureusement contesté ce choix acceptera cette discussion publique.

Elle aura ainsi la possibilité de présenter en détail les « provocations et les erreurs » que contiendrait mon livre — ce « pamphlet politique réactionnaire » comme elle se plait à le qualifier — et j’aurais plaisir à lui répondre. Ce livre s’inscrit dans une réflexion sur l’histoire coloniale. Il souhaite rappeler l’importance des connaissances produites dans ce domaine qui dessinent une « histoire ambiguë », pour reprendre le titre particulièrement opportun du livre de Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë (La Découverte, 2001, 451 pages).

Au plan politique, le contexte était – et reste – celui d’une instrumentalisation de l’histoire, d’une histoire-réquisitoire, dont l’objectif n’est pas de révéler un passé honteux, oublié ou occulté, comme on tente de le faire croire, mais de remettre en cause les fondements de la République, au profit d’une conception communautariste et multiculturelle de la société.

Quentin Ariès : Cet ouvrage est détaillé, plein de références peu étudiées lors des classes de terminales ou de premières dans les lycées, avez-vous des références complémentaires à donner ?

Daniel Lefeuvre : L’historiographie coloniale est très abondante.

Quelques références complémentaires :

— Dictionnaire de la France coloniale, sous la direction de Jean-Pierre Rioux (Flammarion, 2007).

— Dictionnaire des esclavages, sous la direction d’Oliver Pétré-Grenouilleau (Larousse, 2010).

Daniel Lefeuvre ; Chère Algérie, la France et sa colonie, Paris, Flammarion, 2005 Daniel Lefeuvre ; pour en finir avec la repentance coloniale, Paris, Flammarion, 2008 Jacques Marseille ; Empire colonial et capitalisme français : Histoire d’un divorce Paris, Flammarion2005)

1/Sources Jean-Bernard LEMAIRE St Germain-en-Laye le 25 novembre2002 Les cahiers de la Méditerranée Sources bibliographiques :

— Fernand BRAUDEL » la méditerranée au temps de Philippe II » 2 t., (Armand colin, 1985) — Giuseppe VALLEBONA ” Storia di una colonizzazione “ — Capitaine de Frégate Cavelier de Cuverville » Pêche du corail sur les cotes de l’Algérie « (Nancy, Berger-Levraud 1880)

2/ sources : ‘Olivier Pétré-Grenouilleau : Traites négrières, Malek chebel L’esclavage en terre d’Islam

3/D’après l’essai de Jean Pierre Badia — Lacoste et Nouschi : Algérie, passé et présent. Jean Isnard

Par respect pour l’histoire, il serait à l’évidence plus juste et plus honnête de parler de construction et non d’occupation.

Je joins à cette longue compilation, ce petit texte de Renaud Camus qui mieux que personne en quelques phrases décrit ce qu’il en est aujourd’hui.

« Le flux actuel des immigrés clandestins — au demeurant fort peu clandestins : on ne voit qu’eux — aurait tous les caractères de la farce s’il n’était si lourd de menaces pour notre civilisation, ou ce qu’il en reste. Nous avons eu pendant trente ans les réfugiés de la dictature (nous disait-on), voici les réfugiés de la liberté (la plupart viennent de Tunisie, ces temps-ci). Toute référence au droit d’asile est à peu près abandonnée, comme un vieux prétexte devenu inutile. Les nouveaux arrivants quittent leur pays à la faveur des progrès démocratiques qui y ont cours, ils profitent du désordre entraîné par l’effondrement des anciens pouvoirs pour gagner des terres plus rémunératrices, et voilà tout. […] Les bénéficiaires d’un si surprenant accueil savent qu’ils ne doivent surtout pas remercier, ni se montrer étonnés même s’ils le sont, et reconnaissants encore bien moins : cela pourrait réveiller le dormeur, faire naître la suspicion dans l’esprit du colonisé ravi. […] Après le fantastique succès de leurs revendications de miséreux il sera toujours temps pour eux, plus tard, un peu plus tard, bien vite, lorsqu’ils seront les maîtres, de présenter des exigences de maîtres ».

J’ai pu réaliser cette compilation en m’appuyant sur un site « La Gazette de Là-Bas (dit) site, qui sur la présence française en Algérie nous donne les meilleures informations, qu’il me pardonne mon « pillage » qui en échange me permet et de les cités et de recommander aux lecteurs de riposte laïque, qui veulent connaître la vérité au-delà de celle que l’on nous impose, d’y aller voir.

Michel Ciardi

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article

jpb 09/07/2012 13:17


on se doit de se débarrasser de l'envahisseur, avant qu'il ne soit trop tard.