Ali Khameini dérape en dénonçant les livres nuisibles par Bivouac ID

Publié le 26 Juillet 2011

Iran : L’ayatollah Khamenei dénonce les «livres nuisibles»

momo

L’ayatollah Ali Khamenei attaque les livres ayant des « mobiles politiques cachés », soulevant des critiques de la part de l’ancien ministre de la culture, Ata’ollah Mohajerani.

Au cours d’une réunion avec des bibliothécaires et des représentants de l’industrie iranienne du livre, le Guide suprême de la révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, a attaqué les oeuvres dans lesquels des propos politiques se dissimulent derrière un motif culturel. Selon son site officiel, Khamenei.ir, « Tous les livres ne sont pas nécessairement bons, et tous ne sont pas inoffensifs, certains sont nuisibles. »

Mohajerani, ancien ministre de la culture du président réformiste iranien Mohammad Khatami, - en fonction jusqu’en 2000 -, affirme que les inquiétudes de l’ayatollah concernent des ouvrages littéraires, philosophiques et des peintures sociales qui pourraient mettre en question sa légitimité en tant que Guide suprême. Mohajeranil s’était attiré l’ire d’Ali Khamenei après avoir retiré des milliers de titres de la liste des livres mis à l’index par le régime. La trop grande permissivité du ministre, qu’illustrerait cet acte, aura précipité la fin de sa carrière au sein du gouvernement.

L’ayatollah a refusé de fournir des détails à propos des titres jugés « nuisibles ». Au cours des dernières années cependant, des versions non censurées de l’œuvre de Platon, le Voyage au bout de la nuit de Céline, des écrits de James Joyce, de Gabriel García Márquez ou de Paulo Coehlo avaient été interdits par le Ministère de la Culture. Grand amateur de fictions, Khamenei se tient informé de l’actualité des publications littéraires, selon les dires de Mohajerani. Cela ne l’empêche pas d’affirmer que certains ouvrages peuvent être « tels des drogues toxiques, nuisibles et addictives, qui ne doivent pas être proposées à tous sans restrictions… De même qu’un éditeur, un bibliothécaire ou un représentant de l’industrie du livre, nous n’avons pas le droit de proposer de telles publications à des gens sans instructions » a confié l’ayatollah. « Nous devons leur fournir des livres bons et sains. »

Bien que la censure soit anticonstitutionnelle en Iran, les éditeurs doivent soumettre leurs épreuves au Ministère de la Culture qui peut éliminer certains termes ou certaines phrases et parfois les juger “inappropriés” pour la publication. Procédure longue pouvant durer des mois voire des année et dénoncée par les écrivains et imprimeurs. Les justifications données sont parfois hallucinantes : on a reproché à un poète un rythme inadapté, à un autre des allégories trop provocatrices et sexuellement ambiguës. Les censeurs conseillent aussi fréquemment aux auteurs de changer certains mots par des termes acceptables, comme par exemple de substituer “vin” par “café”. Des mots comme “baiser”, “amant” , “vin”, “saoul”, “porc”, “danse”, “viol”, “méditation” sont parmi ceux que l’on suggère le plus souvent de remplacer pour pouvoir être publié. À un romancier, on a simplement dit que son livre était déprimant.  Face à ces restrictions, de nombreux auteurs tels que Mahmoud Dolatabadi ou Reza Barahani, dont les écrits sont interdits en Iran, ont choisi de publier leurs livres en langue étrangère, en dehors de leur pays.

Source :  magazine littéraire.com  TheGuardian

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

isabelle 27/07/2011 23:47



Ce qui m'intrigue aussi, c'est : que faisaient des gamins de 14 ans à un meeting politique, de longue durée de surcroît, puisqu'ils avaient planté des tentes ?



isabelle 27/07/2011 08:34



Désolée, Gérard, de parasiter ainsi votre article.


Moi, ce matin, à la TV, j'ai entendu l'interview d'un rescapé de la tuerie, visiblement Nord-Africain, qui était sur l'île avec deux de ses frères, dont l'un a été tué. Il s'exprimait en
Français.


Nous allons peut-être finir par savoir ce qui s'est réellement passé.



Gérard Brazon 27/07/2011 11:31



 Oui j'ai vu le reportage. En effet nous commençons à avoir de l'informations comme le fait que c'était une réunion des socialistes
mettant en avant le boycott des produits israéliens et promouvoir la lutte pour les "pro palestiniens" contre Israël. Il est fort possible que les choses ne soient pas aussi simples que ne le dit
les télévisions françaises.


Je constate hélas, que nous avons toujours droits aux sempiternelles discours compassionnels. Personne n'a posé la question à cet homme: pourquoi étiez vous venu sur
cette île? Non pas pour lui reprocher quoi que ce soit mais simplement pour éclaircir un aspect. Peut-être que cette campagne d'information sur cette journée dans les jours précédents la réunion,
dans la capitale norvégienne a été une goutte d'eau de trop. C'est cela qui reste à craindre. la goutte d'eau qui, dans certains pays européens, fera déborder le vase. Ce qui est sûr, c'est que
la tension va devenir de plus en plus forte dans les mois prochains. L'immigration, l'islamisation, l'arrogance de l'islam, la volonté de tendre la corde dans le conflit Israélo-Gaza et
cisjordanien sont sans doute les véritables raisons de cette tuerie. 


 



island girl 26/07/2011 18:54



Qu'ils perdent leur temps à dénoncer,ces vieux débris à casquette hitlériennes ont fait leur temps,la modernité aura raison de leur charabia , tout a une fin ,ces vieilles momies sont des "has
been" qu'ils meurent à petit feu c'est extremement jouissif !



Francis CLAUDE 26/07/2011 16:05



ça n'a rien a voir avec l'article mais amis du blog allez vite voir sur la page d'ouverture de Yahoo.fr ils ont trouvés un rescapé brozé les cheuveux frisés hussein kazzeni, vous alles voir le
déchainement des bobos!!!!!