Allemagne : il refuse de se convertir à l'islam, ils lui coupent la langue

Publié le 2 Janvier 2013

Pascale Davidovicz

samedi 29 décembre 2012

images--2-.jpg


Ce fait est rapporté par informazionecorretta.com, site italien dont l’approche, tant dans l’esprit que dans la forme, est celle qui régit les motivations de desinfos.com, et dont je me propose de faire régulièrement l’écho. 
En voici la traduction. « Nous mentionnons cet article de Diana Alfieri du quotidien Il Giornale du 28 décembre 2012 en page 15  ».

 

Il a refusé de se convertir à l’islam, le jour de Noël, et pour cela, ils lui ont coupé la langue. L’horreur du fanatisme, le court-circuit d’une intégration qui n’en est pas une. Cela est arrivé à un étudiant indien à Bonn, en Allemagne, victime d’un groupe extrémiste islamique. Les agresseurs ont demandé à leur victime de quelle religion il était, et devant son refus de se convertir à l’islam, ils sont passés à l’action et ont accompli ce qu’ils avaient menacé de faire.

La police n’a pas divulgué l’identité de la victime, qui a été secourue par un passant. Admise à l’hôpital, la victime est sortie le lendemain.

Même si l’on peut considérer cette affaire comme anecdotique, il n’en demeure pas moins que la cohabitation entre les allemands et la communauté musulmane n’est pas simple.

La polémique autour de Thilo Sarrazin, ex-ministre des finances et membre du conseil de direction de la Bundesbank, et de son livre Deutschland schafft sich ab (L’Allemagne se détruit toute seule) n’est pas éteinte. Il y soutenait que les émigrants islamistes étaient différents, ignorants et bloquaient l’Allemagne ; et que surtout, à la différence de tous les autres émigrés, ils ne s’intégraient pas. Qu’ayant obtenu de l’Allemagne plus que ce qu’ils lui apportaient, peu instruits et ayant une natalité supérieure à la moyenne, ils contribuaient à l’appauvrissement intellectuel du pays.

S’en suivirent les protestations et manifestations publiques contre le film polémique anti-islam, finalement interdit, Innocence des islamistes, auxquelles mirent fin les propos d’Angela Merkel : « la liberté d’expression a ses limites », « l’islam est partie intégrante de l’Allemagne » et « qu’il ne faut pas confondre les allemands musulmans avec les islamistes radicaux ».

190Pourtant, dans le monde occidental, les épisodes violents contre ceux qui ne se plient pas aux préceptes du coran se multiplient. En France, un homme a été condamné pour avoir agressé un obstétricien et enfoncé la porte du bloc opératoire pour remettre le voile à sa femme en train d’accoucher, tandis qu’un restaurateur se faisait également agressé pour ne pas avoir fermé pendant le ramadan.

Episodes certes, mais phénomènes. Des femmes mariées de force ou abusées, à celles brutalement tuées par leurs proches. Plus de 17 000 en Grande Bretagne subissent des violences liées à l’honneur et aux principes religieux. Et en Italie, de Rachida Radi tuée à coup de marteau, parce qu’elle voulait se convertir au catholicisme, à Hina Saleem et Sanaa Dafani parce qu’elles voulaient vivre à l’occidental.

L’ultime frontière de la civilisation.

Pour rebondir sur cet article relevé par nos amis transalpins, je voudrais rappeler qu’il y a quelques mois, des salafistes distribuaient gratuitement des corans dans les rues de Berlin, comme Hitler avait distribué Mein Kampf dans tous les foyers allemands. Angela Merkel ferait bien de s’en inquiéter.

Et je recommanderais vivement la lecture de l’excellent et édifiant livre de Christopher Caldwell 

Une révolution sous nos yeux – Comment l’islam va transformer la France et l’Europe
.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Marie-claire Muller 02/01/2013 18:26


Islam et cheval de Troie




Envoyer par
e-mailBlogThis!Partager sur
TwitterPartager sur
Facebook





Après avoir vaincu le communisme et le nazisme, la civilisation européenne se trouve confrontée à un nouveau fléau dont
le dénouement est moins certain. Ce nouveau fléau colonisateur, bien qu'aussi dangereux, est significativement plus insidieux car son développement et sa progression, inexorables, sont
malheureusement directement ou indirectement défendus par les principes de liberté et de tolérance qui ont fait de notre civilisation un exemple socio-culturel. Cette nouvelle
forme d'occupation du sol européen qui se profile à l'horizon de quelques générations prend ses racines dans une idéologie résolument liberticide et dominante de part sa conception et
intolérante de part sa nature profonde.



 


L'Islam, dans sons sens littéral de "soumission" et non de paix (Salam) comme veulent facilement le faire croire de
"bienveillants musulmans modérés" dans certains médias complaisants, est ni plus ni moins une idéologie expansionniste bâtie de toutes pièces par un chef de guerre hégémonique et totalitaire
plutôt qu'une religion dans le sens spirituel du terme. De plus, l'Islam "modéré" est une affabulation créée de toute pièce par la propagande médiatique aliénée du politiquement correct - de
gauche principalement- qui se voile la face (!) afin de ne pas trahir ses préceptes de défense inconsidérée du multiculturalisme aveugle en dénonçant perpétuellement un
racisme anti-musulman, sans voir le racisme anti-européen ou plutôt anti-mécréant qui sévit quotidiennement et sourdement. Aux yeux de l'Islam, nous sommes tous des impies qu'il
faudrait convertir -par le sabre s'il le faut - ou soumettre -par le sabre s'il le faut.



Je n'ai nulle prétention à me positioner en exégète d'idéologie islamique - ou islamiste (synonymes). Il
existe d'éminents spécialistes en la matière qui corroboreront plus que certainement mes réflexions de manière objective et impartiale. Je ne voudrai infuencer personne; il suffirait à tout
un chacun de consulter le Coran et de se mettre à l'évidence par soi-même que plusieurs dogmes qui s'y trouvent sont en contradiction abyssale avec nos valeurs propres. Ce serait là
bien plus édifiant que d'écouter certaines émissions où la manipulation des masses dans le politiquement correct est devenue la règle voire une réligion en soi.



 


Nous vivons une crise identitaire sans précédent et le danger d'une mutation sournoise mais radicale à moyen
et long termes de notre société et de notre civilisation est bien réél et est favorisé par une logique démographique islamique patiemment calculée. Nous sommes face à une idéologie
solidaire, unifiée - cfr le soulèvement massif lors de la publication des caricatures du prophète- alors que nous sommes loins d'être solidaires et encore moins unifiés mais bien
plus préoccupés par nos minables intérêts personnels politiciens. La tradition chrétienne qui a eu un rôle éminent dans la gestation de  la civilisation européenne et ce dans
des domaines aussi différents que la littérature, l'art, l'éthique et la philosophie a été remplacée par des principes laïques. Ces principes de laïcité, d’égalité
hommes-femmes, de liberté de culte, de tolérance sont des notions qui n'existent pas dans l’islam alors que ce sont des piliers de notre civilisation. Mais malgré ces
principes immuables, nous n'avons toujours pas réussi à acquérir, créer, inculquer une identité commune qui puisse faire le poids face à une islamisation à peine voilée
(sic!). 



Les temps ne sont plus à l'idéntité culturelle béate mais plutôt à une culture idéntitaire décomplexée et dénuée de ses aspects péjoratifs poujadistes. Mais
pour cela il faut du courage.



Pierre Mylestin

Claude Germain V 02/01/2013 12:07


Plus de livres ; ........ DES ACTES !!!!!!!!!!