Allemagne : l'association zoophile réclame l'égalité des droits.

Publié le 15 Janvier 2013

Rédigé par sachab (24actu)  // Une information du 05 janvier 2013

zoophilie-600x360.jpg

 

En réponse au projet de loi qui vise à interdire la zoophilie en Allemagne, l’association allemande de défense des Droits des zoophiles (Zeta), selon laquelle il y aurait 100.000 zoophiles en Allemagne, a décidé de porter plainte contre cette future loi devant la Cour constitutionnelle.

Mi-décembre, le parlement allemand a adopté une loi afin d’interdire les actes zoophiles et de les condamner à une amende de 25.000 euros.

Une loi zoophilophobe réactionnaire, qui n’a pas manqué de faire réagir les militants de la Zeta, un organisme qui milite pour le progrès, l’égalité et la liberté et qui a donc décidé de porter plainte contre cette loi zoophilophobe auprès de la Cour constitutionnelle allemande.

Michael Kiok, un bibliothécaire président de l’association, en couple avec sa chienne bergère allemande prénommée Cessie et âgée de 8 ans et demi, a expliqué la position de son association progressiste par la volonté d’empêcher « la discrimination et la persécution des zoophiles en Allemagne ».

« Nous voyons les animaux comme des partenaires et non comme un moyen de gratification. Nous n’avons pas à les forcer à faire quoi que ce soit », a-t-il ainsi déclaré dans une interview pour le journal Spiegel. Il a également précisé qu’il était facile pour un zoophile de savoir si un animal est consentant ou pas et que par conséquent, aucun mal ne leur est fait. «Les gens ont essayé de créer la fausse impression que nous faisons du mal aux animaux», a-t-il dénoncé.

Une belle leçon de tolérance.

 

Face à l’interdiction de la zoophilie, Kiok défend ses amours chiennes

telechargement--2-.jpg

 

 

Le Bild Zeitunga publiéleur photo: Michael Kiok, assis sur une voie de chemin de fer, regarde dans les yeux sa partenaire - Cessy, une bergère allemande de 8 ans. Outre-Rhin, ces deux-là sont devenus le symbole d’un combat singulier. Michael Kiok, bibliothécaire de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à l’ouest du pays, est le président de Zeta, une organisation menacée, plaidant pour le libre épanouissement des zoophiles. Des gens«qui se livrent à toutes formes de relations sexuelles avec des animaux, leur imposant un comportement contraire à leur nature»,insiste Hans-Michael Goldmann, spécialiste de la protection animale au sein du parti libéral FDP, allié à la CDU d’Angela Merkel.

La semaine dernière, le gouvernement a présenté un projet de loi interdisant la zoophilie, qui deviendrait passible d’une amende de 25 000 euros. En Allemagne, cette décision a donné lieu à un débat sur l’ampleur du phénomène. Les activistes des associations de protection des animaux estiment à 2 millions le nombre de zoophiles Outre-Rhin. 100 000, tout au plus, leur rétorque Michael Kiok, amoureux des chiens et des chevaux qui a ouvertement déclaré son penchant en 1995.

Jusqu’à présent, les zoophiles et leurs compagnons à quatre pattes vivaient dans une relative liberté. Depuis le mouvement contestataire de 68, l’Allemagne a connu une période de grande indulgence sexuelle : pédophilie et zoophilie y sont plus ou moins tolérées, au nom de la liberté des enfants et des animaux de vivre une  «sexualité épanouie».

En 1969, la zoophilie est même dépénalisée, «à condition qu’aucune souffrance ne soit imposée aux animaux».Un article du code civil, qui punissait toute personne se livrant à des actes à caractère sexuel avec des animaux, est alors purement et simplement supprimé.

L’interdiction de la zoophilie fait partie d’une série de mesures visant à renforcer la protection animale en Allemagne, en conformité avec une directive européenne.

Le projet de loi entend également instituer un«usage responsable»de certaines pratiques courantes dans l’élevage, comme la castration des porcins et le marquage des chevaux sans anesthésie.«C’est un pas considérable pour la protection des animaux»se félicite la très conservatrice et agricole CSU bavaroise.

Michael Kiok reste pour sa part persuadé que, «derrière la défense des animaux, se cache en fait un retour à la morale et à l’intolérance».

Son organisation entend porter plainte contre le texte.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Nathalie 18/01/2013 17:01


Il est à enfermer ce type ! Les chiennes sont consentantes ? Je rêve... A t-il déjà vu ces chiennes violées dont on a cassé la colonne vertébrale pour qu'elles ne se débattent pas? Leurs pattes
attachées ? Leurs parties génitales et anales ensanglantées ? Et retrouvées mortes après avoir agoniser pendant des heures ?


Consentante ????


Putain, ça me fait gerber des types pareils...


PS : il doit en avoir une toute petite alors pour que sa chienne se laisse faire...ho ho ho


 

Aaron 15/01/2013 16:54


Je t'en supplie, mon D.ieu, purifie la terre de ces êtres malfaisants.

Claude Germain V 15/01/2013 16:40


Michael Kiok grimpé par son ane
...... il va voir ce que c'est la zooFOLIE !!!!!! ah !!! le cron !!!!

Dorothee13 15/01/2013 16:38


Entre les sièges de la RATP et TGV au porc, le mariage gay, et maintenant la zoophilie. Les orgies romaines vont devenir des histoires à l'eau de rose. Et en France à quand la zoophilie, ouvrons
la porte au mariage gay, la suite viendra. En dehors de ma famille, le jour ou je quitterai cette planète, je ne vais pas regretter grand chose vu comme le monde va !

Claude Germain V 15/01/2013 16:37


PU.....N !!!!! l'humanité est foutue , entre l'ayatholla de Naufle le chateau qui venait raconter que l'on l'on pouvait so......ser un bébé et l'autre con de Mikael Kiok qui se farcit sa
chienne .......!!!!!!!!!!!! NON DE ZEUS !!!!! on est foutut !!!!


brulez les tous !!!!!