Allemagne: l'intégration des immigrés ne passe pas!

Publié le 10 Septembre 2010

              L'Allemagne n'est pas ce hâvre de paix que l'on dit  être en permanence.! "Les allemands ont tiré les leçons du passé". "Les allemands connaissent le prix du racisme", et autres foutaises culpabilisantes comme si les jeunes allemands avaient quelques choses à voir avec les hordes nazis.

             Mais les allemands ont AUSSI des problèmes  d'intégration avec la population musulmane, principalement turque qui refusent d'intégrer les valeurs allemandes que nous partageons tous en Europe.

          Alors, les allemands seraient-ils d'incorrigibles racistes ou tout simplement est-ce l'islam qui pose problème?

Tous en Europe nous refusons la Charia ou tout ce que s'en rapproche. 

Est-ce raciste que d'être pour l'égalité des sexe?

Est-ce mal que de condamner l'excision, l'infibulation?

Est-ce raciste que de refuser la polygamie?

Est-ce raciste de considérer que changer de religion relève de la liberté.

Est-ce raciste de revendiquer la liberté d'expression?

Est-ce raciste de critiquer l'islam au même titre que d'autres religions?

etc.

            Pour certains, et beaucoup chez les bobos-gauchos de tous poils qu'ils soient noir (anars) ou rouge (cocos) voire rose (socialos) c'est mal !

          Critiquer l'islam pour eux c'est "fasciste".  Un peu comme le parti communiste avant guerre trouvait mal de critiquer les nazis en 1939 (aprés la signature du pacte de non agression signé entre Staline et Hitler.) mais même avant, au nom d'un certain pacifisme béat. Il y a des gens qui ne changeront jamais. Car chez ces gens là Monsieur on ne change!  Non Monsieur, on ne change pas, on crie!

  Gérard Brazon     

 

          Un brûlot aura suffi à effacer le mirage «multikulti» créé cet été par l'équipe nationale allemande de football. L'euphorie provoquée par les joueurs d'origine turque, polonaise, ghanéenne ou brésilienne rassemblés sous le maillot de la Mannschaft avait fait oublier à l'Allemagne les ratés de l'intégration. Avec son pamphlet ciblant les immigrés musulmans, Thilo Sarrazin, un haut fonctionnaire de la Bundesbank, a enterré l'enthousiasme multiculturel et ramené l'échec de l'intégration au cœur du débat politique outre-Rhin.

Vilipendé par l'ensemble de la classe politique, à l'exception des partis néonazis, pour ses théories jugées racistes, Sarrazin semble néanmoins avoir trempé sa plume dans une plaie réelle. Il dénonce le déclin de l'Allemagne, qu'il voit «s'abrutir» sous le poids des immigrés musulmans. Selon un sondage publié ce week-end, 17% des Allemands seraient prêts à voter pour lui s'il créait son propre parti politique. L'Allemagne, qui compte quelque 15,6 millions d'étrangers ou de nationaux d'origine étrangère, dont quelque 4 millions de musulmans, peine à se considérer comme un pays d'immigration. Selon une étude de l'université de Bielefeld, un Allemand sur deux trouve qu'il y a trop d'étrangers dans le pays.

Contrairement à ses voisins européens, l'Allemagne a pourtant été épargnée jusqu'à présent par les mouvements populistes ou islamophobes. L'audience des partis néonazis reste marginale et limitée à l'ex-RDA. Mais si Sarrazin, consacré «héros populaire» en couverture de l'hebdomadaire Der Spiegel , exclut pour l'instant de créer son parti, les formations politiques traditionnelles reconnaissent désormais qu'il a dénoncé de véritables maux… en allant trop loin dans le choix de ses formulations. Il expose «des vérités amères», juge Necla Kelek, une sociologue réputée d'origine turque.

La polémique renforce les clivages entre ceux, y compris chez les conservateurs, qui voient l'immigration comme une solution à la dépopulation de l'Allemagne et les traditionalistes, plus attachés aux valeurs chrétiennes du pays.

 

La CDU réclame des sanctions plus dures 

Angela Merkel a déclaré dimanche vouloir «parler ouvertement» du problème de la radicalisation de certains jeunes musulmans, «sans être pour autant soupçonnée de xénophobie». Mais lier la violence de certains jeunes dans des quartiers dits difficiles à l'islam est «une erreur», a martelé la chancelière. Elle souhaite qu'à l'avenir il y ait plus d'immigrés dans les services publics, comme «la police ou les offices de protection de la jeunesse».

Le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière, affirme que les difficultés d'intégration ne concernent que 10 à 15% des immigrés. Son parti, la CDU, n'en réclame pas moins des sanctions plus dures pour les immigrés qui rechignent à faire des efforts d'intégration, notamment ceux qui resquillent aux cours de langue obligatoires. «Si leurs enfants ne sont pas scolarisés, il faut les sanctionner avec des coupes dans les allocations», propose le député conservateur Michael Fuchs. Pour le ministre bavarois de la santé, Markus Söder (CSU), «c'est aux immigrés de s'adapter». «Les crucifix ont leur place dans les salles de classe bavaroises, pas les foulards», affirme-t-il… Dépité, le patron des sociaux-démocrates, Sigmar Gabriel, qui souhaite exclure Sarrazin du SPD, reconnaît que le débat risque de coûter cher à son parti.

Source Figaro

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

carlesen 12/09/2010 12:05



Piqûre de Rappel. C'est très connu mais tellement juste:


http://sitasecure.wordpress.com/un-siecle-de-pacifistes-par-isaac-de-barbanegre/