Allemagne : les musulmans "offensés" par une campagne contre la radicalisation

Publié le 6 Septembre 2012

Proposé par Danielle Moulins

Une campagne d'affichage du ministère de l'Intérieur de l'Allemagne annonçant un service d’assistance téléphonique pour ceux qui craignent qu’un de leurs proches se tourne vers l’islam radical, enrage certains musulmans qui y voient une stigmatisation de leur communauté.  

L’Allemagne, qui compte 4 millions de musulmans, est devenue de plus en plus préoccupée par les militants islamiques domestiques au cours de la dernière décennie, depuis que Hambourg a servi de base à trois des terroristes du 11-Septembre. Les autorités sont particulièrement inquiètes de la facilité avec laquelle des individus peuvent être recrutés par des extrémistes via l’Internet. L'année dernière, un jeune musulman albanais du Kosovo radicalisé en ligne a abattu deux membres de l’armée de l’air américaine à l'aéroport de Francfort.

Les affiches de la nouvelle campagne montrent quatre personnes fictives disparues, soit Hassan, Fatima, Tim (un converti), et Ahmed. Elles seront déployées en arabe, en turc et en allemand à compter du 21 septembre dans les grandes villes avec d’importantes populations immigrées. «Ceci est mon frère Hassan. Il me manque et je ne le reconnais plus. Il s’isole et devient plus radical de jour en jour. J'ai peur de le perdre complètement aux mains de fanatiques religieux et de groupes terroristes. Si vous vivez ce genre de situation, contactez le centre d'information sur la radicalisation», se lit une affiche.

Les critiques craignent que la campagne n’alimente les préjugés envers les musulmans. «Les musulmans sont toujours vus comme une menace potentielle», déclare Aydan Oezoguz, député turco-allemand et commissaire à l’intégration pour le parti d’opposition social-démocrate. «Il s'agit d'une question très importante, mais la campagne risque d’aliéner toute une communauté religieuse», a ajouté Oezoguz.

Erol Puerlue de l'Association des centres culturels musulmans, reproche à la campagne de mettre l’emphase sur l’extrémisme parmi les musulmans plutôt que dans la société allemande dans son ensemble. «Parler de l’extrémisme chez les musulmans risque d’alimenter les soupçons à leur endroit», a-t-il déclaré, ajoutant que l’augmentation des cours de religion à l’école serait une manière plus efficace de lutter contre la radicalisation des jeunes. «Nous devons également protéger les musulmans, qui peuvent eux aussi être victimes de l’extrémisme », indique Puerlue.

Source : German Muslims say anti-militant posters offensive, Reuters, 5 septembre 2012. Extrait traduit par Poste de veille


 Il ne faut surtout pas stigmatiser les islamofascistes qui veulent abolir la démocratie et la liberté...

 

Allemagne-affiches

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

S. Dekerle 07/09/2012 13:13


Des représentants de la Religion d'Amour de Tolérance et de Paix dans un aéroport japonais: http://www.fdesouche.com/319549-tranche-de-vie-dans-un-aeroport-japonais-video 

LMarie-claire Muller 06/09/2012 20:20


Pour sauvegarder les libertés individuelles et les droits de l’Homme


Déclaration de Bruxelles


Pour préserver la liberté d’expression, les libertés individuelles, les droits de l’Homme et la Démocratie contre toutes les tentatives visant subvertir et à attenter à ces principes universels,
nous en appelons aux dirigeants de toutes les nations pour soutenir cette Déclaration de Bruxelles 2012 afin de protéger les libertés individuelles et les droits de l’Homme :


Réaffirmant en tant que principe accepté de longue, date que les droits et libertés de l’Homme sont universels, individuels, inaliénables, égaux pour tous et s’imposent au-delà de toute
considérations philosophiques, culturelles ou religieuses;


Considérant que tout défenseur honnête de la Démocratie a le droit et le devoir de soutenir et de défendre la liberté d’expression, les libertés individuelles et des droits de l’Homme ;


Affirmant l’irréfutable fait que la charia, telle qu’articulée et appliquée, est incompatible avec la liberté d’expression, avec les libertés individuelles et avec les droits de l’Homme.
Qu’elle les détruit et est, de ce fait, incompatible avec les principes fondamentaux de la Démocratie (comme la Cours Européenne des Droit de l’Homme l’a acté dans son jugement du 13 février
2003) ;


Prenant acte du fait que la « Déclaration du Caire des Droits de l’Homme en Islam » du 5 août 1990, communément appelée Déclaration du Caire restreint tous les droits de l’Homme aux
règles liberticides et aux contraintes comportementales normatives de la charia (cf. articles 22, 23, 24 de cette déclaration) au prétexte que « Tous les êtres humains constituent une même
famille dont les membres sont unis par leur soumission à Allah » (article 1) ;


Constatant que l’Organisation de Coopération Islamique (OCI) – créatrice et principale promotrice de la Déclaration du Caire – a prouvé par une activité continue et persévérante qu’elle
est devenue la principale organisation internationale politico-religieuse travaillant à la restriction de la liberté d’expression, des libertés individuelles, des droits de l’Homme et à
l‘imposition de la Charia dans le monde ;


Affirmant que tout soutien officiel ou toute promotion de la Déclaration du Caire ainsi que toute coopération avec l’OCI menant par «le test des conséquences,» à plus d’application de la
Charia où que ce soit dans le monde, identifie leur perpétrateur comme un adversaire actif de la Démocratie, de la liberté d’expression, des libertés individuelles et des droits de l’Homme ;


Notant qu’une telle identification rend illégitime toute tentative par le perpétrateur à discuter ou à négocier de questions concernant la liberté d’expression, les libertés
individuelles et des droits de l’Homme dans tous les forums locaux, nationaux ou internationaux ;


Les signataires de la présente déclaration exigent solennellement de leurs gouvernements et de la société civile :


1) Qu’ils initient un processus, nommé le Processus de Bruxelles, afin de mettre en œuvre le contenu de cette déclaration grâce à des mesures éducatives et des initiatives politiques à tous les
niveaux de gouvernement et dans tous les secteurs de la société civile, afin de préserver les libertés et les droits futurs de nos nations et de nos enfants, de sorte que tous les membres de la
famille humaine puissent prospérer en tant que personnes libres.


2) Qu’ils déclinent toute invitation à participer à tout forum local, national ou international discutant des libertés individuelles, de la liberté d’expression ou des droits de l’Homme, si les
organisateurs – personnes physiques ou organisations – sont connus comme promoteurs de la Déclaration du Caire ou tenants de l’introduction de la Charia dans la société; à moins que la
négociation ne porte sur la transition vers une mise en œuvre des droits de l’Homme tels que définis par la Déclaration universelle des droits de l’Homme par les Nations Unies, et une sortie des
définitions décrites dans la Déclaration du Caire.


3) Qu’ils protestent contre toute forme de participation de personnes ou organisations connues pour leur promotion de la Déclaration du Caire ou pour l’application de la Charia à une réunion
locale, nationale ou internationale consacrée aux libertés individuelles, à la liberté d’expression ou aux droits de l’Homme à moins qu’elles personnes n’aient le statut d’observateurs ou soient
en train de négocier leur entrée dans le Processus de Bruxelles.


4) Qu’ils effectuent une enquête approfondie avant toute coopération bilatérale ou multilatérale sur les libertés individuelles, la liberté d’expression, et les questions connexes aux droits de
l’Homme, afin d’identifier clairement les participants qui promeuvent la Déclaration du Caire ou la Charia, ou bien qui ont coopéré ou collaboré avec l’OCI ou avec des organisations qui lui sont
associées.


5) Qu’ils rejettent et interdisent tout financement public qui contribue à la promotion de la Déclaration du Caire ou à toute implémentation sociétale liée à la Charia puisque de tels actes et
promotions constituent une attaque directe contre les plus fondamentaux de nos principes démocratiques et contre les droits de l’Homme.


6) Qu’ils mettent fin à toute coopération avec tous les promoteurs connus de la Déclaration du Caire, que ce soit à un niveau national ou international, lorsque cette coopération a pour but ou
pour résultat de restreindre les libertés individuelles, la liberté d’expression ou les droits de l’Homme dans un pays démocratique, tant qu’ils n’ont pas répudié la Déclaration du Caire.


7) Qu’ils développent la coopération et le soutien dans tous les forums avec les anciens promoteurs de la Déclaration du Caire qui la désavouent et dénoncent la destruction que font subir l’OCI
et la charia aux libertés individuelles, à la liberté d’expression, aux droits de l’Homme et qui affirment dorénavant que les droits de l’Homme et que ses libertés sont universels, individuels,
égaux pour tous les êtres humains, inaliénables, et s’imposent au-delà de toute considérations philosophiques, culturelles ou religieuses.


8) Qu’ils engagent le dialogue avec la société civile et avec les organisations officielles qui cherchent à protéger les libertés individuelles des atteintes liées à la Charia, et tout
particulièrement avec les organisations issues des pays signataires de la Déclaration du Caire ou membres de l’OCI, et ce, afin d’encourager le dialogue, l’information et la compréhension des
libertés individuelles et des droits de l’Homme, tels que ces termes ont été historiquement utilisés avant la Déclaration du Caire.

LMarie-claire Muller 06/09/2012 19:47


Sûr que démasquer les sournois n'est pas sans conséquences,les menaces il n'y a que ça de vrai contre ceux qui osent s'opposer à l'islamisation.Tant qu'on laisse faire, ils avancent sans bruit à
la façon des reptiles, mais quand on réagit,les mahométans, barbus en tête, vont montrer leur haine en hurlant à l'islamophobie contre ces occidentaux qui ne comprennent rien à leur ratp!!!