Allongé sur le divan de son psychanalyste préféré, aujourd’hui, Manuel Valls tente de comprendre.

Publié le 8 Février 2014

Manuel Valls recordman du lapsus

Par Jany Leroy pour Bd Voltaire

Ne me faites pas dire ce que j’ai dit sans vouloir le dire. Manuel Valls, sur le plateau de l’émission « Des paroles et des actes », commet le lapsus qui réduit en cendres des mois d’un intense travail de communication. Le genre de boulette qui voit le chef des conseillers partir faire de la poterie au fin fond de la Lozère, la bévue qui sélectionne d’office le ministre pour les championnats du monde de lapsus artistique qui se tiendront en 2015 dans le cabinet de… Gérard Miller.

Mais revivons ensemble ce grand moment politico-freudien : parti du diable vauvert, Manuel Valls s’élance pour une laborieuse justification de l’interdiction du spectacle de Dieudonné. Après un bel effort dans la dernière ligne droite, il franchit la ligne d’arrivée en tête avec un magnifique : « Ce personnage ne peut plus proférer dans ses spectacles les mêmes propos, donc si c’était à refaire, je le referais pas. » La foule exulte, tandis que David Pujadas, qui ne comprend rien à la compétition, tente de ramener le concurrent sur les voies de la raison. Mais allez arrêter un champion en pleine course ! Ne s’apercevant pas qu’il a dores et déjà gagné, Manuel continue : « Parce que l’antisémitisme, les actes anti-musulmans, bla bla bla… » Pujadas en alerte orange, la régie au bord d’envoyer la pub… Rien n’y fera.

Allongé sur le divan de son psychanalyste préféré, aujourd’hui, Manuel Valls tente de comprendre. Sa nature profonde ne le destinait-elle pas en réalité à assurer la première partie de Dieudonné ? À régler ses lumières ? À vendre des friandises à l’entracte ?

Le referait-il ? Ne le referait-il pas ? Seules 53 séances à 115 € TTC l’unité éclairciront le mystère. Une somme, certes, mais au bout du tunnel : la vérité. À la porte du cabinet, les médias se sont installés en vue de la question quotidienne cruciale : « Alors ? Il le referait ou il le referait pas ? » François Hollande, lui aussi, est sur des charbons ardents. Le gouvernement tout entier suspendu aux travaux du psychanalyste commis d’office (le préféré s’est enfui au cours de la première séance et a dû être remplacé en urgence).

Alerté dans la soirée, Dieudonné a fait parvenir au ministre quelques mots de soutien accompagnés d’une barquette de quenelles au poulet. Pas rancunier pour un sou, le comique attend lui aussi le verdict de cette longue introspection. Pour l’instant, Manuel Valls en est à raconter son enfance, sa mère, son père, les interdictions répétées d’assister aux spectacles de marionnettes qui se déroulaient régulièrement sur la place de son village… Et puis tout se mélange : sa femme actuelle qui le bassine avec l’antisémitisme, le vilain monsieur du CRIF… L’affaire est confuse. Boulevard Voltaire ne manquera de publier le rapport quotidien fourni par le médecin en charge du psychanalysé.

valls-freud

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Marie-claire Muller 10/02/2014 16:44








Pivoine 09/02/2014 12:38


Je pense aussi que ce lapsus est révélateur, car il a compris que son acharnement contre Dieudonné a révélé à la France entière sa vraie nature !

mika 08/02/2014 20:56


La Chronique d'Eric Zemmour : Valls, le faux dur


 


https://www.youtube.com/watch?v=_5TCvwdTYk4

LA GAULOISE 08/02/2014 16:55


PEUT ETRE QUE C EST UN LAPSUS LINGUAE REVELATEUR   VA SAVOIR ......