AME- Aide Médicale d’État : le député Goasguen (UMP) bataille pour obtenir les chiffres. Préface Gérard Brazon

Publié le 30 Octobre 2013

Gérard Brazon interview3  L'AME coûte un bras à la France si ce n'est pire. Véritable pompe aspirante de l'immigré malade ou désirant se faire soigner pour une maladie grave aux frais des contribuables. Ce n'est pas à l'immigré que j'en veux bien sûr, il est parfaitement logique de vouloir se faire soigner lorsque l'on est malade et que les soins n'existent pas dans son pays. Mais devons-nous, à nos frais, dans la situation catastrophique d'aujourd'hui, dans l'abandon de nos pauvres, de nos mal-soignés français, dans des hôpitaux débordés, sans moyens, accepter de soigner les malades du monde entier dès lors qu'ils posent un pied sur notre sol ou sur celui d'un pays de l'Europe des 28 ?

 

A l'heure où nous pouvons constater que même nos anciens ont du mal à se soignés, que la misère touche de plus en plus de français,  il serait temps d'annuler ce système automatique et coûteux pour nos finances. Il serait de revoir bien d'autres dépenses d'ailleurs.

Mais la droite comme la gauche, en charge des deniers publics, n'envisagent pas de réduire les dépenses et n'ont d'autres solutions que d'augmenter les impôts.

Tous les politiques le savent bien mais sont pétrifiés à l'idée de réduire la voilure, de cibler les dépenses. Eux vivent bien, se nourrissent bien au frais des contribuables, sont bien logés et la misère est une notion, un paramètre. Ce n'est pas du vécu. Ils sont généreux avec l'argent des contribuables ! Des contribuables qui n'ont même pas leur mot à dire dans ce pays à la démocratie confisquée.

Que dit-on à une famille surendettée ? De réduire ces dépenses. Ce n'est que du bon sens.

 

Gérard Brazon

******

Le Quotidien du Médecin

Argent-euros.gifLe député UMP Claude Goasguen, rapporteur spécial de la commission des finances, chargé de l’Aide médicale d’État (AME), ne décolère pas. Las de demander à l’assurance-maladie et au cabinet de Marisol Touraine les chiffres du nombre de bénéficiaires du dispositif et de son coût, il s’est rendu en personne mercredi 23 octobre au ministère de la Santé pour tenter de les obtenir, en vertu de ses fonctions de rapporteur spécial. « J’ai eu des chiffres très incomplets, ce qui témoigne d’une volonté de ne pas les communiquer. Pourquoi avance-t-on une enveloppe de 600 millions d’euros ? Sur quoi est-elle calculée ? » explique-t-il au« Quotidien ».

Le nombre de bénéficiaires de l’AME s’élève à 220 000 pour les trois premiers mois de 2012, 270 000 pour les trois premiers mois de 2013. « Mais c’est calculé à la petite semaine ! Je m’étais déjà affronté sur ce sujet avec le cabinet de Roselyne Bachelot. Mais au moins on avait des estimations », commente-t-il.

Ane.gif Manque d’anticipation

Claude Goasguen déplore le manque d’anticipation du gouvernement actuel, alors que Mayotte, nouveau département français, devrait faire gonfler le nombre de bénéficiaires de l’AME.« J’ai demandé les chiffres pour Mayotte, la Guyane, la Seine-Saint-Denis, et je n’ai eu qu’un silence gêné », affirme-t-il. Le ministère assure de son côté lui avoir « répondu de façon totalement transparente ».

euro17.gif  Le député s’inquiète aussi de l’enveloppe consacrée aux crédits d’urgence pour les étrangers en situation irrégulière entrés sur le territoire il y a moins de 3 mois. Celle-ci est passée de 40 millions d’euros, dans la loi de finances de 2013, à 120 millions d’euros prévus pour 2014.

Auteur d’un rapport en 2011 sur l’AME, Claude Goasguen exclut sa suppression. « Elle répond à un besoin, mais il faudrait la limiter aux urgences, à la prophylaxie, aux grossesses et à l’enfance ». Il persiste et signe encore les conclusions qu’il tirait il y a deux ans. « L’AME est mal pilotée, mal contrôlée. Elle est gérée sur une base basse pour avoir davantage de crédits lors de la loi de financement rectificative. C’est un mécanisme incitatif vicieux »dénonce-t-il, avant de proposer une enveloppe fixe, et une caisse unique de gestion.

Claude Goasguen envisage déjà une prochaine visite avenue de Ségur.

› COLINE GARRÉ

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Pivoine 31/10/2013 12:01


Sous la présidence de Sarkozy, certains membres de l'UMP lui avaient demandé de supprimer l'AME. Lui avait refusé, disant que ça ne cadrait pas avec la tradition de générosité de la France...

DURADUPIF 30/10/2013 18:40


La CNAMTS doit avoir les montants précis.