Anne Sinclair ou la vie d'une bobo-socialiste.

Publié le 23 Février 2011

Anne Sinclair vous la connaissez ? Ancienne star de la télé, remariée avec Dominique Strauss Kahnn elle se prend depuis quelque temps pour la présidente-bis du FMI. Presque la première dame de France. Alors, elle nous a servi son discours de bobo sur l'islam.

 La bobo de la pire espèce. Parce qu'elle sait la misère dans les foyers cette brave dame. Elle sait bien ce qu'est de vivre avec 800 € voire moins. Elle connait la dureté des cités, la trouille du soir, l'insécurité et même le sentiment d'insécurité.

Avec 800 € elle sait qu'elle ne peut pas acheter un sac à main rue Royale à Paris. Avec 800 € elle sait qu'elle ne pourrait pas aller dans un hôtel de luxe parisien. Elle sait aussi j'imagine qu'avec 800 € elle ne pourrait pas aller dîner dans un palace. Vous voyez bien qu'elle n'est pas si sotte que ça. La misère elle connaît cette socialiste bon teint. De loin bien sûr, dans les livres, en photos, entre deux deux dîners d'apparats. 

         Bref, elle n'est pas inconséquente, ni même indécente. Elle donc connaît la dureté de la vie des Français. Elle la lit, de temps en temps, dans des journaux comme le Monde ou Libération.

Et que dit-elle. Elle regrette qu'il y ait une volonté de débats sur l'islam en France. Parce qu'elle aime bien l'islam. Elle rencontre souvent des émirs, des femmes de Présidents ou de Premiers ministres. Ils sont gentils avec elle. Ils n'occupent pas les couloirs du FMI pour prier.

        Alors, d'après elle, c'est dangereux d'agiter l'islam. Ce n'est pas bien de débattre sur les prières dans les rues. C'est sûrement pour dégonfler l'extrême droite dit-elle, Ce n'est pas pour s'interroger sur la démocratie et la religion mais, pour « agiter les peurs » « ressouder une droite déboussolée»

Mais qui est donc cette femme qui a toujours vécu dans le luxe?

Que connait-elle de la vie d'un Français d'aujourd'hui ?

De quels droits se permet-elle de parler pour critiquer une politique, une attitude, une volonté?

Elle n'est pas engagée en politique. Elle est tout simplement madame DSK. Madame entre dans une espèce de délire ou déjà, elle se voit attribuer un rôle. Pour le moment c'est celui de porte-parole d'un DSK qui se veut, sans le vouloir tout en le voulant.

Qu'il est lamentable ce couple qui semble courir après deux lièvres. Pauvre France.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 24/02/2011 00:21



Oui, en politique il faut savoir gérer ses sentiments ça s'appelle :L'HYPOCRISIE ...



island girl 24/02/2011 00:18



Tout à fait d'accord avec vous tous ,j'ajouterai que cette petite dame est aussi une grande cocue qui a avalé le poisson avec les aretes en silence...GULP !


Je pense qu'elle doit avoir une dent contre le gras.. pardon, grossier mari!



LA GAULOISE 23/02/2011 11:13



Très bonne analyse !  Ce que je reproche à ces gens là, c'est leur manque de pudeur et surtout leur hypocrisie.



Ronaldegaule 23/02/2011 10:43



Tant que l'on apportera du crédit à des "personnages" médiatisés, mais totalement inutiles


par leurs actions, on ne pourra pas prendre en compte la voix du plus grand nombre.


Faire parler le peuple aussi souvent que nécessaire , serait une vraie solution à l'équilibre


démocratique. Le constat navrant d'un monde politique déliquescent dont la priorité reste


la conquête du pouvoir devrait nous incliner à choisir nos futur(e)s élu(e)s ailleurs que


dans les traditionnels "paniers". Seul le Net autorise  la liberté "permanente" d'expression 


et là encore, nous constatons qu'une minorité (souvent inconnue) censure les propos des


internautes  sur leurs seuls critéres de jugement.


Faisons comme la Suisse, les"votations" du peuple Helvétique, guident l'orientation que le


gouvernement fédéral doit prendre pour satisfaire la majorité de la population.


Que les médias cessent de raccourcir le débat aux seuls avis des profiteurs du système,


je ne répéterai jamais assez, que la France c'est 65 millions d'individus qui ne sont pas


tous des"veaux"et c'est peut être d' eux que l'avenir de notre pays dépend !!!


 


 



Nancy VERDIER 23/02/2011 09:58



La remarque BoBo d'Anne Sinclair sur le débat "Islam dans notre république" ne peut que faire du tort à DSK et éloigner de lui des électeurs socialistes "de base" qui souffrent réellement et
s'inquiètent pour l'avenir de leurs enfants. Le discours de Sinclair est complètement décalé par rapport à la réalité des français, elle vit "Ailleurs" elle n'a pas compris l'évolution qui
s'est opérée en France depuis deux ans. Je me souviens d'un 7 sur 7 où elle interrogeait de façon "impertinente" Giscard  sur "l'intégration des étrangers" en France. Sarkozy commence à
comprendre les vrais soucis des Français, mais si c'est pour faire du BlaBla et ne pas prendre de décisions, c'est raté. Raté aussi côté Martine Aubry avec sa Ligue Islamique du Nord. Les BoBos
auront le choix entre Sarkozy et DSK. Pour les autres que reste-t-il ???



Jean Valette dit "Johanny" 23/02/2011 09:39



Etre dit "de gauche" pour certains (et certaines) c'est devenus une très sûre manière de "faire du fric" !... D'où l'expression: "mettre de l'argent à gauche" sûrement!...   :-)



Topaze 23/02/2011 08:39



 Je n'ai rien contre les personnes dotées d'une grande fortune....Bien au contraire, sauf que je n'aime pas leur propension à venir nous donner des leçons à la (al...lah) socialiste...
Depuis 33 ans et plus, dès que nous avons une vue différente de la leur, leur seulcrédo...Nous sommes racistes et maintenant nous devons essayer de sauver la France du racisisme islamiste en
France....de la loi (charia) qu'ils veulent nous imposer et faire dee nous des "dhimmis"..


(Voici une partie de la vie d'Anne Sinclair),


Anne Sinclair, née le 15 juillet 1948 à New York, est une journaliste française.

Fille d'un riche industriel, petite-fille du grand marchand d'art new-yorkais Paul Rosenberg dont elle est une des héritières,[1] licenciée en droit, diplômée de l'Institut d'études politiques de
Paris (filière Politique et Social, 1972), elle commence sa carrière de journaliste à Europe 1 en 1973.