Anne Zelensky et Sylvia Bourdon interpellent Elisabeth Badinter !

Publié le 6 Octobre 2011

Je reprends deux articles parus sur Riposte Laïque. Un article d'Anne Zelensky qui remet quelque pendules féministes à l'heure du bon sens et l'autre de Sylvia Bourdon.

La lutte pour l'égalité des droits des femmes, celle de la justice économique et sociale pour la femme ne peut souffrir de retours en arrière, de petits jeux politiques et de combats inutiles tels que celui d'osez le feminisme par exemple. Anne s'en prend à Madame Badinter qui défend la cause laïque un jour puis effarouchée par les réactions recule le lendemain. Comment peut-on mener un combat pour le féminisme et reprendre sa parole alors que la vérité est bien là :  Madame Marine le Pen est la seule à défendre la laïcité parmi tous les partis politique! Si c'est la vérité il ne faut plus la dire parce que c'est dit par la Présidente du Front National? J'aurai été le premier à féliciter Marie-Georges Buffet (ex patronne des cocos) si elle avait défendu la laïcité et pourtant je suis  anticommuniste.

Gérard Brazon

*********** 

Madame Badinter, j’ai fait un rêve… J’ai cru un moment que le souci de la vérité serait plus fort pour vous que l’allégeance à un quelconque camp. Vous avez en effet énoncé récemment quelques paroles de simple bon sens : oui, aujourd’hui la laïcité, socle de nos valeurs républicaines, est devenue un gros mot. Il a été détourné tragiquement de son sens : neutralité de l’espace public et non ouverture aux religions. La laïcité c’est le souci de préserver l’espace commun des intolérances, inhérentes aux religions. La laïcité est alliée de la Raison et garante de la paix civile, elle est l’aboutissement patient de siècles de combat contre l’obscurantisme, elle est fille des Lumières. Votre long travail de réflexion et d’écriture n’est il pas un apport à ces Lumières qui ont sorti l’humanité des ornières de l’ignorance ?

Fidèle à vous même, vous avez dit l’évidence : ce pays dérive dangereusement hors des chemins de la liberté d’expression. Parce que vous avez affirmé une vérité – dans le camp politique, seuls en effet Marine Le Pen et Manuel Valls (qui par ailleurs prône le financement public des mosquées) défendent encore la laïcité – toute la bien-pensance médiatique vous est tombée dessus et en a déduit que vous étiez proche de Marine Le Pen, dans un raccourci inadmissible intellectuellement. On peut reconnaître à un/e adversaire une qualité, sans pour autant partager ses positions. On n’est pas obligé de coïncider sur tout, parce qu’on coïncide sur un point. En pratiquant l’amalgame et le raccourci, on reste dans le champ du ragot, pas de la pensée. Mais aujourd’hui on ne débat plus, on fait des procès d’intention. Vous avez cédé à l’intimidation, vous avez préféré rentrer dans le rang, plutôt que de tenir bon. Il n’y a pas de faute morale plus grave que de se renier.

Vous n’étiez pas obligée d’insister sur le fait que vous n’aviez rien à voir avec M. Le Pen, on le savait déjà, là n’était pas l’important. Vous n’aviez pas besoin d’employer ces termes injurieux et infondés qui sonnent mal dans votre bouche « les fachos de Riposte Laïque ». J’écris à Riposte Laïque, j’ai rarement rencontré autant d’esprits libres et courageux que dans ce média. (je confirme cette réalité, j'ai rencontré des gens de tous bords mus par une seule chose, nonobstant nos idéaux politiques: la défense de nos libertés, celle de la laïcité en premier. Nous ne sommes pas tous du même bord politique à Riposte Laïque c'est une certitude mais nous croyons aux valeurs de la France. Ndr de gérard Brazon).

Vous avez l’habitude de vous fier au texte, alors ne dérogez pas à cette saine pratique intellectuelle et faites vous une idée par vous mêmes. Lisez Riposte Laïque, vous éviterez les clichés. Par contre vous auriez fait avancer le débat, vous auriez été fidèle à vous même en persévérant dans votre jugement : ceux qui défendent aujourd’hui la laïcité dans ce pays sont minoritaires et c’est grave. Les politiques, les médias , les élites en un mot, sont en train de trahir toute une histoire et un héritage.

Vous aussi, madame Badinter, vous rentrez dans le rang du bien penser ! Vous qui êtes si prompte à donner des leçons, entre autres aux féministes, souffrez qu’on vous retourne la politesse. Rien ne mérite qu’on renonce à l’exigence de vérité. Surtout pas le souci de reconnaissance.

Anne Zelensky

***********

Par Sylvia Bourdon

 

Concernant le signataire de l’article, ce dernier agit comme sous les pires régimes autoritaires. Culpabiliser, intimider, exécuter en place publique ceux qui ne partagent pas son avis. Il faut reconnaitre son succès. Madame Badinter est tombée dans ce piège infâme, qui ne l’honore pas. Durant la seconde guerre mondiale, il y eut des alliances contre nature. Qu’avaient en commun un de Gaulle, un Churchill, un Roosevelt et un Staline ? Rien que le combat contre le national socialisme. On en connait le résultat et chacun reprit son itinéraire. Combattre l’islam et ses desseins funestes n’a rien de déshonorant, puisque nos libertés ne sont pas négociables et que ce n’est pas une race qui est sujet à critique, mais un projet politico-religieux incompatible avec la République. Cet amalgame fait par le signataire du billet entre racisme et religion est injuste, faux et dangereux. En outre, j’ignorais que Mme. Badinter était en charge de proclamer des brevets de bienpensance. Sa rentrée dans le rang forcée par le signataire de l’article est indigne d’elle, que j’estimais plus résistante que cela. Je lui conseille de lire Riposte Laïque attentivement avant d’insulter le journal en ligne d’un terme aujourd’hui vidé de toute substance : facho. Je ne suis pas d’accord avec tout ce que peut déclarer un tel ou une telle, peu m’importe les couleurs politiques, mais lorsque UNE personne s’élève contre les nazislamistes, je ne peux que l’approuver. C’est en l’occurrence Marine Le Pen. La République n’est pas compatible avec la religion musulmane. Faut-il rappeler au signataire du billet d’intimidation que tous les pays sous le joug musulmans sont des pays autoritaires ? Qu’il vienne nous déclarer le contraire !

Sylvia Bourdon

Texte envoyé au Point, et non publié

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article