Annemasse : Grâce au combat du dernier maraîcher, la mosquée a du plomb dans l’aile ! Par Francis Gruzelle

Publié le 15 Octobre 2014

Grandchamp4 - CopieGrandchamp2 - Copie

Après trois ans de procédures, les juridictions administratives de Lyon ont stoppé la construction d’une mosquée à Annemasse, en condamnant la municipalité socialo-communiste-Modem et en retenant les arguments du dernier maraîcher de l’agglomération, qui emploie 15 personnes sur son exploitation.

Ce mardi 14 octobre, l’arrêt de la Cour administrative d’appel de Lyon a résonné comme un coup de tonnerre salvateur dans le ciel Haut-Savoyard, à la frontière Suisse de Genève. En rejetant les arguments de la ville d’Annemasse, qui entendait construire une mosquée sur les terres du dernier maraîcher Pierre Grandchamp, la juridiction administrative Lyonnaise a préservé la laïcité et a sauvé 15 emplois.

Les trois ans de combat du dernier maraîcher, soutenu par une seule élue d’opposition de la ville d’Annemasse, la gaulliste Anne Michel, ont payé et permettent de sauver l’exploitation agricole et les 15 emplois du site, face à la folie d’une municipalité qui voulait rayer de la carte une exploitation agricole pour édifier à sa place un centre cultuel musulman et une mosquée, dont les esquisses architecturales laissaient entrevoir plusieurs minarets.

La ville d’Annemasse devra verser 1500 euros au maraîcher Pierre Granchamp

Trois ans de combats acharnés pour Pierre Grandchamp et son unique soutien, l’élue gaulliste Anne Michel. Certes, des voisins étaient venus apporter leur soutien moral au maraîcher. Les premières procédures avaient été favorables à la municipalité pro-islamiste Dupessey (le maire socialiste qui a succédé au député-maire socialiste Robert Borrel qui avait dirigé la ville d’une main de fer de 1977 à 2001).

grandchamp3 - CopieGrandchamp1Le dossier juridique avait été plaidé le 23 septembre et la Cour administrative d’Appel de Lyon avait mis sa décision en délibéré au 14 octobre. Dans son arrêt, la cour administrative d’appel de Lyon a donné raison ce mardi à l’agriculteur annemassien Pierre Granchamp en « annulant les délibérations en date du 21 avril 2011 par lesquelles le conseil municipal de la cité frontalière avait approuvé les révisions n°1 et n°2 du plan local d’urbanisme (PLU) ». La décision rendue par la justice administrative remet ainsi en cause plusieurs projets portant sur la création d’un d’espace nature, sur la construction de la future mosquée et sur une frange constructible élargie pour la partie nord du Brouaz.

D’un point de vue strictement juridique, la cour administrative d’appel de Lyon a annulé le jugement du tribunal administratif de Grenoble qui avait rejeté le 30 mai 2013 la demande formulée par le maraîcher Pierre Grandchamp, qui emploie 15 personnes sur le site du Brouaz, dont une partie des terres sont concernées par les délibérations de révision du PLU.

Après trois ans de procédures, le maraîcher a obtenu gain de cause devant la justice administrative. « Comme quoi quand on est sûr d’avoir raison, il ne faut jamais laisser tomber », a confié mardi 14 octobre Pierre Granchamp, soulagé de sauver son exploitation, qui ravitaille une partie de la ville de Genève en légumes.

Par cette décision, c’est l’aménagement de l’ensemble du Brouaz qui se trouve remis en cause et comporte des conséquences sur les projets du quartier comme celui de la construction de la mosquée.

La cour d’appel a également condamné la Ville d’Annemasse à verser 1500 euros au maraîcher au titre de l’article L 761-1 du code de la justice administrative (frais exposés non compris dans les dépens).

Francis GRUZELLE

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

henri 15/10/2014 20:04


Ouf !!!


Surtout que la plupart des employés de M.Grandchamp sont d'origine de "là-bas" .


(à ce que j'avais lu à l'époque)

marco 15/10/2014 16:59


Bravo a ce maraicher,les muzz devront aller construire leur mosquée ailleurs,pourquoi pas au Sahara ,il y a de la place là-bas-Il ne faut pas avoir peur ce ces fanatiques qui nous menacent il
faut rester vigilant si vous leur montrer que vous avez peur il s'en régale et accentue leur pression.

lombard 15/10/2014 16:49


bonjour 


nous aussi a Evreux nous avons bloqué le projet de la grande mosquée ,leur dossier mal constitué nous un peu aidé et le maire de la commune mitoyenne a pu annuler le permis de construire sur ce
terrain precis que les muss convoitaient pour un euro symbolique. comme vous le dites si bien   IL NE FAUT RIEN LACHER.depuis notre mairie a changé de bord mais nous restons vigilant .UMPS
tous pourris.......

maury 15/10/2014 14:53









Analyse


Israël


Antisémitisme


Histoire


International


KISSRAEL




 









News







Un djihadiste français menace la France
et les français de représailles (vidéo de propagande)


Le Parlement britannique
votera-t-il la prochaine fois en faveur de la reconnaissance de l’Etat Islamique ?


Comment les donateurs ont sauvé le Hamas !, par Khaled Abu
Toameh


Zemmour/Conflit israélo-arabe: « Les
palestiniens ne voudront jamais renoncer à leur rêve d’extermination d’Israël» (audio)


L’État islamique menace le territoire américain


Strasbourg : des islamistes s’entraînent au combat en pleine rue




Un djihadiste français menace la France
et les français de représailles (vidéo de propagande)


Le Parlement britannique
votera-t-il la prochaine fois en faveur de la reconnaissance de l’Etat Islamique ?


Comment les donateurs ont sauvé le Hamas !, par Khaled Abu
Toameh


Zemmour/Conflit israélo-arabe: « Les
palestiniens ne voudront jamais renoncer à leur rêve d’extermination d’Israël» (audio)


L’État islamique menace le territoire américain


Strasbourg : des islamistes s’entraînent au combat en pleine rue










Strasbourg : des islamistes s’entraînent au combat en pleine rue


oct 14, 201414









Share







À Strasbourg, des riverains ont alerté les autorités après avoir observé dans la rue un groupe d’hommes en train de s’entraîner au combat.


Un incident surprenant, impliquant des islamistes, s’est produit lundi 13 octobre à Strasbourg. Aux alentours de 18 heures, rue du Rieth, des riverains ont remarqué en pleine rue un
groupe d’hommes qui s’entraînaient à mains nues au combat mais également avec des fusils mitrailleurs, qui vont s’avérer factices.


Alertés, les policiers du commissariat local sont arrivés sur les lieux. Face à eux, sept hommes qui les traitent de « mécréants ». Leur « leader » affirme
s’entraîner pour « venger leurs frères musulmans morts sous les balles ». Ils finissent par accepter d’être contrôlés avant de menacer les policiers. Ils leur
annoncent qu’ils vont « brûler en enfer » tout en se mettant à genoux et en criant « Allah Akbar ».


Aucune poursuite n’est pour l’heure engagée. L’affaire a été transmise à la Direction centrale du renseignement intérieur (DGSI).


Source EUROPE ISRAËL


maury 15/10/2014 14:51


Comme beaucoup j'ai suivi cette affaire effarante qui montre bien la collaboration active des élus servils de gauche mais aussi certains de droite avec nos ennemis afin qu'ils s'implantent dans
notre beau Pays !!!Bravo Monsieur d'avoir tenu bon et merci à cette élue qui l'a soutenu (contre vents et marais islamo gauchos) D'ailleurs le moment viendra où on récupérera tous les morceaux de
notre patrimoine volés par nos envahisseurs, pour y construire des casernes pour futurs assassins!!!   

marie-plume 15/10/2014 13:39


Bravo, mille fois bravo à ce "maraîcher" patriote s'il en était et qui mériterait que sa détermination et son courage soient récompensés par l'Ordre du Mérite Agricole... Sait-on jamais? Des
hommes de cette trempe la France en redemande! Merci monsieur.