Après un Maire communiste couillu sur la burqa, un Maire socialiste bien (re)monté sur la Laïcité.

Publié le 24 Février 2010

Un Maire socialiste prend une décision dans sa bonne ville de Joué-les-Tours (Indre-et-Loire). Celui d’inscrire au Fronton de sa Mairie : Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité. Cette dernière inscription qui est pour tous français nourrit à la culture de nos philosophes ne devrait pas, en principe, posait beaucoup de questions. Il se trouve que si puisque l’on conteste à ce Maire le fait d’avoir ajouté, au fronton de sa Mairie, cette valeur fondamentale. Aussi fondamentale que les trois autres d’ailleurs.

Ses plus farouches adversaires sont à mon grand désespoir des conseillers municipaux de l’UMP. Ou va se nicher le combat politique. Ce Maire socialiste n’a pas souscrit à la forme. C'est-à-dire qu’il n’a pas demandé à son Conseil Municipal l’autorisation de le faire. Ah la belle affaire !

Certes, c’est maladroit. Probablement qu’il y a derrière tout cela une volonté de faire bouger les lignes. Les politiques ont horreur de la provocation, des coups de force, du bras tordu. Mais au-delà, en quoi cette inscription doit-elle faire la une des journaux ?

La laïcité semble t’il serait provocatrice et stigmatiserait une communauté. Bien entendu ce n’est pas la communauté bouddhiste. Celle-ci s’en moque bien et se contente de vivre tranquillement sa religion ou philosophie.

La Laïcité doit-elle être discrète ? Ne doit-on pas en parler ? Comment se fait-il que la laïcité est vécu par certain comme une arme, une attaque, une façon de souligner les différences ? Qui provoque qui ? Qui ne s’engage pas ?

Dans cette ville comme dans bien d’autres, les demandes de nourriture halal (Licite : conforme aux préceptes de la loi coranique : la charia)  sont de plus en plus fréquentes. Ces demandes ne s’embarrassent pas de l’idée que les laïcs pourraient s’en offenser. Doit-on rappeler que l’école de la république est gratuite et laïque. Qui s’en soucie en ce moment.

On entend certaines bonnes âmes dire que finalement, ce n’est pas grave que les enfants mangent Halal. Après tout, c’est le même goût ! Le même goût mais pas forcément le même coût. Outre le fait que la bête est égorgée vivante jusqu’à ce que mort s’en suive cela a peut-être le même goût (Hormis pour les amateurs de steaks saignants). Qu’au-delà du goût, il y a une dîme qui est versée aux religieux pour obtenir le certificat de conformité Halal. Donc, en mangeant Halal dans les écoles, cela reviendrait à ce que la république laïque française verse un impôt religieux. Cela revient aussi à dire que la façon de tuer les animaux doit être différente selon les abattoirs qui tuent Halal (Licite) ou Haram (Illicite).

Encore une fois, pour mémoire, à part des textes religieux, qui détermine le licite et l’illicite ? Ce qui veut dire que notre école républicaine ne serait plus laïque in fine. Peut-on accepter ce retour en arrière sur nos acquis républicains ?

D’autres bonnes âmes nous rappellent que le vendredi on mange du poisson dans les écoles. Sans doute une vieille réminiscence de notre fond culturel. Après tout, comme le disait le Général Charles de Gaulle nous sommes un peuple de culture judéo-chrétien. A cela je répondrai que le poisson est Halal (que je sache) et donc, ne dérange personne alors que l’interdiction du cochon dans les écoles à un coût important sur les budgets municipaux. Le cochon est une viande qui ne pose aucun problème pour la santé des enfants et qui reste la moins onéreuse.

En conséquence, sans compter la dîme versée aux religieux, les autres viandes sont bien plus onéreuses. Est-ce à la République laïque de payer une dîme à une religion quel qu’elle soit. A tout hasard, je rappelle que les autres communautés n’ont jamais exigée que la république se plie à leurs impératifs religieux. Toutes ayant bien compris que la religion doit être confinée à l’espace privé.

Pour toutes ces bonnes âmes, faux-culs politiques et innocents qui viennent de naître, faut-il rappeler ce qu’est la laïcité ? Une maison commune ou toutes les religions peuvent s’exprimer sans s’imposer l’une à l’autre. La Laïcité est un espace publique de dialogue ou tous peuvent vivre en bonne entente. Y compris ceux qui ne croient pas, les fameux mécréants, les sans Dieu, ceux qui pensent qu’il n’y a pas de Dieu et qu’il n’y en a jamais eu.

Il est tout de même curieux dans cette affaire de laïcité que personne n’a songé que l’on peut-être à la fois croyant ET laïc. C'est-à-dire croire en un Dieu dans un espace donné et tolérer ceux qui ne croient pas en votre Dieu ou croient en un autre Dieu ou Dieux au pluriel.

A force de faire la danse du ventre pour plaire aux minorités religieuses certains politiques vont se faire faire des tours de reins. Pour conclure, la Laïcité est notre valeur, notre héritage et je vais mettre sur mon fronton de blog c’est quatre valeurs essentielles à mon pays : La France.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article