Vidéo : AQMI menace à nouveau les otages français détenus au Sahel

Publié le 14 Octobre 2012

MAfrique
Mali : menace islamiste contre Hollande et les otages français

Des combattants du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), le 7 août 2012.

 

Le président français François Hollande met "en danger sa vie" et celle des otages français au Sahel par ses déclarations en faveur d'une intervention militaire contre les groupes islamistes armés dans le nord du Mali, a affirmé samedi 13 octobre à l'AFP un haut responsable djihadiste, membre du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).
 4439210-copie-2.jpg

"La vie des otages français est désormais en danger à cause des déclarations du président français qui veut nous faire la guerre. Lui-même, sa vie est désormais en danger. Il faut qu'il le sache", a affirmé Oumar Ould Hamaha, membre du Mujao, un des groupes islamistes armés alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) qui contrôlent le nord du Mali depuis plus de six mois.

 SIX FRANÇAIS DÉTENUS AU SAHEL

Initialement connu comme membre d'Ansar Dine ("Défenseurs de l'islam"), M.Ould Hamaha, joint par téléphone depuis Bamako, se présente désormais comme étant du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Ces deux groupes et AQMI occupent deux tiers du territoire malien. Neuf Européens, dont six Français, sont encore retenus par AQMI au Sahel.

Vendredi, le Conseil de sécurité de l'ONU a voté une résolution proposée notamment par la France, qui presse les pays d'Afrique de l'Ouest de préciser leurs plans en vue d'une intervention militaire destinée à reconquérir le nord du Mali. L'ONU leur a donné 45 jours.

Lire : L'ONU ouvre la voie à une intervention militaire au Mali

François Hollande a indiqué que son pays appuiera la mise en oeuvre de la résolution "matériellement, logistiquement mais", a-t-il précisé, "nous n'aurons pas de soldats qui participeront à cette opération" militaire.

 HOLLANDE N'ENTEND PAS DÉVIER DE SA "LIGNE"

"Hollande est désormais en danger, et il veut ouvrir la porte de l'enfer aux otages français, nous sommes prêts à toutes les éventualités", a déclaré Oumar Ould Hamaha. "Si on veut enlever des otages français en Afrique de l'Ouest ou même en France, on peut le faire facilement", a assuré ce jihadiste malien originaire de la région de Tombouctou (nord-ouest).

Interrogé sur ces nouvelles menaces, François Hollande a affirmé samedi à Kinshasa sa "grande détermination" à tenir la "ligne" fixée par la France sur la lutte contre le terrorisme. "C'est en montrant une grande détermination pour tenir notre ligne qui est celle de la lutte contre le terrorisme que nous pouvons convaincre les ravisseurs qu'il est temps, maintenant, de libérer nos otages", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

 UNE PREMIÈRE VIDÉO MARDI

Dans une longue vidéo de plus de 11 minutes diffusée mardi 9 octobre sur un site Internet d'information mauritanien souvent emprunté par les djihadistes pour fairepasser leurs messages, un djihadiste français avait déjà mis en garde François Hollande sur une intervention militaire dans le nord du Mali.

Tout en rendant hommage à Oussama Ben Laden pour les attentats du 11 septembre 2001, le djihadiste interpelle directement François Hollande, auquel il rappelle ses "promesses électorales de s'écarter de l'OTAN" et "lance un appel au peuple Français de s'opposer à toute agression qui ne serait pas dans leurs intérêts".

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article