Arrêtez vos prières illégales, et je paie vos mosquées - Par Riposte Laïque

Publié le 20 Février 2011

 

           Si nous étions dans un pays normal, et que des musulmans occupent illégalement, pendant des heures, l’espace public, rues et trottoirs, dans plusieurs dizaines de villes, le président de la République convoquerait le CFCM, et leur tiendrait ce langage : « Prévenez vos ouailles que, ce vendredi, j’ai donné des consignes à tous les préfets de faire intervenir la troupe, et de dégager par la force l’espace public, bien de tous ».

Si cet avertissement n’était pas mis à exécution, il donnerait l’ordre à la police de faire son travail : dégager la chaussée, et arrêter les délinquants. Ceux-ci seraient immédiatement mis en garde à vue, pour vérification d’identité. Si des violences avaient été commises contre des fonctionnaires de police, l’arrestation et la mise en détention serait immédiate. Si des étrangers avaient fait partie des délinquants, dès le lendemain, ils seraient remis dans un avion.

Mais nous ne sommes plus dans un pays normal, nous sommes dans une France où, depuis trente ans, les dirigeants, de droite comme de gauche, se couchent devant l’islam. Jospin s’est couché en 1989 lors de l’affaire de Creil, incapable de soutenir le proviseur, Ernest Chenière.

Chevènement s’est couché en 1999, lors de la création du Conseil Français du Culte Musulman, incapable d’imposer le droit, pour un musulman, de changer de religion, ou de ne plus en avoir, soit le respect de la République. Les associations présentes y ont vu une grave offense, le ministre de l’Intérieur, piteux, a retiré cette partie du texte, laissant donc entendre que, pour les musulmans, la charia était plus importante que les lois de la République.

Joachim Véliocas, dans son livre, « Ces maires qui pactisent avec l’islamisme » (éditions Tatamis) nous montre la cruelle réalité. Dans la majorité des grandes villes, à Paris, Marseille, Lille, Strasbourg, Bordeaux, Lille, Libourne, Givors, Créteil, Epinay, Istres, Toul, Mulhouse, Corbeilles-Essonne, etc. les maires prennent quelque liberté avec la loi de 1905, finançant des mosquées avec l’alibi culturel.

Sarkozy, qui rêvait de toiletter la loi de 1905 avant son élection, a un boulevard devant lui. On l’imagine facilement, en bon marchand de tapis, jouer les fiers-à-bras devant les micros, et affirmer qu’il n’y aura pas de minarets ni de prières musulmanes en France ! Et puis, en sous-main, il ira voir les représentants du Conseil Français du Culte Musulman, et leur demandera de mettre fin aux prières illégales. En contre-partie, il leur promettra de toiletter la loi de 1905, et de permettre le financement des cultes. On connaît les arguments par coeur. 

- Grâce à un financement public, on luttera plus efficacement contre l’islam de cave, avec notre islam de France ;

- Il n’y pas de raison que les catholiques aient leurs églises, et que les musulmans soient privés de mosquées ;

- La laïcité, c’est la liberté de culte, donc les musulmans ont droit à des mosquées.

Naturellement, dans un premier temps, on peut faire confiance aux islamistes pour faire un pas de côté, récupérer le maximum d’argent public, faire financer la formation de leurs imams et le principe de la construction de leurs mosquées sur fonds publics, et ensuite, une fois obtenue cette concession majeure, poursuivre l’offensive par le voile, le halal, le refus de la mixité, le repli communautariste, et à nouveau quelques nouvelles prières dans les rues de temps en temps pour contraindre l’Etat et les collectivités locales à délier les cordons de la bourse pour construire des mosquées en série. Qui peut être assez naïf pour penser qu’une fois leurs mosquées construites, ils n’exigeront pas l’appel du muezzin, pour signaler l’heure des prières ?

Si nous étions dans un pays normal, toute la gauche monterait au créneau contre la forfaiture qui s’annonce, et aurait commencé par exiger la démission du nommé Apparu, obscur ministre du Logement, qui a osé proposer que nos impôts financent les mosquées, ce matin sur RMC. Qui a entendu le Monsieur Laïcité du PS, Glavany, bafouiller quelques paroles inaudibles sur RMC aura compris que la gauche ne montera pas au créneau sur cette question, parce qu’elle a déjà intégré l’idée de laïcité ouverte (aux musulmans), que Glavany a réclamé que le statut d’Alsace-Moselle leur soit ouvert, et que la majorité des maires de gauche, Martine Aubry en tête, a déjà pris de grandes libertés avec la loi de 1905. Quant à la gauche de la gauche, Mélenchon l’a bien dit, « Dans ce pays, il n’y a pas de problème avec l’islam ! ». Ce n’est donc pas de là que viendra l’opposition.

Si nous étions dans un pays normal, on n’entendrait que les associations laïques, et les philosophes laïques. Mais ils ont trouvé leur bataille : lutter contre le financement des écoles privées, catholiques majoritairement, et contre la réfection des Eglises, permise par la loi de 1905. Mais ces associations, qui n’ont jamais dit un mot contre les prières musulmanes, ni contre le voile à l’école, ni contre le voile intégral (comme la gauche, d’ailleurs) ne diront rien, ayant bien trop peur de se faire traiter de « racistes » et  »d’extrême droite », qualificatif qu’ils attribuent à quiconque s’inquiète de l’islamisation de notre pays.

Et si nous étions dans un pays normal, il n’y aurait pas que la seule Marine Le Pen à monter au créneau pour protester contre le torpillage annoncé de la loi de 1905, socle de la République, qui permet de séparer le religieux du politique et de cantonner la pratique cultuelle dans la sphère privée, sans aucun financement public. 

Il n’y a qu’un problème à ce beau scenario, comme toujours : le peuple de France. Il est historiquement attaché à la loi de 1905, et en a marre de l’islam, comme le sondage du Monde l’a montré. Et nous souhaitons bien du plaisir à Sarkozy, et à tous les représentants de l’UMPS, pour expliquer, dans une période où la situation économique de notre pays est dramatique, que le fruit des impôts va servir à financer des édifices religieux, avec des imams qui n’ont qu’un seul objectif : imposer la charia à l’ensemble du pays, quand le rapport de forces le permettra. 

Lire la suite sur Riposte Laïque

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

MASCARA83 20/02/2011 23:16



Bonsoir chère Dame!


Navrée de vous décevoir mais pour les étudiants, avec les syndicats gauchistes je ne me fais plus d'illusions... Tt est bien cerné et contôlé de main de Maître!!!


Quant aux Ent. elles sont malheureusement et hélas soumises + ou moins à la même sauce, elles s'imaginent qu'en courbant l'échine elle vont pouvoir s'en sortir... Malheureusement, bcp
d'entr'elles ont beau essayer de faire de leur mieux sans y parvenir, car elles se retrouvent avec tout l'arsenal médiatique + nos "politicads ULMPS "sur le dos qui les asphyxient de plus en plus
chaque jour. (charges, contrôles, amendes ++).


Mascara83



Nancy VERDIER 20/02/2011 17:57


Tous ces "élus" ayant depuis longtemps trahi l'idéal républicain, ont perdu leur repères, ont oublié l'histoire de notre pays, ne savent plus s'exprimer face à des français laïques et républicains,
ils n'ont plus d'imagination pour relancer une politique sociale avec formation professionnelle des jeunes et initiatives dans les PME. Le pays continue de creuser sa dette. Mais ils n'espèrent
qu'une chose, se maintenir coûte que coûte aux prochaines élections et ils sont prêts à toutes les bassesses pour cela. J'entends par bassesse la soumission à la religion montante, l'esprit de
dhimmitude qui règne aussi bien à gauche qu'à droite. Car il y a des voix à récolter. Désormais, dans mon entourage,je suis contrainte de faire le tri par rapport à cette question, car je ne peux
plus supporter ces propos de dhimmitude. Et ils viennent aussi bien de gens de gauche comme de droite. Il faut un "homme (femme) providentiel(le)" mais il faudrait entendre davantage les jeunes
(étudiants, jeunes professionnels) sur ces questions. Sont-ils déjà trop manipulés??