Attentat de Boston: l’ONU fait marche arrière et condamne Richard Falk....

Publié le 3 Mai 2013

Prise de conscience? Est-ce que la désinformation systématique est allé trop loin? Un homme, Richard Falk (expert onusien sur la Palestine) avait publié un article rendant responsable les Etats-Unis de l'attentat de Boston!

C'est ainsi désormais, on peut tuer de l'américain, des femmes, des jeunes, des innocents en toute impunité pour peu que vous soyez d'ailleurs, et surtout musulman. Car c'est bien connu, le musulman est une victime dans notre monde. Si un adepte de l'islam fait sauter des bombes c'est qu'il se défend comme il peut... c'est de l'innocence!

Ce discours nous l'aurons en France, lorsque des bombes exploseront, il y aura aussi des personnages infâmes, des journalistes, des avocats, des imbéciles heureux comme ce richard Falk pour nous expliquer que cela vient de notre société qui stygmatise cette jeunesse dit "richesse de la France"! (Voyez l'affaire du salaud de Merah) Sans compter les abrutis qui se convertisent parce que leurs parents n'ont pas su leur inculquer les valeurs françaises de Liberté, Fraternité, Egalité, Laïcité et l'amour de la France!

Gérard Brazon

*****

 

La semaine dernière : Richard Falk – que UN Watch a fait expulser du groupe Human Rights Watch en décembre, mais qui reste encore en service au Conseil des droits de l’homme de l’ONU – a publié un article rejetant la faute des attentats de Boston sur le « projet américain de domination mondiale ».
 
Pire encore, Falk écrit que « [tant] que Tel Aviv aura le soutient de l’establishment politique américain, ceux qui veulent la paix et la justice dans le monde ne devraient pas rester tranquilles ».
 
Voici un rapporteur spécial de l’ONU qui dit aux victimes de Boston qu’ils ont eu ce qu’ils méritaient et que l’Amérique et Israël sont à blâmer.
Et pourtant, l’ONU a gardé le silence. Le Conseil des droits de l’homme est demeuré muet. Son Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Mme Navi Pillay, était silencieuse. Les collègues universitaires de Falk se taisaient. Le monde est resté coi.
 
Lundi : UN Watch a rompu le silence. Dans une lettre détaillée adressée au chef de l’ONU Ban Ki-moon et à l’Ambassadrice américaine Susan Rice, l’Organisation a exposé les remarques ignobles de Falk, identifié ses messages ignominieux et exigé une réaction.
UN Watch a fait parvenir l’histoire à des milliers de journalistes dans le monde entier, lancé une avalanche de communiqués de presse, de déclarations, billets de blog et présenté les faits sur Twitter, Facebook et YouTube.
 
Ceci fut la réponse immédiate du porte-parole de Ban Ki-moon : « Le Secrétaire-général ne l’a pas nommé et n’est pas responsable de ses opinions ». L’ONU refusait d’agir. Personne ne voulait assumer la responsabilité.
 
Mardi : UN Watch a intensifié la campagne en dénonçant le silence de M. Ban, en soulignant que le chef de l’ONU avait condamné un quidam aux États-Unis qui avait insulté l’islam, mais refusait de faire la même chose lorsqu’une figure majeure de sa propre organisation insultait l’Amérique.
 
Des journalistes à l’ONU, dont un chef de file, le reporter de Fox News Jonathan Wachtel, ont pressé le Secrétaire-général de faire une observation. Encore une fois, le porte-parole de Ban Ki-moon a refusé en soutenant que : « Richard Falk parle indépendamment … il est libre de dire ce qu’il veut dire ». L’ONU se braquait.
 
La campagne de UN Watch commençait toutefois à porter ses fruits. Des articles furent publiés dans des journaux juifs et des blogs à travers le monde entier, dans le National Post canadien et dans l’agence de presse italienne ANSA. L’affaire fit l’objet d’articles et de débats télévisés à Fox News, et le Wall Street Journal publia une chronique intitulée « What the Falk ? »
 
À 15h00, la mission américaine à l’ONU a condamné publiquement les remarques « provocatrices et offensantes » de Falk et l ‘« absurdité » de son poste d’expert des droits de l’homme à l’ONU.   « Quelqu’un qui crache pareil vitriol n’a pas sa place à l’ONU » a déclaré Mme Rice dans un message Twitter rapidement adopté par l’ancienne ministre des Affaires étrangères espagnole, Ana Palacio. L’histoire se propagea davantage, notamment dans le premier site de nouvelles Politico, le Nederlands Dagblad, l’Agence de presse du  Koweït, et bien d’autres.
 
Mercredi : Face à la pression croissante, l’ONU a finalement fait marche arrière. A 12h07, prenant la parole à la conférence de presse quotidienne, le porte-parole de Ban Ki-moon a annoncé : « Le Secrétaire général rejette les propos de M. Falk [qui]  »portent atteinte à la crédibilité et au travail » des Nations unies ».
 
   • L’histoire a maintenant pris des proportions virales avec des titres mondiaux de l’Associated Press et de Reuters : « Le chef de l’ONU gronde un envoyé pour avoir insinué que la politique américaine a provoqué l’attentat de Boston ».
 
   • La mission britannique a fustigé les « remarques antisémites » de Falk, en soulignant que c’était la troisième fois qu’elle se voyait obligée de le condamner.
 
   • Le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird a dénoncé « des propos antisémites mesquins » et appelé à son expulsion de l’ONU. « Les Nations unies devraient avoir honte d’être associées à un tel individu » a-t-il encore ajouté.
 
Les défenseurs de Falk, furieux contre UN Watch, ont commencé à se rallier et à se déchaîner contre l’Organisation dans de longs manifestes. « UN Watch fabrique la preuve incriminante », clame un titre sur Mondoweiss, l’un des principaux sites anti-Israël. « UN Watch ferait bien de prendre garde », prévient le titre d’un essai de Jeremy Hammond, l’éditeur de l’article de Falk.
 
Pourquoi sont-ils tellement furieux ?
 
Parce que grâce à la pression de UN Watch, leur héros, le détracteur le plus vicieux de l’Amérique, d’Israël et de la société démocratique occidentale a été exposé, dénoncé et couvert de honte par des dirigeants mondiaux, y compris par le chef de l’Organisation des Nations unies lui-même. Et ce à juste titre.

 

Source: http://unwatchenfrancais.blogspot.fr

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Epicure 03/05/2013 12:47


J'ai déjà écrit que ce Juif de Merde ne devrait même plus pouvoir aller en ville acheter son Bagel et ses cornichons sans se faire envoyer à l'Hosto...


Apparemment;,


les Démocratiqsues Occidentauxsx se contentent d'attendre que ces saloperies trahissent vraiment? Darquier, fut ainsi condamné moultes fois vainement avant guerre et fit bien peu de prison pour
finir Commissaire aux affaieres juives de Vichy.


 Connu du 2e Bureau comme Espion rémunéré de la Gestapo dans les années 35 38; il finit Commissaire général aux Questions Juives en remplacement de Xavier Vallat trop doux avec les Youtres!


Les gens comme Falk furent légions dans les Ghettos de Pologne et finirent souvent (pas asssez sans doute) sous les balles des Organisations Juives de Combats ZOB avant que les révoltes
n'éclatent contre les SS (Varsovie Grodno Byalistok et aulleurs)


Que fera Falk si israel est en danger? Que fera-t-on de ce Falk et ses congénères sinon ses coreligionaires ?


Les Institutions juives restent "légalistes" avec des gens qui, à l'instar des  "futurs collabos d'avant guerre"  ne méritent que la corde sans aucun jugement.


Vu le 1er Amendement US qui permetr de dire n'importe quoi et de faire de la propagande aussi ignominieuse que celle de Goebbels (J'ai de mes yeux vu ce que les gens de Farakhan disent à la télé
US en 1994 et depuis, librement...!!!!!!) je souhaite bien du plaisir aux vrais républicains (Au sens français du terme) dans la decennie qui vient.(les "Démocrates" américians sont tellement
idiots qu'ils ne méritent même aucun souhait du tout d'ailleurs!)