Au Danemark, une mosquée géante financée par l'Iran - Traduction par Nancy Verdier

Publié le 25 Septembre 2011

by Soeren Kern

September 22, 2011

Traduit de l’anglais par Nancy VERDIER

 

La ville de Copenhague a donné le feu vert pour la construction de la première “Grande Mosquée” officielle de la capitale danoise. La conception architecturale du bâtiment fera de cette mosquée un élément dominant du paysage de Copenhague. Elle aura un dôme massif de couleur bleu et sera coiffée de deux minarets.

 

A l’inverse de la plupart des mosquées d’Europe, qui sont dédiées à l’Islam sunnite, celle de Copenhague sera consacrée à l’Islam shiite. La mosquée sera financée par la République islamique d’Iran. Des critiques s’élèvent sur l’utilisation de la mosquée par des théocrates iraniens pour en faire un centre de recrutement pour le compte d’un groupuscule musulman shiites au service du Hezbollah en Europe.  

 

Les opposants de la mosquée shiite ont mis en garde les élus locaux sur le fait que le bâtiment sera propriété de l’Iran et de son régime qui en fera un centre de propagande au service du Hezbollah et une plate-forme de recrutement de jeunes immigrants musulmans en situation fragile.   Mais le conseil municipal de Copenhague a déclaré que le financement et l’origine des fonds ne l’inquiétaient nullement. 

 

La mosquée de Copenhague est en fait construite par la Fondation Ahlul Beit  un mouvement shiite radical et très prosélyte appuyé par un puissant lobby dirigé  par le gouvernement iranien.  Ahlul Beit dirige déjà 70 centres islamiques dans le monde, et son but premier est la promotion des vues politiques et religieuses de la République islamique d’Iran.  

 

Ahlul Beit est opposé à toutes les ramifications de l’Islam qui contredisent les formes de l’Islam professées par la théocratie iranienne.  Cette organisation a lancé un mouvement de persécution des musulmans sunnites, des Soufis, des Alawites, ainsi que de tous les musulmans laïques et  modérés.   Cette organisation s’oppose violemment à l’intégration des immigrés musulmans dans les sociétés d’accueil.

 

La vocation d’Ahlul Beit est plus spécifiquement de répandre la Charia islamique au-delà du Moyen-Orient. Elle utilise ses centres en Afrique et Asie par exemple pour radicaliser les communautés musulmanes locales. Dans un arrangement typique plein d’ambiguïtés, l’organisation offre de l’argent aux pauvres qui se convertissent à l’islam shiite et se soumettent à une formation religieuse auprès d’iraniens encadrés par des Imams.  Ce groupe a été interdit dans au moins une douzaine de pays.

 

En Europe, les mosquées  Ahlul Beit sont en général présentées au grand public, comme des centres culturels ou d’activités sportives. Mais en pratique, elles sont utilisées par les services secrets iraniens pour manipuler les iraniens vivant à l’étranger  ou pour harceler les iraniens dissidents.

 

En Allemagne, la mosquée de l’Imam Ali à Hambourg  fut liée à l’assassinat en septembre 1992 de quatre dirigeants du parti démocrate iranien kurde au restaurant Mykonos à Berlin.

 

En Grande-Bretagne, la mosquée Ahlul Beit de  Londres a été  utilisée comme base pour l’envoi de menaces de mort contre l’écrivain indo-britannique,  Salman Rushdie. La mosquée a aussi servi de centre de recrutement de terroristes et d’espions contre des exilés iraniens vivant en Grande-Bretagne.

 

Mohammed Mahdi Khademi, qui va  devenir le Grand Imam de la nouvelle mosquée de Copenhague est un ancien officier militaire qui avait dirigé le département idéologique des Gardes du Corps révolutionnaires jusqu’en 2004 époque à laquelle, il fut recruté par le gouvernement iranien pour s’installer au Danemark. Beaucoup d’Iraniens exilés pensent que  Khademi est en étroite relation avec les services secrets iraniens et craignent que la nouvelle mosquée soit utilisée contre eux.

Selon certains membres du mouvement pour la démocratie iranienne  la mosquée de Copenhague est bien plus qu’une manifestation  de  la liberté religieuse. Il s’agit selon eux, pour l’Iran d’établir dans ce cadre, une empreinte politico-religieuse de l’Islam radical dans l’Europe du Nord.

 

Farrokh Jafari, un exilé iranien qui avait récemment organisé une marche de protestation contre la mosquée a confié au journal basé à Copenhague le  « Berlingske daily newspaper » qu’il n’est pas opposé à l’existence d’une mosquée dans la ville, mais qu’il veut simplement attirer l’attention sur les arrière-pensées de Ahlul Beit. 

 

« Nous  protestons contre le projet de financement par la théocratie iranienne d’une Grande Mosquée à Copenhague. Nous craignons que la mosquée ne remplisse pas son rôle religieux mais soit simplement le camouflage d’une extension du bras armé de l’Iran au Danemark. » dit Jafari.

 

Et d’ajouter : « Ce n’est pas la mosquée en soi que nous redoutons. Nous appuyons la liberté religieuse et il est naturel que les musulmans du Danemark aient aussi leur propre mosquée. Mais nous redoutons que cette mosquée construite par Ahlul Beit, ne soit source de peur parmi les démocrates  iraniens réfugiés au  Denmark, une source de blanchiment d’argent et un moyen d’aider les gens du régime à transférer de l’argent en dehors du pays, argent qu’ils ont volé au peuple iranien.  C’est l’expérience que nous avons tirée de pays comme l’Angleterre, l’Afrique du Sud et la France où Ahlul Beit est également présent. »

 

« Ahlul Beit prétend que les fonds de la Grande Mosquée viennent de sources privées en Iran et de collectes au Danemark. Nous ne croyons rien de tout cela. Ahlul Beit est directement contrôllée à partir de l’Iran. Il est stupide de penser qu’une association qui gère des montants énormes d’argent pour diriger des centres religieux partout dans le monde soit exclusivement alimentée par des donations privées en provenance d’un pays qui subit des sanctions économiques. »

 

L’élu socialiste Lars Weiss, qui est chargé de l’urbanisation de la ville de Copenhague a déclaré à la radio publique danoise que le financement de la mosquée est un problème à traiter par les services de la police, et non par ceux de la ville. « S’il existe un problème de financement, elle est du ressort de la police et en dernier recours des services de sécurité danois et des services secrets. Pas plus que pour les autres projets de construction, nous ne sommes  chargés d’évaluer l’origine des financements » dit Weiss.

 

Les dimensions de la nouvelle mosquée sont impressionnantes au regard des critères danois.  D’une superficie de 2000 mètres carrés, la mosquée Imam Ali  prévoit une immense salle de prière pour 3000 fidèles à la fois, un amphithéâtre, une salle de conférence, une bibliothèque et de vastes lieux de résidence pour héberger les imams  en visite depuis l’Iran. La mosquée construite dans le quartier du Vibevej au nord-ouest de Copenhague, accueillera les 80.000 musulmans shiites  qui vivent maintenant au Danemark.

 

La radio publique danoise a annoncé que outre l’autorisation du permis de construire, le Conseil municipal de Copenhague a également approuvé un nouveau projet d’extension de la mosquée puisque celle-ci sera flanquée de deux minarets de 32 mètres de hauteur.

 

Le Conseil municipal de Copenhague est en majorité constitué de membres de partis politiques de gauche et extrème-gauche. Le feu vert pour la construction de la mosquée fut décidé avec des voix des sociaux-démocrates, le Radikale Venstre (la gauche radicale), le Socialistisk Folkeparti (un parti socialiste vert fondé par des membres de l’ancien parti communiste du Danemark) et le Enhedslisten (une alliance rouge – vert  de socialistes de gauche, de membres du parti communiste danois et de travailleurs socialistes). Les conservateurs et le centre-droit se sont opposés au projet de mosquée.

 

Lors d’une autre session, le Conseil municipal de Copenhague avait approuvé la construction d’une deuxième mosquée géante sur le site de l’île Amager à Copenhague. Elle sera consacrée aux musulmans sunnites. La ville a réservé le terrain dans cette perspective, mais le projet a été bloqué à cause d’une dissension concernant le financement des coûts de construction. L’un des financeurs possibles était l’Arabie Saoudite, mais des musulmans locaux ont demandé à ce que le projet soit exclusivement financé par la communauté musulmane locale du Danemark. 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

L'En SAIGNANT 26/09/2011 11:17



On assiste ainsi à nos SUICIDES, à cause de l'"ignardise" des dirigeants des démocraties et pays "civilisés" . ! Pauvres démocraties; pauvre France où c'est déjà bien amorcé .!



francis Claude 26/09/2011 06:11



ce qui m'inquiete c'est le devenir de la petite siréne qui va surement etre condamnée a porté la burqua!!!!



mika 25/09/2011 21:32



Video INA datée du 20/10/2009 évoquant déjà le fameux feu vert pour la mosquée et les contestations


http://www.ina.fr/economie-et-societe/religion/video/VDD09039053/danemark-feu-vert-a-la-construction-d-une-premiere-mosquee.fr.html


 


 



Claude Germain V 25/09/2011 20:44



Completement fous les danois ,ils se suiccident politiquement et socialement .


MAIS POURQUOI ???MAIS POURQUOI ??? que ce passe t'il dans cette PU...TAIN d'Europe ???........................les politicarts sont hypnotisés !!! c'est pas possible .....



henri 25/09/2011 20:07



J'avais déjà vu cette info.


Celle-ci,par contre est passée inaperçue :


Danemark



 


Nicolai
Sennels 


 


propose 23 lois
pour


sauver son
pays.


de
l’immigration


illégale.


 
http://lechevalierfrancois.over-blog.com/article-danemark-85133919.html

ccc'