Au delà du mur de Berlin il y a aussi l'anniversaire de la mort du général de Gaulle

Publié le 9 Novembre 2009

Charles de Gaulle portait en lui le besoin de transformer la confusion en ordre comme tous les hommes de l’Histoire qui ne sont pas des hommes de théâtres.

André Malraux

 

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de la mort de ce grand homme d’état ! De ces hommes si rares qui ont placé l’intérêt de la France au plus haut niveau y compris au détriment d’eux-mêmes. Le Président de la République Charles de Gaulle se retira en 1969 à la suite d’un référendum remettant en cause notamment le Sénat.

Pour lui, le peuple avait parlé. Digne et grand dans la défaite il préféra démissionner. Le peuple fût orphelin.

Il se contenta de sa retraite de général pour vivre et refusa sa retraite de Président de la République. Ce qu’il fût 10 ans de suite.

Hommage au libérateur de la France, au soldat, à l’écrivain  et au grand homme d’état.

Je termine par quelques citations de lui.

Gérard Brazon

 

Ø     La fin de l’espoir est le commencement de la mort.

Ø     Le caractère c’est d’abord de négliger d’être outragé ou abandonné par les siens.

Ø     Le péché n’est pas intéressant. Il n’y a de morale que celle qui dirige l’homme vers ce qu’il y a de plus grand.

Ø     Il fallait que la France ne cédât jamais sur la question de son indépendance, en quelque occasion  qu’elle fût posée. Un pays qui fait la moindre concession sur ce point est perdu. C’est pourquoi, aussi cher que cela nous ait coûté, aussi pénible que cela m’eût été, j’ai toujours répondu par une gifle aux gifles que me donnaient Roosevelt et Churchill.

Ø     Une porte a livré passage à tous les malheurs qui frappèrent la France à travers son histoire ; C’est la porte où avaient fui les enseignements du passé ! La démocratie se confond pour moi exactement avec la souveraineté nationale.

Ø     L’essentiel pour jouer un rôle international c’est d’exister par soi-même, en soi-même chez soi. (1959)

Ø     Tout système qui consisterait à transmettre notre souveraineté à des aréopages internationaux serait incompatible avec les droits et les devoirs de la République. (1963)

Ø     On peut faire des discours sur l’Europe supra nationale, ce n’est pas difficile : Il est facile d’être un jean foutre !(10 juin 1965)

Ø     Le capitalisme porte en lui-même les motifs d’une insatisfaction massive et perpétuelle.

Ø     C’est très bien qu’il y ait des français jaunes, des français noirs, des français bruns ! Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a  une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.

Charles de Gaulle

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article

Gérard Brazon 10/11/2009 15:59



Merci Louis Rémy. Le Mur de berlin oui mais là, il m'était tombé sur la tête. Rien sur de Gaulle, c'était trop. Bien à vous



Louis-rémy le jacobin 09/11/2009 20:18


Bonjour,
Un petit mot pour vous remercier d'avoir penser à l'anniversaire du Général de Gaulle.


hubert 09/11/2009 15:05


Très bien, je ne porte pas précisément Mittérand dans mon coeur...Et sarko ?
Allez, envore un effort pour être gaulliste


Gérard Brazon 09/11/2009 14:42


Voire d'une gauche qui fait élever ses enfants et vivre sa concubine au frais de l'état avec la complicité des médias. Sans compter les petites écoutes téléphoniques privées, ou d'autres 1er
ministre qui se baladaient le matin en chausson pour faire peuple au Panthéon. Je vous passe "les affaires". Pour être trés clair, aprés de Gaulle il n'y a pas eu de Président à la hauteur et
surtout pas le nouveau chouchou des français Jacques Chirac et ses multiples trahisons.
Je vous passerai la Majesté Giscard relevé d'Estaing par le fric de son oncle.
Etes-vous satisfait?


hubert 09/11/2009 14:24


"Il se contenta de sa retraite de général pour vivre et refusa sa
retraite de Président de la République. Ce qu’il fût 10 ans de suite."
On est loin de la droite "bling-bling" ! Mon respect, mon général !