"Au jour d'aujourd'hui", "tri sélectif"... Stop au massacre de la langue française !

Publié le 4 Septembre 2014

Sportifs, acteurs, médias : arrêtez le massacre de la langue française. C'est en substance ce que disent les Français dans un sondage. Petit tour de ce qui vous agace le plus.

Anglicismes, liaisons erronées, barbarismes, pléonasmes, fautes d'orthographe et de syntaxe : les crimes linguistiques pullulent, dénonce Jean Maillet dans "Langue française : arrêtez le massacre !", une opinion partagée par nos concitoyens. A l'occasion de la parution aux Editions de l'Opportun du livre de ce grammairien et lexicographe, une étude réalisée en août par Mediaprism auprès de 894Français est publiée jeudi dans Le Parisien.
 
Les sportifs apparaissent comme les cancres de la classe : 78% des personnes interrogées déclarent que ce sont eux qui commettent le plus souvent des fautes de français. Ce taux passe à 51% pour les célébrités (acteurs, chanteurs...) et à 19% pour les journalistes et les hommes politiques.

 

Marre des anglicismes et des formules incorrectes
 

Les Français s'élèvent aussi contre les anglicismes : 7 Français sur 10 déclarent y succomber parfois et 13% souvent. Ce taux passe à 29% chez les 18-24 ans. Les plus agaçants à leurs yeux sont "investiguer" (62%), "has been" (58%) et "faire le buzz" (53%), des expressions omniprésentes dans les médias. Jean Maillet ne supporte pas non plus le prix Goncourt 2013 de Pierre Lemaitre qualifié de "page-turner" dans la presse. 
 
Le pléonasme "tri sélectif" agace les Français : 7 sur 10 admettent l'utiliser et ils sont 21% à penser que cette formule officielle est incorrecte. Interrogés sur le genre de certains mots comme "soldes", "augure" et "apogée", six Français sur dix se trompent. De même, 66% ne connaissent pas la différence entre "achalandé" et "approvisionné". Néanmoins, 90% d'entre eux pensent, comme l'auteur Jean Maillet, qu'il est temps de réagir contre l'appauvrissement de la langue de Molière.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Daphnis 05/09/2014 08:05


A tout cela il faudrait ajouter les mots inutiles (sans doute destinés à "meubler" lorsque l'on n'a rien à dire) par  exemple :


"Eh bien" (j'en ai compte parfois jusqu'à 10 par phrase)


"donc" (indiquant la conséquence et employé à tort et à travers)


"J'vous l'ai dit", ainsi que les onomatopées à la fin des mots, du type :


OUI...Chche,   Beaucoup...Foueu, etc, etc...


 


S'agit-il de tocs de la part des commentateurs ?

marco 04/09/2014 21:11


Je voudrais que l'on oublie un peu les mots anglais dans la conversation-quand j'entends des sportifs désigner leur "coatch"je dois dire que mes poils se hérissent,ne peux dont pas dire
"entraineur"tout bonnement ?la langue française est riche et belle alors préservons là,d'ailleurs elle était parler obligatoirement dans les ambassades a une époque lointaine ce n'est pas pour
rien!

Claude Germain V 04/09/2014 19:06


REPORTAGES ....................

Claude Germain V 04/09/2014 19:05


Lorsque l'on voit les jeunes générations  prendre une reléve journalistique et ecrire leurs repotages , bonjour les dégats ......................... nous assistons de plus en plus en plus a
l' application de l'ecriture phonétique ......triste .....

ESCLAFIT 04/09/2014 18:54


On pourrait ajouter la mauvaise diction des acteurs français dans les téléfilms. En effet remarquez bien que les séries américaines sont doublées par des professionnels dont la diction est
meilleure que les originaux stars de la télé française. A une époque, les commentateurs radios effectuaient des séances de diction sans doute trés difficiles mais on pouvait se délecter de les
écouter. Ce n'est plus le cas aujourd'hui car ils n'ouvrent plus la bouche pour parler.