Au Nord du Mali, les islamistes martyrisent les populations. Appel à l'assistance internationale....

Publié le 3 Juillet 2012

Les islamistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et leurs alliés ont miné les alentours de Gao et empêchent la population de quitter cette ville du Nord-Mali, selon un porte-parole de la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Aqmi et Mujao (groupe dissident d’Aqmi), qui contrôlent Gao, ont miné les alentours de la ville. Beaucoup de gens cherchent à fuir mais les islamistes les empêchent de quitter la ville, a déclaré Mossa Ag Attaher, porte-parole du MNLA à Paris. La pose de mines par le Mujao a été confirmée par une source sécuritaire ouest-africaine. (AFP).

 

URGENT AZAWAD : Les blessés du MNLA refoulés d'Algérie sont à Kidal entre les mains des salafistes du groupe Ansar Din.

KIDAL (SIWEL) — Les femmes de Kidal tentent d'apporter assistance aux blessés du MNLA refoulés à la frontière algérienne . Ces derniers évacués à Kidal sont dans une situation critique, dans une ville transformée en « ville fantôme » où il n'y a ni eau ni électricité depuis la main mise du groupe intégriste Ansar Dine sur la ville, a appris Siwel auprès de Mme. Aminatou Walet Bibi, résistante touarègue actuellement à Kidal.


Des combattants du MNLA. PH/DR
Des combattants du MNLA. PH/DR
Contactée par téléphone à Kidal, Aminatou Walet Bibi, leader de la résistance touarègue nous a confirmé que « les blessés MNLA de GAO qui sont au nombre de 12 ont été refoulés par l'Algérie au motif qu'ils sont du MNLA », a-t-elle regretté. Elle a ajouté que sur les 12 blessés, un seul a été autorisé à entrer en Algérie, car il est algérien de nationalité.
« Seul un blessé parmi eux a été accepté au motif qu'il est de nationalité algérienne », a-t-elle souligné.

« Les 11 blessés refoulés n’ont pas eu d’autres choix que d’être évacué à l'hôpital de Kidal», a ajouté Mme. Aminatou Walet Bibi, avant de préciser qu'actuellement, la ville de Kidal « est sous contrôle des salafistes d'Ansar Eddine ». Une situation que l’on peut estimer dangereuse pour les blessés du MNLA. De plus, l’hôpital en question « ne dispose ni d’électricité, ni d’eau et encore moins de médicaments ».

Aminatou Walet Bibi a assuré que « les femmes de Kidal ne se laissent pas intimider par les salafistes » et que malgré toutes les pressions et intimidations dont elles font l’objet « elles s'organisent du mieux qu’elles peuvent, avec le peu de moyens dont elles disposent, pour apporter aide et assistance aux blessés », mais « les salafistes leur interdisent l'accès à l'hôpital », ce qui rend, selon elle, difficile toute aide aux blessés du MNLA.

Elle nous a informé, par ailleurs, que, « Les femmes touarègues d'Algérie s'organisent aussi pour envoyer des médicaments depuis Tamanrasset » mais elle « n’est pas certaine que ces médicaments puissent traverser la frontières ou arriveraient jusqu'aux blessés ».

La situation devient de plus en plus chaotique à Kidal, laquelle ville « se transforme de plus en plus en ville fantôme sans électricité, ni eau ».
Cette femme qui résiste à mains nues aux pressions des salafistes réclame « une intervention urgente auprès de l'Algérie ou de tout autre pays pour la prise en charge des blessés que l’on ne peut pas laisser entre les mains de leurs bourreaux ».

Il s’agit là d’un « appel à assistance à personnes en danger ». S’il n’y a aucune réaction à ces appels, il y a lieu de se poser de sérieuses questions sur le rôle de la communauté internationale et des organisations humanitaires mondiales.    

Le président de l'Anavad condamne le terrorisme islamiste de l'Etat Algérien dans l'Azawad


PARIS (SIWEL) — Suite au refus de l'Algérie de recevoir les combattants du MNLA blessés lors des affrontements avec les groupes terroristes islamistes sévissant dans l'Azawad, Ferhat Mehenni, président du Gouvernement provisoire kabyle, dénonce et condamne l'Algérie qui, pour la seconde fois, viole impunément la convention de Genève qu'elle a ratifiée.


Ferhat MEHENNI, Président de l'Anavad. PH/DR
Ferhat MEHENNI, Président de l'Anavad. PH/DR
Suite au refus de l'Algérie de recevoir les combattants du MNLA blessés lors des affrontements avec les groupes terroristes islamistes, avançant comme préalable à leur entrée sur le territoire algérien une adhésion au groupe terroriste Ansar Dine, une déclaration signée de Ferhat Mehenni, président du Gouvernement provisoire kabyle, est parvenue à notre rédaction. Nous la reproduisons dans son intégralité.

« ANAVAD AQVAYLI UADIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE

Des résistants du MNLA gravement blessés lors des combats contre la coalition terroriste des islamistes du Mujao, de l'AQMI et de Ansar Dine, qu'on a tenté d'évacuer vers l'Algérie ont été refoulés aux frontières. Le motif avancé par les autorités algériennes est le fait que " pour être admis aux soins sur le territoire Algérien, il faut adhérer au mouvement Ansar Dine".

Il est à rappeler que l'Etat algérien a procédé de la même manière lors des combats du MNLA avec l'armée malienne. C'est la 2e fois que l'Algérie viole impunément les lois internationales, notamment la convention de Genève qu'elle a pourtant ratifiée. Il est temps que l'Algérie subisse les conséquences de ses actes criminels envers le peuple de l'Azawad. Quelle que soit la position de l'Algérie dans ce conflit, il est théoriquement de son devoir d'apporter aide et assistance à tout blessé de guerre. L'attitude scandaleuse de l'Algérie envers les blessés du MNLA confirme les accointances de l'Etat algérien avec le terrorisme islamiste international dont elle exploite la capacité de nuisance pour son expansion géopolitique et exercer son pouvoir despotique et criminel envers d'autres peuples, en particulier quand ils sont berbères.

L'Anavad (Gouvernement Provisoire Kabyle) appelle la communauté internationale à prendre la mesure de la gravité de la situation et à empêcher que cet Etat-voyou ne continue à exporter le fléau islamiste, notamment vers l'Azawad . Tout le monde sait que l'AQMI est sous le contrôle de l'Algérie et qu’ Ansar Dine est son œuvre. L'Algérie doit rendre des comptes pour ces faits gravissimes.

Par ailleurs, le rôle de sponsor et d'exportateur de terrorisme islamiste de l'Algérie se précise et se clarifie de plus en plus. Il n'y a aucune autre interprétation possible au fait que l'Algérie reçoive en partenaire le groupe terroriste Ansar Dine sur son sol et refoule les combattants démocrates et laïcs du MNLA ! C'est un très grave scandale que nous appelons l'ensemble des Etats démocratiques qui luttent contre la propagation du terrorisme islamiste à dénoncer

Paris le 1er juillet 2012

P/ L'ANAVAD, Ferhat MEHENNI
Président »  

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

yves IMBERT 03/07/2012 12:55


il ne faut pas dire que ce sont  les agresseurs sont musulmans ,  il est politiquement correct pour un journaleux de citer aqmi ou alquaida


sur ce coup là les médias gauchistes (pléonasme ) pratiquent un silence aussi assourdissant que les guignols de l'onu et leurs potes  bama 1er et le hollande des mosquées