Au « Siècle », Droite et Gauche réunies pilotent la Mondialisation…

Publié le 4 Novembre 2011

 par Empédoclatès - Riposte Laïque

Dans le numéro 233 de «Riposte Laïque », l’éditorial de Cyrano, percutant et pertinent comme à l’accoutumée, après avoir vilipendé les attitudes et discours pusillanimes et manipulateurs de la caste politique française qui, dans sa grande majorité, ferme les yeux sur l’expansion dangereuse de l’islam dans notre pays, se demandait, en conclusion, si« l’islam est un poison qui rend fou, (ou) si l’islamisation de la France, et de toute l’Europe, rend bien service à un système dont les hommes politiques, les journalistes et les militants cités, qui n’aiment pas notre pays, sont les fidèles serviteurs. »
Puis il concluait : « La lecture de « La faute du bobo Jocelyn » aurait tendance à privilégier la deuxième hypothèse, et à expliquer que l’islamisation de nos pays est un des outils de la mondialisation libérale, pour faire disparaitre les États-Nations ».
« Bingo, Cyrano… »… Et laisse-moi ici t’apporter une preuve possible de ton assertion, qui permettra aux lecteurs de « Riposte Laïque », une fois de plus, de comprendre qu’il n’y a aucun hasard ni aucune once de « morale compassionnelle » – et encore moins de sincérité intellectuelle- dans les positions unanimes de la gent financière et économique, de la caste politique de droite comme de gauche (partis satellites prêts à ronger le plus petit os inclus), de la meute journalistique de la presse écrite et des media dominants, de la troupe avide des associations assoiffées de subventions publiques au prétexte de lutte supposée contre les atteintes à toute forme de dignité humaine…
Non. Il n’y a que la volonté de construire et de développer la « Globalisation » économique, politique, sociétale qui, sous le pilotage US et celui de son marche pied européen, sera à même d’imposer la loi unique des oligarchies financières et de cantonner les peuples de la planète au rang de simples consommateurs, de préférence ignares, sans pouvoirs politiques, soumis aux idéologies les plus obscurantistes, les plus contraignantes, les plus ségrégationnistes…
A ce sujet, la soumission à l’islam est « pain bénit », si l’on ose dire !
Et cette preuve tient dans l’article qu’a consacré, sous la plume d’Hortense Paillard, la revue électronique « La République des Lettres » au club très fermé « Le Siècle » dont le rôle, pour être « obscur », est parfaitement essentiel dans « la gouvernance » de notre pays …
(Hortense Paillard / La République des Lettres, le dimanche 19 décembre 2010).

Il faut lire ici de larges extraits de ce texte édifiant :
Le Siècle, fondé en 1944 par le journaliste radical-socialiste et franc-maçon Georges Bérard-Quélin (1917-1990) – fondateur également de la Société Générale de Presse, aujourd’hui dirigée par ses enfants Laurent et Marianne Bérard-Quélin, qui édite des lettres d’information professionnelle confidentielles comme entre autres La Correspondance de la presse et Le Bulletin Quotidien – est l’un des clubs « de réflexion » les plus selects de Paris. En vérité, Le Siècle n’est pas véritablement un think-thank ou un groupe d’influence mais plutôt un cercle mondain où se côtoient les élites françaises solidaires d’un certain statu quo social et républicain. Il réunit quelque 550 membres permanents triés sur le volet au sein de la fine fleur des castes politique, économique et médiatique du pays. S’y ajoutent environ 200 invités renouvelés chaque année, pour la plupart de jeunes loups ambitieux distingués par la bonne société. On y retrouve de hauts fonctionnaires, presque tous les patrons des grandes entreprises, des politiciens de droite et de gauche, des banquiers, des magistrats, la plupart des grands dirigeants de la presse, des médias et de la communication, des journalistes « qui font l’opinion », des économistes, quelques universitaires et quelques syndicalistes. D’une façon générale, pour appartenir au Siècle, peu importe les opinions politiques ou les croyances religieuses mais il convient avant tout d’être honorable en tous points, de respecter les valeurs démocratiques et républicaines, de gagner en puissance au sein de la société, d’être branché sur les réseaux d’influence, d’avoir reçu une bonne éducation mondaine, et bien entendu d’avoir envie de se retrouver entre élites et « gens de qualité ».

Sept membres fondent Le Siècle autour de Georges Bérard-Quélin: Yvonne Dornès (future fondatrice de la revue Planning familial), Georges Bouquet (futur PDG des sociétés d’assurances L’Aigle et Le Soleil), Raymond Dreux (polytechnicien), Jean Peytel (avocat), Jean Mottin (conseiller d’État, futur président de la Société Nationale des Entreprises de Presse), Jacques Desmyttere (industriel du textile membre du Conseil National du Patronat Français) et le futur président de l’association, Alof de Louvencourt (inspecteur des Finances).

Un protocole organisationnel, toujours en vigueur aujourd’hui, a été défini pour devenir membre de plein droit du Siècle. Il faut d’abord être coopté par les autres membres et être représentatif d’un milieu professionnel ou d’une sensibilité politique du pays. Il faut ensuite passer au moins un an dans la case « invité » et montrer que l’on sait « dîner » lors des raouts de 250 à 300 personnes organisés chaque quatrième mercredi du mois, de 20h à 23 heures, au siège du très select Automobile Club de France, sis place de la Concorde (Paris VIIIe).

Les plans de table – 7 à 8 personnes par table – sont soigneusement étudiés par le secrétaire général de l’association afin de favoriser les échanges intellectuels, et aussi pour jauger les invités prétendant au titre. Avant le dîner, l’apéritif au bar est l’occasion de communiquer en toute discrétion bons plans, informations diverses, petits services entre amis et autres amabilités. Tous les convives doivent respecter les règles d’or du cercle, à savoir la courtoisie et la discrétion, notamment en sachant garder le secret sur la teneur des conversations, ce qui explique entre autres qu’aucun communiste n’a été admis jusqu’en 1981, de crainte sans doute qu’il divulgue au bureau du parti quelque petit secret de banquier ou de politicien s’étant laissé aller à l’heure du digestif. L’association « Le Siècle » cultive elle-même un tantinet le secret en ne publiant aucun document ou bulletin interne.

C’est le Conseil d’administration du Siècle, composé d’une douzaine d’élus, qui décide des admissions après que les candidatures soumises par les membres (personne ne se porte personnellement candidat) ont trouvé au moins deux parrains au sein du club.
Parmi les membres du Siècle, anciens ou nouveaux, membres de droit ou invités, citons entre autres: Claude Bébéar, Alain Minc, Maurice Lévy, Rachida Dati, Eric Besson, Anne Sinclair, Jean-Pierre Chevènement, Hubert Védrine, Elisabeth Guigou, Alain de Pouzilhac, Serge July, Franz-Olivier Gisbert, Patrick Poivre d’Arvor, Dominique Strauss-Kahn, Corinne Lepage, Jacques Rigaud, Simon Nora, Thierry Breton, Nicole Notat, Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Raffarin, François Fillon, Lionel Jospin, Laurent Fabius, Louis Schweitzer, Michel Pébereau, Odile Jacob, Jean-Marie Colombani, Claude Imbert, Laurent Joffrin, Denis Jeambar, Anne-Marie Couderc, Marc Tessier, David Pujadas, Jean-Marie Messier (écarté poliment après le scandale Vivendi), Emmanuel Chain, Nicolas Beytout, Edouard de Rothschild, Jean-François Copé, Michèle Cotta (première femme acceptée en 1983), Bernard Boulito, Claude Allègre, Robert Badinter (démissionnaire), Pierre Moscovici, Teresa Cremisi, Richard Descoings, François Nourissier, Noëlle Lenoir, Sylvie Pierre-Brossolette, Martine Aubry, Bernard Kouchner, Georges Kiejman, Jean-Louis Beffa, Louis Gallois, Antoine Bernheim, Olivier Schrameck, Luc Ferry, Jean-Marie Rouart, Jean-Claude Casadesus, Jean-Claude Trichet, Philippe Jaffré, Bertrand Collomb, André Lévy-Lang, Pierre Moussa, Henri Madelin, Renaud Denoix de Saint-Marc, Pierre Bilger, Gérard Worms, Etienne Davignon, Ernest-Antoine Seillière, Jean Peyrelevade, Michel Bon, Louis Gallois, Jean-Christophe Le Duigou, Bertrand Eveno, Bernard Pivot, Hélène Ahrweiller, Lisette Mayret, Simone Rozès, Françoise Chandernagor, Pascal Lamy, Arlette Chabot. (Politiques de droite comme de gauche, journalistes, vedettes, Pdg d'entreprises, syndicalistes, tous ensemble, tous ensemble, ouais! Qui sont les truffes dans l'affaire entre deux mignardises et le foie gras? Champagne mesdames et messieurs! Ndlr de Gérard Brazon

Nicole Notat, ancienne secrétaire générale de la CFDT et actuelle PDG de Vigeo, a été élue le 12 novembre 2010 présidente de l’association « Le Siècle ». Elle succède à Denis Kessler (PDG du groupe d’assurances SCOR et ancien vice-président du MEDEF) et prendra ses fonctions le 1er janvier 2011. Deux vice-présidents ont également été élus au conseil d’administration: le politologue Olivier Duhamel et Henri Loyrette, président du musée du Louvre. Étienne Lacour, directeur de la rédaction de SGPresse, assure le secrétariat général. »(Tout se tient et tous la main dans la main. J'ignore ce qu'en pense les militants syndicaux de la CFDT. Ndlr de Gérard Brazon)

Intéressant, non ?
Et même si cette liste n’est pas exhaustive, elle permet de voir précisément pourquoi tous les media de notre pays, sa « classe politique », ses grands dirigeants financiers et économiques, ses « zélites » autoproclamées , parlent d’une seule voix pour promouvoir, au-delà de nuances infimes et des précautions de langage, la Mondialisation qui désindustrialise et organise l’immigration tous azimuts, l’Europe qui étouffe la souveraineté nationale, le « multiculturalisme » et « l’islamisation » qui détruisent l’identité nationale et organisent la ségrégation sociétale…
Il n’est donc pas étonnant qu’ils aboient de conserve leurs injures à l’encontre de « Riposte Laïque »…
Je dirais même que, s’ils ne le faisaient pas, je m’en inquiéterais…

Empédoclatès

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

Nancy VERDIER 04/11/2011 23:26



Bien dit Kafir. On ne peut pas dire mieux. Moi aussi j'attends ce jour où le peuple se réveillera et leur bottera les fesses et plus...si affinités. 
Il faudra aussi secouer le cocotier "Europe". J'ai préparé un article pour demain, une traduction sur l'Angleterre engluée dans l'Europe : les gens veulent quitter l'UE, mais ils s'aperçoivent
qu'ils vivent sous une  dictature, un totalitarisme digne de l'URSS. Les hommes politiques de droite comme de gauche sont tenus. cette Nomenklatura du Siècle comme d'autres en Europe, n'est
pas libre. Dictature de l'UE plus dictature de la Charia : nous voilà bien. Ce qui est certain, c'est qu'à présent nous le savons tous.  Il va falloir quelqu'un "de bien" pour nous tiirer de
ce sale pétrin. La chose qui pourrait nous sauver est quand même l'explosion de la zone Euro.Tout pète et alors, adieu la Nomenklatura.
Quant à la question des islamistes, je ne pense pas qu'elle puisse être résolu "élégamment". Ces types sont dans une dynamique de conquête et ils sont installés partout autour de la
méditérranée....grâce aussi à nos guignols Juppe & co. Mais il est certain que nos politicards auront des comptes à nous rendre à ce sujet. 



kafirpride 04/11/2011 21:42



Inventaire à la Prévert?


On y retrouve tous ces "gens qui font l'opinion" entre la poire et le fromage...Bref, les ultra-privilégiés du système. Combien d'entre eux auraient-ils survécu à la Révolution française? On
imagine les propos, verre de champagne en main, le discours pédant politico-correct et le bon mot de rigueur...ça a des relents de courtisanerie de bas étage (j'ai plus de respect pour les vraies
courtisanes d'autrefois et d'aujourd'hui) de veulerie et d'esprit de collaboration avec ceux qui sont au pouvoir, quels qu'ils soient...et si ce sont des islamistes, autant s'y préparer sans état
d'âme au nom du principe de réalité, non? D'ailleurs on n'arrête pas de nous le répéter, la charia, c'est pas si terrible que ça, non? Après l'islam pour les bisounours de Chebel nous voici
confrontés à la charia pour les nuls, édité par l'Express!!!!!


Voyons, bande de fascistes, xeno-islamo-politico-incorrects, c'est vous qui n'avez rien compris au film qui se déroule sous vos yeux en ce moment! Puisqu'on se tue à vous dire que l'islam, c'est
pas ça, que vous devez vous préparer à vivre dans un monde communautarisé où tout se vaut, c'est à dire où il il n'y a plus rien qui vaille, sauf la loi du conquérant qui, dans son extrême
mansuétude, saura bien récompenser ses plus zélés collaborateurs, comme en 40, non?


Ils oublient juste une chose, une toute petite chose, il y a encore en ce foutu pays, une chose qui s'appelle le peuple, pardonnez moi si je dis un gros mot, et qui peut, le jour où la coupe sera
pleine, prendre la route de Versailles et ramener à Paris le boulanger, la boulangère et autres nistons associés et affidés, à coups de pompe dans le derche pour leur rappeler que nous sommes
encore en démocratie et que le peuple a, et oui, encore voix au chapitre. mais ils sont sourds, cangués dans leurs certitudes, leur sentiment de supériorité, leur mépris du peuple français qui
ose penser autrement qu'eux!


Eux, qui ne risquent pas d'entendre le vol noir des corbeaux sur nos plaines!


Eux, qui n'ont pas encore compris qu'après les démissions et retraites honteuses, un jour vient le temps des comptes à rendre...