Au Sud-Liban, des fillettes prêtent allégeance au Hezbollah lors de la cérémonie du voile.

Publié le 3 Juin 2014

Des fillettes de l'école al-Mahdi, dans un village nommé Jebshit, ont prêté serment d'allégeance au Hezbollah lors de la cérémonie du voile-de-la-charia (aussi appelée le taklif).

 

Taklif_hezbollah

(sources: ici et ici)

Abdel Karim Obeid (à droite), un cheikh du Hezbollah assermenté par le régime terroriste de Khamenei, officie au village de Jebshit au Sud-Liban (un haut-lieu du Khomeinisme).

 

Hezbo_cheikh_taklif

(source)

 
Serment_taklif_hezbollah(source)
 
 
Cette cérémonie du voile a aussi lieu à Montréal, à la mosquée Khomeiniste CCMM présidée par le mollah du Hezbollah Ali Sbeiti. Cependant, les fillettes montréalaises n'y prêtent pas un serment d'allégeance au Hezbollah (elles jurent, par contre, de porter le hijab jusqu'à la mort). 
 
 
Jebshit
 
Le Hezbollah terroriste règne sur Jebshit, au Sud-Liban (sources: ici et ici)

 
La militante de l'Association Bridges Rima Demanins Jobory, qui collabore au Journal Khomeiniste Sada al-Mashrek, et exprime ouvertement sa sympathie pour le Hezbollah, est originaire du village de Jebshit:
 
 
Demanins_jibshit
 
Rima Demanins, avec sa mère, au coeur de Jebshit, une forteresse du Hezbollah
 
 
 
Capture d’écran 2014-05-31 à 01.49.26
 
La vaste majorité des femmes de Jebshit arborent le hijab de la charia.
(source)
 
 
La cérémonie du voile a eu lieu à l'école al-Mahdi de Jebshit, dont l'ancien directeur, maintenant décédé, était un cheikh du Hezbollah, membre du Conseil Central.
 
 
Capture d’écran 2014-05-31 à 21.52.06(source
 

Capture d’écran 2014-05-31 à 02.07.54

Mostafa Qassir, ex-directeur de l'école al-Mahdi à Jebshit, avec le terroriste Nasrallah, leader du Hezbollah (source)

 

Lorsqu'un cheikh du Hezbollah meurt, les militants paradent son turban sur le cercueil, drapé de l'étendard jaune de l'organisation terroriste.

 

Enterrement_hezbollah

Abdel Karim Obeid lors d'une cérémonie funèbre à Jebshit

 

Capture d’écran 2014-05-31 à 21.13.35

 Cérémonie honorant la mémoire de Mostafa Qassir, le directeur de l'école al-Mahdi (source)

La cérémonie du "taklif" rappelle en tous points la cérémonie d'adhésion aux jeunesses hitlériennes. Rien de surprenant puisqu'il s'agit de part et d'autre d'idéologie et de pratique fascistes.

En effet il n'y a pas de différences fondamentales entre Hitler et Khomeiny, entre le fascisme et l'islamisme. Il n'est donc pas étonnant de voir les khomeynistes singer les nazis.

Et nous savons que cette cérémonie est reproduite régulièrement à Montréal, sauf que, taqia oblige, les petites filles ne prêtent pas allégeance au Hezbollah.

Mais la faillite du khomeynisme est nulle part aussi évidente qu'en Iran où une majorité de jeunes rejette l'islam et cherche par tous les moyens à contourner les interdits et vivre à l'occidentale. Ces jeunes qui ont produit un clip avec la chanson "Happy" font à leur façon de la résistance. L'islam criminalise le chant, la danse, les arts, le rire, la fantaisie etc. C'est pourquoi ces jeunes ont été écroués et par la suite relâchés sous caution en attendant de passer en jugement.

J'admire leur courage de la même façon que je déplore la trahison des "inclusifs" qui s'allient avec les khomeynistes d'ici, pour réduire au silence tous ceux qui disent la vérité sur les dangers de l'intégrisme musulman.

 

Hélios d'Alexandrie

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article