Aucun des nouveaux gouvernants ne sait ce qu’est une entreprise. Par Alain Dumait !

Publié le 20 Mai 2012

Que François Hollande n’ait pas raccompagné son prédécesseur à sa voiture juste avant sa prise de pouvoir officielle, le mardi 15 mai, relève de la simple grossièreté.

Qu’il n’ait pas trouvé un seul mot positif pour évoquer l’exercice et le bilan de son mandat, montre son sectarisme.

Mais avoir cru devoir inviter pour son premier déjeuner à l’Elysée tous les anciens premiers ministres socialistes, avec les épouses ou compagnes, est beaucoup plus symbolique de la ligne adoptée par ce nouveau gouvernement : le retour à un Etat 100% PS.

Toutes les initiatives et décisions prises par le nouveau président vont dans ce sens-là.

En commençant par ses hommages à Jules Ferry et Marie Curie, avec ses priorités répétées à L’Education et la Justice.

Il est permis d’avoir une dilection particulière pour telle ou telle grande figure historique. Concernant celles sélectionnées par le nouveau chef de l’Etat, on a bien compris qu’il ne s’agissait que d’emblèmes. En choisissant de se rendre au Panthéon, François Mitterrand avait été plus œcuménique…

Affirmer que l’éducation et la justice seront les priorités de ce gouvernement peut sembler sympathique. Qui pourrait être contre ? Mais beaucoup d’autres «priorités» s’imposent tout autant, et sont pareillement indiscutables : «la création», «l’esprit d’entreprise», «l’esprit civique», «la culture», «la famille», «les valeurs», «la qualité de la vie»…

Il se trouve – et ce n’est pas un hasard – que l’éducation et la justice s’incarnent dans des corps administratifs, noyautés par des syndicats qui, avec ceux de l’administration des finances, constituent les fers de lance de l’appareil et des troupes du parti socialiste. L’hommage du président de la République avait donc aussi un côté «bons comptes-bons amis». Il ne faut pas oublier que le siège du PS, rue de Solferino, fut, au départ, financé par la nébuleuse des mutuelles de l’Education nationale (qui, ensuite, devait renflouer le journal «Le Monde»…)

Certains ont trouvé admirable que François Hollande et Jean-Marc Ayrault aient été capables de respecter à la lettre le principe (parfaitement débile) de la parité entre les hommes et les femmes ministres. Au delà, on remarquera que ce gouvernement est constitué à 100% de fonctionnaires, de professionnels de la politique et de personnes dont les ressources proviennent en totalité de l’argent public.

Nous entrons dans une ère de parti unique socialiste, élargi aux supplétifs de la pseudo écologie et à un soi-disant parti radical. Tous sont issus de la sphère publique. Ils ne peuvent qu’être dévoués à son service.

Un tel système n’a aucune chance de réussir. En tout cas en termes de création de richesses et d’emplois.

Ce sera comme en 1936 ou 1981. Pour les mêmes raisons.

Sauf qu’un Etat, même détenant tous les pouvoirs, qui doit emprunter sur les marchés financiers 500 millions d’euros par jour au titre du paiement de ses dettes, pour faire ses fins de mois, est comme «sous tutelle».

Le moindre faux pas, la première bourrasque lui sera fatal.

Cette issue, sans doute dramatique, est certaine. Dans quel délai ? C’est toujours la question la plus difficile. Quelques mois, quelques années…

Alain Dumait

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Yves IMBERT 21/05/2012 18:12


Que les islamo-marxistes  n'aient jamais mis les pieds dans une entreprise  autrement que pour casser, c'est un fait mais moi qui viens du tas je ne nois pas un instant que  nos
poliisticiens de droite aient la moindre culture concrête d'entreprise.


C'est bien lâ un des mals français

Marie-claire Muller 20/05/2012 21:08


Voici quelques renseignements fort intéressants concernant celui qui secondera Flamby comme premier ministre(en minuscule) aprés l'avoir vu tel qu'il était à l'Assemblé Nationale!dans la même
lignée que Hamon: Sectaire,arrogant  en un mot"trés rouge" Sur Enquête&débat .Nous v'la dans de beaux draps



Jean-Marc Ayrault


Par Medias Libres le vendredi 18 mai 2012, 08:02 - Décryptage - Lien permanent


Les
journalistes découvrent souvent l'eau chaude avec le bain.

Impression confirmée encore aujourd'hui puisqu'ils semblent découvrir au moment de sa nomination au poste de premier ministre, celui qui est pourtant l'un des plus puissants éléphants du PS
depuis 20 ans.

Il parait donc pertinent et salutaire de se souvenir de qui il fût afin de peut être mieux perçevoir quelle sera la pratique socialo-normale de son gouvernement...

Portrait à charge normale de l'homme dévoué au président normal.

Jean-Marc Ayrault :



Né en 1950 : Il avait 18 ans en 1968 : encore un soixante-huitard aux commandes !!

Il est exempté du service national en 1976 : au nom de quoi ? Intérréssant de le savoir pour celui qui a en charge aujourd'hui de telles responsabilités ...

Enseignant ayant épousé en 1971 une future enseignante. Tiens on est pas surpris...

Son épouse deviendra elle-même une conseillère générale du canton de Saint-Herblain-Ouest-Indre entre 1982 et 2001. Or Jean-Marc Ayrault fut élu conseiller général du canton voisin de
Saint-Herblain-Indre de 1976 à 1982 et Maire de Saint-Herblain de 1977 à 1989. Comme quoi le métier d'enseignant prépare au mieux aux postes familiaux d'élus locaux...

Une famille à l'extrême gauche toute selon une anecdote du Point : "On raconte, dans la famille, qu'un jour une religieuse de l'école Saint-Joseph demanda au jeune Jean-Marc si son papa, teinturier industriel de son métier, accepterait de
teindre en noir un stock de tissu de la communauté. Réponse du petit garçon, à la limite de l'impertinence : "Certainement pas, mon papa ne teint qu'en rouge !""

A Gauche encore quand il donne exprès pour prénom à l'un de ses deux filles celui d'Ysabelle, comme la fille de ... Salvador Allende.

A gauche toujours puisqu'il refuse de commémorer les tragiques évènements de la guerre de Vendée à Nantes quand la ville célébrait des «mariages républicains» où des prêtres et des religieuses
étaient attachés nus face à face dans des barques avant d'être coulés dans la Loire.

En revanche au nom d'un "devoir de mémoire" unilatéral dont on a bien compris qu'il était instrumentalisé comme un passé qui ne doit jamais passé faisant des français des coupables perpétuels
il commande et inaugure le Mémorial pour l'abolition de l'esclavage (réalisé par un artiste ... étranger, le polonais Krzysztof Wodiczko) au nom d'un passé remontant au XVIIIème siècle quand
Nantes était le point de départ du commerce triangulaire : «Il faut qu'une ville regarde son histoire» commente t-il. Visiblement toujours dans le même sens ... politique.

Toujours très à gauche il est le co-rédacteur en 2002 avec les députés Bernard Roman et Manuel Walls d'une proposition de loi déposée à l’AN sur ... le droit de vote des étrangers...

Mais on se souvient surtout de l'ensemble de ses interventions à l'AN en tant que responsable du groupe PS : sectarisme, mauvaise foi, accusations diffamatoires tous azimuts envers la droite .
Bref il n'avait rien à envier à "Monsieur Roquet" Hollande quand celui-ci occupait de manière aussi caricaturale le poste de premier secrétaire du PS...

Jean-Marc Ayrault préside d'ailleurs ce groupe sans discontinuer depuis 1997, alors même que la même année intervient la condamnation qui lui est rappelée aujourd'hui, ce qui rend tout de même
sacrément relatif les postures politiques "morales" et moralisatrices de l'ensemble des députés du PS ... Seul Lionel jospin en avait alors tiré les conclusions qui s'imposent en abandonnant
l'idée de le nommer ministre ... mais sans lui retirer la présidence du groupe ...

Justement sur le plan politique il n'échappera donc pas en 1997 à sa petite condamnation locale pour ... favoritisme dans l'attribution d'un marché public. Certes on entend ces jours-ci qu'il a
été "réhabilité" mais le sens de ce mot est détourné de manière incroyablement malhonnête par les socialistes (et les journalistes) qui l'utilisent. Il ne s'agit pas ici d'une réhabilitation
faisant après coup d'un coupable un innocent.

En droit français cela permet juste à une personne condamnée pénalement de ne plus se voir "opposer" sa condamnation. La personne est donc rétablie dans tous ses droits. Ce qui se traduit en
particulier par l'effacement de la condamnation du casier judiciaire.

Comme il a été condamné en 1997 à une peine de six mois de prison avec sursis et 30 000 F d'amende sa réhabilitation est intervenu en 2007, 10 ans après ( cela aurait pu être 5) , soit la plus
longue période possible ce qui est logiquement explicable par l'extrême gravité de la sanction ( favoritisme) à ce type de poste.

Au fait, de quoi s'agissait-il ? Du marché d'impression du journal municipal nantais donné à Daniel Nedzela, homme d'affaires proche du PS, pour un budget d'impression évalué à six millions de
francs par an (!!!) . On notera qu'à l'époque Ayrault n'a même pas fait appel de sa condamnation ...

Quoi dire d'autres politiquement sur lui ?

En 2003 suite aux affaires de voile dans les écoles, Il fut fortement opposé à l'interdiction "des" signes religieux à l'école, s'étant d'abord prononcé pour la création d'une "charte de la
laïcité", rappelant les droits et devoirs du citoyen en englobant en plus des dits signes distinctifs religieux, ceux philosophiques, politiques et syndicaux ... comme si c'étaient eux aussi
qui faisaient débat.

Puis fin 2003 devant l'évolution du débat et des sondages montrant que les français réclamaient cette mesure concernant le voile islamique, il avait au nom du PS pris position et déclaré :
"La jurisprudence du Conseil d'Etat a montré qu'il y avait ambiguïté, difficulté pour les responsables des établissements scolaires, des administrations, à faire appliquer la règle de la
laïcité".
Et d'appuyer finalement ce qui aurait dû dès le départ fait l’unanimité politique.

Nous passerons sur sa gestion locale, qui malgré ce qu'en disent les médias de gauche n'est pas si impressionnante que cela : après 23 longues années !! de gestion et de comportement
autoritaire et parfois autocrate selon l'opposition municipale, il n'a pas pas réussie à donner à sa ville la moindre dimension européenne, tout en augmentant sans cesse le poids excessif de
l'endettement et des impôts locaux.

Pas sûr que l'après Ayrault ne sonne un réveil difficile pour les Nantais...

Enfin une dernière anecdote : il a eu la réputation de voyager en famille en camping-car .... Que voilà un homme proche du peuple vous dit-on ...

Mouais... sauf qu'il roule en combi Volkswagen ... qu'il détient toujours. Encore un homme politique qui vient nous faire la morale, vous parler de l'emploi et roule en véhicule étranger ...