Avec Taubira et Valls, la France ressemble de plus en plus à une dictature. Par Cyrano.

Publié le 4 Juin 2013

Cyrano

Par Cyrano de Riposte-Laïque

En décidant de tenir une conférence de presse, ce lundi 3 juin, pour défendre la liberté d’expression contre le harcèlement judiciaire, la rédaction de Riposte Laïque souhaitait réagir, et populariser une dérive particulièrement inquiétante de la société française contre la parole libre, notamment celle des médias internet. Rappelons qu’à l’heure actuelle, trois membres de la rédaction de notre journal, Pascal Hilout, Pierre Cassen et Jacques Philarchein, sont inculpés, à cause du désormais célèbre article 24-8 de la loi sur la liberté de la presse. Deux autres (Caroline Alamachère et Christine Tasin) ont dû répondre à une convocation de la police, pour enquête, suite à des plaintes grotesques, mais par ailleurs instruites par un procureur de la République. La machiniste Ghislaine Dumesnil, accusée d’être à l’initiative de la vidéo de Guy Sauvage sur l’islamisation de la RATP, est également poursuivie, ainsi que Riposte Laïque, par un salarié musulman, Nasser Adjal, soutenu par le syndicat Sud-RATP. Nous avions pensé, en lançant cette initiative, que cela commençait à faire beaucoup, d’où, avec l’accord de Robert Ménard, ancien président de Reporters Sans Frontières et animateur de l’excellent site Boulevard Voltaire, l’idée de cette conférence de presse, animée par Pierre Cassen, à laquelle participeront notre avocat, Maître Karim Ouchikh, et Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine.

A peine annoncions-nous, par communiqué, cette initiative qu’une nouvelle intimidation judiciaire, ahurissante, nous parvenait. Dans un article mis en ligne le jeudi 30 mai, Caroline Alamachère nous révélait, avec vidéos et photos, des faits extrêmement graves, qui se déroulaient à Bagnolet. En toute illégalité, une véritable madrassa (école religieuse musulmane), dirigée par une association appelée « Sur le Chemin du Savoir » ouvrait ses portes, chaque jour, aux heures scolaires, à 80 enfants, tous musulmans, âgés de 3 à 8 ans.

http://ripostelaique.com/bagnolet-le-maire-pcf-tolere-une-madrassa-illegale-avec-directrice-niqabee-et-fillettes-voilees.html

Que croyez-vous qu’il se passât ? Dans les 24 heures, nous recevions une lettre recommandée menaçante. Ecrite par Maître Dominique Cochain, l’avocate de l’association qui gère cette madrassa, elle nous sommait ni plus ni moins de retirer les vidéos ou les photos publiées par notre site, avec le fallacieux prétexte du respect du droit à l’image.

Dominiquecochain2

Or, il suffit de regarder le reportage de Caroline pour constater que, si on voit bien le manège qui se déroule chaque matin, avec fillettes voilées, directrice niqabée, aucune des personnes filmées ou photographiées n’est identifiable.

Donc, bien évidemment, non seulement nous n’allons pas obtempérer à la demande abusive de cette avocate – qui par ailleurs plaide régulièrement pour France Palestine et quelques autres associations du même acabit – mais nous avons décidé de rendre publique ce type d’intimidation. Mieux, nous recommandons à nos lecteurs de faire suivre partout où ils le peuvent le reportage de Caroline.

Ils feront ainsi savoir au plus grand nombre qu’en France, les autorités, dont le maire PCF de Bagnolet, autorisent des associations musulmanes à ouvrir des écoles parallèles illégales, où on endoctrinera des enfants à la lecture du Coran, qui, faut-il le rappeler, préconise la haine et le meurtre des infidèles, des mécréants et de tout ce qui n’est pas musulman, avec le résultat qu’on constate en France et dans le monde entier.

Nous avions constaté, lors de la vidéo de Guy Sauvage, le 14 décembre dernier, le même mécanisme d’intimidation judiciaire. Dans les 24 heures, un autre musulman de la RATP, se disant syndicaliste, Mourad Ghazli, nous sommait, avec menaces judiciaires à l’appui, de retirer la vidéo. Pourtant, aujourd’hui, elle est commentée par Libération, et intéresse d’autres journalistes. Comme celles de Maxime Lépante ou Guy Sauvage, rue Myrha. Le reportage de Caroline Alamachère révèle des faits que personne n’ose évoquer, tout simplement par peur des réactions des soldats d’Allah, mais aussi de journaleux islamo-collabos notoires qui n’hésitent pas à salir quiconque ose s’attaquer au fascisme islamiste.

RI7Taubira Valls dictateursUn autre exemple nous démontre la fuite en avant répressive du système  : la probable levée prochaine de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, suite à une plainte déposée par la LDH. Bien qu’ayant toujours affirmé notre indépendance vis-à-vis de tous les partis politiques, nous nous sentons un peu concernés, dans cette affaire, pour plusieurs raisons. C’est à la suite des nombreux reportages et vidéos de Maxime Lépante, sur les prières musulmanes illégales de la rue Myrha, que la présidente du Front national a réagi – seule dans la classe politique – à ce scandale. Elle a alors parlé de symbole d’occupation. Ces propos, approuvés par un édito de notre site, lui ont valu immédiatement une plainte pour incitation à la haine raciale de la part de Tubiana et ses sbires, qui, lors d’une conférence de presse, avaient annoncé entamer la même procédure contre Riposte Laïque, qu’ils rêvaient de se payer depuis longtemps !

http://www.leparisien.fr/politique/le-parlement-europeen-s-apprete-a-lever-l-immunite-de-marine-le-pen-01-06-2013-2857123.php

C’est à la suite de cette plainte, instruite par le procureur Aurore Chauvelot, que les autres associations dites antiracistes se portèrent partie civile, et exigèrent pas moins de 150.000 euros d’amendes et de dommages et intérêts de la part de Pascal et Pierre, auteurs de deux articles incriminés. Lors du premier procès, le 3 février 2012, le procureur osera requérir de la prison avec sursis contre les deux accusés. L’appel de ce véritable procès en sorcellerie aura lieu le 25 septembre prochain.

Il est par ailleurs intéressant de relever le mécanisme entraînant la levée de l’immunité parlementaire de la présidente du FN. La LDH, gavée de subventions, peut-être en service commandé, porte plainte. Le gouvernement français, via le ministère de la Justice de l’inévitable Taubira, demande, suite à cela, la levée de l’immunité parlementaire de la députée au Parlement européen. Parallèlement, par une pétition impulsée essentiellement par les socialistes, des députés ont demandé également qu’on ne subventionne plus leurs confrères qui seraient hostiles à la construction européennes ! Ce sont ces élus, dont on connaît le profond respect pour le vote démocratique des peuples, qui prononceront (très probablement) la levée de l’immunité. Donc, Marine Le Pen, pour avoir osé parlé d’occupation de la rue, va se voir, comme Riposte Laïque, traînée devant les tribunaux, et accolée, à chaque fois à son nom, la petite phrase : « par ailleurs poursuivie pour incitation à la haine raciale ». Voilà ce qui se prépare, et ce que cache cette plainte sordide : vous critiquez l’islamisation de la France, vous êtes forcément raciste, et donc justiciable.

 

Grâce aux collabos qui gouvernent la France, l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) qui veut, au nom de la charia, interdire toute critique de l’islam dans les pays occidentaux, est en train de marquer des points.

Dans « La Faute du Bobo Jocelyn », les auteurs, Christine Tasin et Pierre Cassen, imaginaient un scenario où les partis patriotiques, accusés d’être contre l’Union européenne et la disparition des Etats-nations, se voyaient interdits, pour incitation à la haine entre les peuples ! Nous y sommes, puisque les socialistes, outre leur grossière manœuvre contre la présidente du FN, osent à présent, par la voix des repris de justice Désir et Cambadelis, demander la dissolution du Printemps Français ou du Bloc Identitaire.

Au plus bas dans les sondages, contesté après l’adoption de la loi Taubira sur le mariage homo, mais aussi par l’échec économique patent que démontre Robert Albarèdes, ce gouvernement aux abois sera contraint de s’éloigner de plus en plus des principes démocratiques pour se maintenir au pouvoir, contre son peuple.

Le durcissement judiciaire que nous subissons, comme d’autres, n’a rien d’un hasard. La volonté affichée de la porte-parole du gouvernement, par ailleurs sujette du roi du Maroc, Najat Belkacem, et de la sénatrice verte Esther Benbassa, d’encadrer la liberté internet ne doit pas être prise à la légère. C’est tout le contre-pouvoir aux manipulations de la presse officielle, subventionnée, qu’ils veulent briser, s’appuyant sur une justice où les thèses du Syndicat de la Magistrature, très influent dans le cabinet de Taubira, sont la nouvelle bible de trop de magistrats qui veulent se faire bien voir du pouvoir.

Mélanie, gardée à vue pr avoir regardé des gensCe durcissement judiciaire va bien évidemment avec un durcissement policier. Depuis des semaines, nos compatriotes assistent à ce spectacle ahurissant, où des forces de l’ordre, par ailleurs impuissantes face aux racailles du Trocadéro et d’ailleurs, arrêtent au faciès des jeunes gens qui, pourtant, ne brûlent aucune voiture, ne dévalisent aucun car de tourisme, ne vandalisent aucune boutique, et n’agressent personne à dix contre un. Leur seul tort : porter un tea-shirt de La Manif pour Tous. La vidéo, désormais célèbre, où un avocat menace des policiers de violation de la loi, passible de 7 années de prison, et obtient leur libération, montre que ce gouvernement est prêt à tout pour briser un mouvement de contestation qui refuse de rendre les armes. Des procureurs osent demander de la prison ferme contre eux, pendant que d’autres, comme l’explique Mireille Greschner, osent requérir une amende contre une famille de Français, persécutés par les racailles racistes, qui a dû quitter précipitamment son lieu de vie de toujours, pour sauver sa peau !

Et dire que Hollande et sa clique accusaient Nicolas Sarkozy de diviser les Français ! Et dire qu’ils voyaient, à la première arrestation d’un clandestin, des rafles dignes de Vichy ! Les masques tombent, c’est ce gouvernement écolo-socialiste, soutenu par le pantin Mélenchon, qui a des pratiques qui se rapprochent à grande vitesse de celles d’une dictature, par une presse aux ordres, une justice partisane et une police politique de plus en plus violente contre les patriotes.

Cela se voit tellement que l’Algérien Aldo Sterone, dans cette vidéo, constate, lui aussi, que la France de Hollande se rapproche, en terme de libertés démocratiques, et notamment sur la liberté d’expression, des pays du Tiers Monde.

http://www.youtube.com/watch?v=iv3lJyu34l8

Dans ce contexte, la manifestation du samedi 22 juin, organisée parRésistance républicaine, réclamant la dissolution de l’Assemblée nationale, donc le départ de ce gouvernement d’imposteurs et d’incapables, qui, quotidiennement, trahissent le pays et notre peuple, prend toute son importance.

Tous à Denfert Rochereau ! Sauvons la France des méfaits de Hollande-Valls-Taubira et leur clique ! Dehors la dictature écolo-socialiste !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article