Avons-nous intérêt à la chute de Bachar el Assad ? Par Dominique Jamet - Préface Gérard Brazon

Publié le 19 Février 2013

Nous l'avons dit très souvent sur ce site! Nous n'avons aucun intérêt à la chute de Bachar et Assad. C'est un dictateur et comme tous les démocrates, nous préférons la démocratie!

La question devrait-être: est-ce que le monde musulman est prêt pour la démocratie avec une religion mortifère comme colonne vertébrale?

Nous ne sommes pas passé du Moyen-âge à la cinquième et imparfaite République en cent ans ! Notre démocratie est loin de pouvoir donner des leçons à la Syrie mais nous pouvons facilement imaginer que les Syriens s'en contenteraient! 

Il faut du temps au temps et les temps politiques sont différents d'un pays à l'autre, d'une culture à l'autre. Là où la loi tribale compte, les crimes d'honneur la régle, le religieux dominant, comment peut-on appliquer la loi citoyenne qui doit-être faîte pour le bien commun et dans l'intérêt général. 

La Syrie est dix fois plus libre sous le joug de Bachar que les Egyptiens sous le joug des frères musulmans de Morsi. Le régime est laïc et la femme a les mêmes droits. Seule la religion interdit de lui ouvrir une totale liberté de vivre comme bon lui semble! La Tunisie en fait les frais.

Alors quoi, nous disons qu'il vaut mieux la dictature d'un homme, d'une famille que d'une élite religieuse qui vous lapide au nom d'un dieu. Les dieux se renversent plus difficilement que les hommes et les abus au nom d'un dieu sont incontournables et infini.

Gérard Brazon

****

Par Dominique Jamet

Soixante-dix mille morts, au moins deux millions de « personnes déplacées », réfugiées à l’étranger ou chassées de chez elles par les bombes, les balles, les couteaux et la peur, des atrocités sans nombre que s’envoient à la figure des belligérants qu’on a tout sujet de renvoyer dos à dos, des dégâts humains et matériels que le pays, quoi qu’il arrive, mettra des décennies à oublier ou à réparer, tel est le bilan de deux années d’insurrection puis de guerre en Syrie. Non seulement rien n’indique une fin prochaine du conflit par la victoire de l’un des deux camps mais, bien au contraire, de grande offensive en percée décisive annoncées par les uns ou par les autres, tout indique que le régime est aussi incapable de venir à bout de ses adversaires que ceux-ci le sont de le renverser. Et il en sera ainsi tant que Bachar el Assad, autant que l’on puisse en juger, sera soutenu par une partie importante de son peuple, pas seulement les alaouites et les minorités chrétienne ou druze, mais tous ceux qui redoutent à juste titre une victoire des intégristes de l’islamisme, et tant qu’il sera alimenté en armes et en conseillers militaires par ses alliés russe et iranien.

De son côté l’insurrection n’est pas seulement composée des opposants démocrates à la dictature des Assad mais bénéficie de la sympathie des sunnites de l’intérieur, de l’aide financière et matérielle des gouvernements sunnites de l’extérieur et du renfort des brigades internationales du djihadisme. Le fait est qu’en dépit des rodomontades des deux camps et des informations partiales d’une presse qui, acquise depuis le premier jour à la « révolution », n’a tiré aucune leçon des automnes arabes, les rebelles ne sont pas plus parvenus à s’emparer de Damas et d’Alep, c’est-à-dire de la partie utile du pays, que les loyalistes à reconquérir les « zones libérées ».

Cela étant constaté, les démocraties occidentales stupidement acoquinées avec les monarchies obscuranto-pétrolières et les pays récemment passés sous la coupe des Frères musulmans ont-elles vraiment intérêt à la chute, après celle de Saddam Hussein, du dernier gouvernement laïque du monde arabe ? Quel profit la Russie tirerait-elle pour sa part d’une nouvelle extension de l’influence iranienne au Proche-Orient et d’avoir travaillé pour les mollahs de Téhéran ? Et, sur un plan strictement humain (même si cet aspect des choses fait ricaner les cyniques et n’est pas le souci premier de ces monstres froids que sont les États), est-il tolérable d’assister depuis les loges d’avant-scène, bien au chaud, bien à l’abri, tels les spectateurs d’une corrida anthropomachique, à la continuation d’une boucherie qui ne prendrait fin qu’avec le dernier Syrien ? Le communiqué commun que viennent de publier les États-Unis et la Russie, la renonciation par les premiers à faire du départ d’El Assad un préalable, l’acceptation par la seconde d’une solution politique qui n’exclurait aucun partenaire, apportent enfin une lueur d’espoir là où ne régnaient hier encore que les ténèbres.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

marco 20/02/2013 09:41


Il ne faudrai pas que Bachar el assad parte,faute de quoi l'erreur faite d'avoir tué Sadam Hussein et Kadhafi se répètera et c'est une nation islamiste qui prendra la place avec toutes les
conséquences facheuses que l'on connait

Epicure 19/02/2013 20:26


De facto, les UDAc ont perdu la partie et s'en font une raison faute de devoir s'embarquer dans une Guerre Totale s'ils s'engageaient comme ils le devraient "Normalemenrt" sic.


Faudra-t-il bénir les dictatures de la  Chine et la Russie   de nous avoir Libéré de l'Islamisme?


Quel affreux paradoxe.Mais entre la peste et le choléra, je choisi celui contre quoi j'ai un vaccin ou un traitement.Jamet a raison, on déboulonne plus vite un tyran qu'un Dieu...justement parce
que ce dernier n'Existe que Dans la tête des hommes malades...