Ayrault, le timonier manchot du pédalo "France". Par Sébastien Plunian

Publié le 29 Septembre 2012

  // Le   Floc'   HIngton  POST

 ” Capitaine de pédalo “, le mot avait fait grand bruit durant la dernière campagne présidentielle française. Il visait le candidat Hollande, mais omettait de préciser deux choses que son auteur, Jean-Luc Mélenchon, le Robespierre ultra-nationaliste de la fête de l’Huma, tout comme les adversaires de(s) droite(s) de l’ex candidat du PS semblent toujours ignorer :  dans les eaux internationales, la France n’est effectivement aujourd’hui presque seulement qu’un pédalo, et peu importe la nature de son capitaine, l’ultra énergique brasseur de vent Sarkozy ou son successeur et ses promesses électorales de moulin à vent, la frêle embarquation dépourvue de mât n’augmentera ni sa vitesse ni sa stature, elle ne redeviendra jamais plus paquebot et peut bien se contenter avant de sombrer dans l’océan des peuples européens d’être dirigée par un commandant de timonerie sans radar ni système de positionnement tel que Jean-Marc Ayrault, au charisme flasque et dont les manoeuvriers se foutent, multipliant entre-eux les accrochages et crocs-en-jambes, les uns voulant aller à tribord, les autres, eux, à bâbord, ceux qui restent se demandant toujours où se situe leur main droite pour mieux repérer leur gauche … Peu importe donc en réalité la nature de l’équipage, notre “Une et indivisible” sur l’Empire de laquelle le soleil ne se couchait naguère jamais est désormais priée par la terre entière de faire moins de bruit en acceptant de passer de la corne de brume au sifflet et de rester beaucoup plus près de la plage de la côte européenne, risquant dans le cas contraire de croiser au large de véritables vaisseaux de guerre dont le simple déplacement sur l’eau et les remous qui en résulteraient suffiraient à la retourner et de précipiter à la mer un équipage si français qu’à force d’ouvrir sa gueule à tout va, il en mourrait vite noyé …

Qu’on y songe, la visibilité européenne de jean-Marc Ayrault se limite au dossier allemand et sur le plan international, François Hollande et Laurent Fabius adoptent désormais, parce qu’ils y sont contraints, une méthode plus discrète et davantage apaisée que celle menée par un Sarkozy qui finissait par exaspérer par son agitation incessante et peu productive les plus diplomates de nos partenaires et/ou concurrents. Pour autant, même si le traitement médiatique a pu permettre de se l’imaginer, il n’existe en réalité aucun abandon qui aurait succédé à un glorieux activisme de la France !

Les positions du gouvernement français sur la crise syrienne le démontre, à ceci prêt que le pragmatisme des militaires semble s’imposer à Hollande : il vaut mieux s’agiter verbeusement que de s’engager dans un conflit avec un pays, et il s’agit bien de la Syrie, pas de l’Inde et surtout plus de la Lybie, dont l’Armée possède deux fois plus d’avions de chasse que le vôtre ! Surtout à une période où les troupes terrestres de notre coque de noix tricolore sont désormais passées, c’est historique, sous la barre des 100 000 hommes, ce qui laisse au final, une fois les éléments de commandement ou administratifs, logistiques, de soutien, retirés de ce chiffre, ainsi que les membres des fanfares, une troupe de soldats à peine capable de mater en moins d’un mois la révolte d’un maquis de chasseurs un peu énervés des Monts d’Arrée …

La solide gestion apparente par Sarkozy durant son règne de quelques dossiers, la crise en Géorgie ou l’intervention française en Côte d’Ivoire ne saurait masquer l’influence aujourd’hui particulièrement déclinante de la France au sein des instances internationales, ni sa faiblesse économique internationale : avec la même monnaie, le déficit de la balance commerciale française était en 2011 de 70 milliards d’euros quand l’ Allemagne affichait un excédent de 100 milliards.

Et que l’on ne prenne pas les Bretons pour des imbéciles, même si Hollande et Ayrault sont à pleurer, ils n’étaient pas au pouvoir en cette année 2011 alors que la droite l’était elle depuis près de dix ans sans pouvoir elle-même, dans ce domaine comme ailleurs, se prévaloir d’un bilan folichon !

Dernière chose, même cette langue qui nous fut si durement imposée paraît bien avoir du plomb dans l’aile … La francophonie n’a jamais autant été menacée par celle des anglo-saxons car les pays commercialement expansionnistes comme la chine qui étendent aujourd’hui leur zone d’influence sur le continent africain qui a réalisé quant-à lui une augmentation de sa croissance de 5 % en dix ans, le font en anglais …

Quand on réfléchit au fait que le Japon, les Etats-Unis et même le Brésil y sont eux-mêmes de plus en plus présents, et, ce n’est qu’un début, que l’Europe économique parle anglais, mais aussi que celle politique et fédérale de demain l’aura certainement pour langue d’usage commun unique entre ses peuples et leurs représentants, on se dit qu’une sorte de justice immanente et particulièrement ironique semble être à l’oeuvre et qu’il serait bien possible un jour de voir interdire en Bretagne, dans des écoles publiques comme privées devenues britto-anglophones, l’usage d’une langue d’un pays passéiste, peuplé de petits ploucs jacobino-franchouillards et que le modernisme tout autant que la nécessaire évolution économique et sociétale du peuple Breton et de sa jeunesse ne pourrait tolérer d’avantage …

 

On parlera-là aussi sans doute d’effet ” boomerang ” !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

LMarie-claire Muller 29/09/2012 17:39


Merci pour le peuple passéiste!! qui c'est celui là qui se permet d'ouvrir sa g..... contre mon Pays et son peuple?On ne lui demande rien.LA FRANCE EST UN GRAND PAYS CONVOITE PAR LES ANGLAIS LES
AMERICAINS LES ALLEMANDS ET MAINTENANT PAR LES AFRICAINS DU NORD COMME DU SUD! Mais la France  a toujours sû lutter contre ces faux fréres et se réveillera ,c'est sûr que la gauche n'est pas
un cadeau,c'est elle qui fait les beaux jours aux ennemis de la France!


L'emmerdant c'est la rose
Pour moi le dix mai il y a trois ans fut un jour extraordinaire  
A bien marquer d'une pierre, oui vraiment  
L'Elysée prit pour sept ans un drôle de locataire,  
Un socialiste exemplaire  
Mitterrand  
 
L'emmerdant  
C'est la rose l'emmerdant  
C'est la rose l'emmerdant  
C'est la rose crois-moi  
 
La rose nous pique au sang  
La France est au goutte-à-goutte  
S'endettant coûte que coûte  
Pour longtemps  
A ce rythme évidemment  
C'est bientôt la banqueroute  
Car c'est déjà la déroute  
En chantant…  
 
L'emmerdant  
C'est la rose l'emmerdant  
C'est la rose l'emmerdant  
C'est la rose crois-moi  
 
Ce soir à Champs-Elysées  
C'est la fiesta  
L'inflation elle c'est pas la joie  
Le téléphone et l'essence en font foi  
 
Je dédie au Président  
Cette chanson, ce poème  
En forme de requiem  
En chantant  
 
L'emmerdant  
C'est la rose l'emmerdant  
C'est la rose l'emmerdant  
C'est la rose crois-moi  
 
Ça remplace un référendum, ça  
On continue  
 
L'emmerdant  
C'est la rose l'emmerdant  
C'est la rose l'emmerdant  
C'est la rose crois-moi
 
THIERRY LE LURON  
 
 
Et c'est toujours véridicte L'emmerdant c'est la rose l'emmerdant! 


 

DUVAL Maxime 29/09/2012 12:05


Oui, c'est sûr, ça va pas être facile d'avoir "20 ans dans les Monts d'Arrée" pour plagier le titre d'un certain film... et d'aller forcé contraint écouter les prêches à la mosquée de Brest ou de
Pont-Aven en anglais d'Abu dhabi ou de Shanghai...  et je vous trouve la lippe bien gourmande et féroce donc devant ce que vous estimez être la justice immanente s'abattant sur notre France.


Surtout, ne m'apparait pas clairement le fond de votre pensée et où vous voulez en venir.