Banlieues : les convertis d'Allah par François Bousquet

Publié le 9 Novembre 2012

Français convertis à l'islam

Par François Bousquet  de Valeurs actuelles

Ils sont de plus en plus nombreux, reconnaissables à leur profil européen dans les mosquées et dans les rues. Frappés d’amnésie, ils ne se reconnaissent que dans le Coran et tiennent la loi française pour illégitime. Certains basculent dans le djihadisme, comme Jérémie Louis-Sidney, récemment tué par la police.

Désormais, les frontières de l’État passent à l’intérieur des villes, avait lâché le maire de Philadelphie, il y a presque un demi-siècle, après plusieurs nuits d’émeutes dans sa ville. Il ne croyait pas si bien dire. S’il y a une catégorie de la population qui lui donne raison, ce sont les convertis à l’islam. Amis ou ennemis ? Pour les djihadistes, la réponse ne laisse planer aucun doute. Le phénomène s’observe un peu partout : en France, au Royaume-Uni, en Belgique, en Allemagne. C’est « une sorte de terrorisme domestique qui a germé dans notre propre cour », selon les mots de Wolfgang Schäuble, aujourd’hui ministre des Finances du gouvernement Merkel. (Comment ne pas songer à Pascal Boniface qui estime dans son livre qu'il ne faut pas avoir peur de l'islam! Serait-il converti lui-même ou stupide au point de gober tout ce qui passe en voile? ndlr Gérard Brazon)

On en a eu tout récemment une illustration avec Jérémie Louis-Sidney, Français d’origine antillaise, délinquant de son état, converti à l’islam, soupçonné de l’attaque à la grenade d’une épicerie juive de Sarcelles, dans le Val-d’Oise, le 19 septembre dernier. Tué lors d’un échange de coups de feu avec la police venue l’interpeller, il appartenait à un groupuscule djihadiste. Sur les douze suspects interpellés, sept ont été déférés devant le parquet de Paris, dont Jérémy Bailly, peut-être l'inspirateur du groupe, un Français de “souche” converti. Tous se croyaient à Gaza-sur-Seine. La police les soupçonne d’avoir voulu préparer une série d’attentats contre des cibles juives.

Petits délinquants et convertis “autoradicalisés” à l’école du cyber-djihadisme, le profil n’est pas nouveau, même si, comme le relève Mathieu Guidère, professeur "d’islamologie" et auteur des Nouveaux Terroristes (Autrement, 2010), « l’affaire Merah a fait sauter un verrou, celui du passage à l’acte »

(à Noter que ce Monsieur Guidère fût entre 2004 et 2007, chargé de mission à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en qualité de « tuteur académique » du fils de l’Émir du Qatar. source Wikipédia- Il faut noter également que Mathieu Guidère ne fait pas l'unanimité bien qu'il soit reçu sur tous les plateaux de télévisions. Voici ce qu'en dit Pascal Hilout né Mohamed dans un article de riposte LaïqueMathieu Guidère n’a pas encore compris que la polygamie sert avant tout à étaler et à étendre sa domination sexuelle et politique parmi les tribus et les alliés -à propos de Mahomet.) 

Louis-Sidney et les autres sont cependant loin de constituer des cas isolés. On se souvient du braqueur Lionel Dumont, le “Gaulois d’Al-Qaïda”, membre du gang de Roubaix et auteur d’une tentative d’attentat contre le G7 en 1996, ou de Muriel Degauque, boulangère originaire de Charleroi, qui s’est fait exploser en Irak, en 2005, au passage d’une patrouille américaine.

Et que dire des deux Français convertis impliqués dans la vague d’attentats de 1995, Joseph Jaime (alias Youssef) et David Vallat (alias Rachid), qui s’étaient rencontrés en Afghanistan, où ils se préparaient à la guerre sainte. Ils dirigeaient le réseau Chasse-sur-Rhône (Isère) en charge de la logistique. Au dernier moment, ils prirent peur.

Le Groupe islamique armé algérien (GIA) recruta alors une autre équipe dans une cité voisine, à Vaulx-en-Velin. C’est là qu’intervient Khaled Kelkal, délinquant “réislamisé” en prison. Rappelons également qu’au temps de Ben Laden, Al-Qaïda était l’organisation islamique qui comptait le plus de convertis (10 à 20 %). On dénombre désormais, parmi ces djihadistes, de plus en plus de femmes converties (10 % des effectifs, selon Mathieu Guidère).

À la suite des attentats du 7 juillet 2005 en Grande-Bretagne (qui impliquèrent quatre kamikazes, dont un converti d’origine jamaïquaine), les Renseignements généraux français avaient isolé un échantillon de 1 610 convertis repérés par la police comme prosélytes et impliqués dans des faits de délinquance. Plus de 50 % d’entre eux appartenaient à la mouvance fondamentaliste et 4 % s’étaient convertis en prison, où l’islam est majoritaire, au dire de Farhad Khosrokhavar, auteur de l’Islam dans les prisons (Balland, 2004), – « entre 50 et 80 % dans les établissements proches des quartiers sensibles ».

À cet égard, on peut parler d’islam carcéral, “voyoucratie” adossée à une force pluriséculaire, le Coran, dont l’affaire Halimi – du nom de ce garçon enlevé, séquestré et torturé trois semaines durant par le “gang des barbares”, dirigé par Youssouf Fofana, petit caïd d’origine ivoirienne, emmuré dans sa folie antisémite, à moitié bègue, rongé par le ressentiment, en proie à une haine généralisée – a révélé l’étendue sous une forme pathologique.

Dans Tout, tout de suite (Fayard, 2011), un livre brut de décoffrage consacré à l’affaire, le romancier Morgan Sportès s’est dit « effaré » lorsqu’il a découvert « que sur les vingt-sept personnes impliquées [toutes musulmanes], huit [s’étaient] converties à l’islam, simplement parce que l’islam était la religion de leurs copains ».

Sportès ajoute que certains protagonistes, prédateurs sans envergure prêts à se damner pour une paire de Nike ou un lecteur MP3, écrasaient dans la journée leur cigarette sur Ilan Halimi tout en expliquant le soir à leurs amis que l’islam est « une religion de charité » ! Les spécialistes évoquent un “islamo-banditisme”, il serait plus juste de parler de “charia de la caillera”.

Jusqu’aux années 1980, les conversions concernaient une élite en quête de spiritualité ou d’orientalisme, dont René Guénon et le chorégraphe Maurice Béjart demeurent les modèles. Le choix de l’islam passait souvent par le chemin escarpé du soufisme, forme mystique de l’islam. Au surplus, les conversions étaient individuelles.

Désormais, elles acquièrent une dimension collective, comme au temps du Bas-Empire, quand les peuples vaincus épousaient la religion du vainqueur. C’est visible dans les banlieues, où une jeunesse sans repère embrasse la foi islamique pour se conformer au modèle dominant.

« Épouser l’islam, note l’un des meilleurs connaisseurs du sujet, Samir Amghar, devient un moyen d’éviter la relégation, liée à son origine française, tout en acquérant des formes de prestiges symboliques : une respectabilité et une notabilité sociale fondée sur l’islam. » Selon le même Samir Amghar, « 25 à 30 % des effectifs salafistes [en France] sont d’origine franco-française et environ un sur dix chez les Ahbashs [courant néo-soufi originaire du Liban], prioritairement des jeunes d’origine antillaise et d’Afrique centrale ».

L’alliance du consumérisme et du ritualisme

Désormais, les conversions passent moins souvent par le Tabligh, mouvement piétiste à forte coloration sectaire qui a participé activement à la réislamisation des deuxième et troisième générations issues de l’immigration. Ce sont les salafistes, en phase avec ce que le sociologue Patrick Haenni a appelé « l’islam de marché », qui ont le vent en poupe. D’essence wahhabite, la branche la plus fondamentaliste de l’islam, ils vivent repliés du monde extérieur perçu comme impie et prêchent un littéralisme étriqué, tout en mêlant consumérisme effréné et ultraconservatisme, réislamisation du champ politique et américanisation de la société civile, nourriture halal et fast-food.

L’autre grand pourvoyeur de recrues pour un islam prosélyte et missionnaire, est le mariage mixte. Interdiction pour une musulmane d’épouser un non-musulman (il en va différemment pour les hommes, mais dans tous les cas, les enfants seront musulmans). On dira que ce sont là des conversions de confort. Leur quasi-automaticité n’en constitue pas moins autant de renforts pour la religion de Mahomet.

Se convertir, c’est souvent s’éloigner de ses proches, sinon même devenir un étranger, parfois un ennemi, que les parents ne reconnaissent plus. Les barbes poussent, les tranches de jambon restent dans l’assiette, les voiles masquent les visages. C’est un phénomène d’assimilation à l’envers doublé d’un rejet violent de la culture d’origine. Il n’est du reste pas rare que les convertis parlent des “céfrancs” comme s’il s’agissait d’étrangers.

L’exemple de Ribéry est à cet égard édifiant, lui qui met autant d’énergie à ne pas chanter la Marseillaise qu’à faire sa prière publiquement. Ainsi les anciennes appartenances sont-elles rejetées au profit des nouvelles allégeances, sans aucun recul critique.

C’est qu’il y a une faille psychologique chez les convertis, qui n’est jamais abordée dans une société laïque où prévaut le libre choix confessionnel : la question du parjure, ce qu’on appelait naguère les “renégats”. Elle conduit souvent les néomusulmans à en rajouter pour (se) prouver qu’ils sont bien des “born again” et ne pas avoir à interroger la part d’eux-mêmes qu’ils ont abandonnée.

Le prix Nobel de littérature, sir V. S. Naipaul, qui a beaucoup enquêté sur l’islam dans les pays non arabes (Malaisie, Pakistan, Indonésie), faisait remarquer que l’islam, partout où il s’est implanté, à l’exception notable de l’Iran, a produit un phénomène d’acculturation foudroyant, effaçant les traces du très riche passé préislamique. Les populations, observe-t-il, sont frappées d’amnésie. Et de fait, dans la culture musulmane, le passé préislamique est renvoyé dans le monde de la jahiliya, l’“ignorance”.

Or aujourd’hui, dans un contexte religieux déterritorialisé et déculturé, l’ignorance est un atout redoutable, ou plutôt « la sainte ignorance » analysée par Olivier Roy. Elle est la pièce maîtresse du salafisme, suppléé par la schizophrénie de ses adeptes, qui conjuguent cyber-modernité et mythification d’un passé arabe reconstruit de toutes pièces par les chaînes satellitaires du Golfe et l’“islamosphère”.

À les voir s’habiller à la saoudienne, on ne peut s’empêcher de penser que les salafistes se livrent à une surenchère religieuse pour masquer la précarité de leur islamité. Que dire alors des convertis européens, parmi lesquels ces marionnettes au regard vide que sont les djihadistes, qui ajoutent à la précarité de leur condition la facticité d’une arabité désespérément revendiquée ? Comment ne pas voir en eux des pièces rapportées qui n’ont de raison d’être que dans la mesure où l’Europe n’a rien à leur opposer, sinon sa propre amnésie historique et son refus d’assumer ses fondations chrétiennes ? 

François Bousquet 

Valeurs actuelles cette semaine

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

Marie-claire Muller 09/11/2012 21:59


Ceux qui sont recrutés sont pour la plupart des gens naïfs et faibles ou paumés que les "recruteurs" charment dans un premier temps(comme le serpent du livre de la jungle") et ensuite ils leur
imposent la marche à suivre par un lavage de cerveau comme le font tous les gourous!Que font ceux qui pourchassent les sectes,celle là est de loin la plus dangereuse!!!!

Claude Germain V 09/11/2012 20:04


Laids ,ridicules et tetes de CONS........ aucun charisme ...................  dommage que le ridicule ne tue plus

DURADUPIF 09/11/2012 14:56


Ces convertis décérébrés de la dernière averse à cette secte islamiste, toujours pas interdite formellement dans notre exagone, devraient être sévèrement punis à la moindre incartade à la Loi de
La République. Car ils s'avèrent être des multirécidivistes courageux dans leur Pays, bonne fille, qu'est la France. On est Français, on est chez nous = on fait ce que l'on veut. Diable...plus on
est de fous !!!