Belkacem, l’Islam et les Cathos : la liberté d’expression à la carte.

Publié le 9 Janvier 2013

A la suite des publications de nouvelles caricatures de Mahomet par le journal satirique Charlie Hebdo, la porte-parole du gouvernement, Najat Belkacem a affirmé « la nécessité de ne pas jeter de l’huile sur le feu », dénonçant le travail des dessinateurs et reniant, au passage, la liberté d’expression.

Dans le même temps, son camarade Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale, soutenu par le président Hollande, interdisait aux établissements catholiques de débattre sur le mariage homosexuel.

Interdire aux Chrétiens de s’exprimer sur un sujet de société tout en dénonçant ceux qui oseraient critiquer l’Islam : la république socialiste islamiste, c’est maintenant ?

24h Actu

hollande-drapeaux-étrangers  L’année dernière, quand des crétins subventionnés s’amusaient à déverser des excréments sur le Christ dans des salles de théâtre fiancées par le contribuable, les socialistes et Belkacem trouvaient cela formidable et défendaient becs et ongles la liberté d’expression contre l’obscurantisme religieux.

La semaine dernière, quand la cible des attaques est devenue l’Islam, l’amour de la libre expression deNajat Belkacem s’est envolé et la spécialiste du communautarisme, ancienne représentante officielle d’un roi du Maroc pas très démocrate, a mis en garde les auteurs qui pourraient « jeter de l’huile sur le feu ». Recouvrir le Christ de déjections constitue une formidable manifestation de liberté, mais dessiner Mahomet est une vilaine provocation. #deuxpoidsdeuxmesures

Najat Vallaud-Belkacem et ses camarades socialistes n’avaient pas de problème à « jeter de l’huile sur le feu » quand son parti, pourtant au pouvoir, organisait des manifestations avec de nombreux slogans violemment antichrétiens, sans que cela n’émeuve quiconque, pour défendre le pouvoir en place et son projet totalitaire de mariage pour tous et d’homoparentalité !

Cette affaire illustre encore une fois les rapports malsains du gouvernement avec les Musulmans. Les socialistes ont été portés au pouvoir par les Musulmans de France, qui leur ont fait comprendre, dès le soir de la victoire de François Hollande, qu’ils attendaient un retour d’ascenseur. Qui a oublié les drapeaux tunisiens et algériens flottant place de la Bastille, pour célébrer l’élection d’un président de la France ?

Nos bons socialistes, dans leurs calcules politiciens, se font toujours un plaisir de prouver leur attachement à la laïcité et leur mépris du religieux sur le dos des Chrétiens, ce qui leur permet par ailleurs, en toute discrétion (le soir du 6 mai ça c’est un peu vu tout de même), de courber l’échine devant les Musulmans et l’Islam. Diviser pour mieux régner, dresser les Français les uns contre les autres pour imposer son nihilisme…

A quand les sacrifices de chrétiens, infidèles et des lapidation sur les places publiques ?

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article