Béziers : dans la France de Valls-Taubira, Julien meurt en pleine feria, massacré pour une photo

Publié le 16 Août 2012

Par Caroline Alamachère de Riposte-Laïque

Assez !

IMAGE 183Assez de ces mises à mort pour une cigarette refusée, pour un regard croisé, pour avoir photographié un réverbère, pour avoir possédé un portable, pour des cheveux trop longs, pour une photo devant une moto précieuse au point de s’acharner sur un homme jusqu’à le crever sur un trottoir !

Mais dans quel pays vivons-nous ? Quelle civilisation chèrement acquise sommes-nous en train de renier en acceptant que des citoyens ordinaires meurent jour après jour après une rencontre avec des barbares ?

Julien Portale, jeune papa d’une petite fille et ayant à cœur de s’occuper de personnes en difficulté et handicapées, a malheureusement croisé un barbare samedi soir, un barbare qui l’a laissé sur le carreau et s’est enfui pour revenir peu après avec le renfort d’autres barbares comme lui pour une séance de défoulement physique, tandis que la feria se terminait.

A proximité des chapiteaux de l’avenue Saint-Saëns à Béziers, Julien, accompagné de ses amis, désirait prendre une photo avec sa copine devant une moto. Mal lui en a pris, le propriétaire de la moto – à moins qu’elle n’ait été volée, compte tenu de la colère engendrée par une simple photo -, un videur de boîte de nuit, en principe formé pour garder son calme, a tout d’abord frappé la jeune femme en lui assénant un coup de poing. Rien que là on sent déjà bien le courage du type…

Julien a voulu prendre la défense de son amie mais le barbare lui a à son tour donné un coup au visage qui l’a projeté à terre. Les amis de Julien s’en sont mêlés mais n’ont pu empêcher que le jeune homme écope de deux autres coups de pied avec des chaussures coquées en pleine tête, avant que le type ne détale avec sa moto chercher du renfort. Pendant ce temps, les pompiers arrivés sur les lieux ont tenté de ranimer Julien dans le coma avant de l’emmener à l’hôpital où il est décédé.

Ses amis étaient toujours sur les lieux quand les barbares sont revenus à la charge pour s’en prendre à eux, ayant sans doute préféré attendre le départ des pompiers pour réapparaître, car tout le monde sait que les racailles ont la lâcheté contagieuse…

Le père de l’un des garçons agressés raconte « Trois autres videurs équipés de gants coqués et de chaussures coquées. Ils s’en sont pris d’abord à mon fils, Luc, et à un de ses amis car c’étaient les deux qui avaient mis en fuite le meurtrier de Julien. Puis, ensuite à nous qui avons pris leur défense. Et bien qu’on se soit retrouvés à neuf contre eux quatre, on n’a pas fait le poids. Ils nous ont laminés ». Un autre âgé de 17 ans s’est retrouvé lui aussi plusieurs heures dans le coma après deux coups de poing au visage « Vous vous rendez compte de l’enfer qu’on a vécu. Avec ces molosses, qui doivent généralement calmer les situations et surtout pas les enflammer, ça aurait pu être un carnage car, c’est une certitude, ils étaient venus pour terminer le travail… ».

L’un des amis de Julien conclut : « Je ne veux pas de vengeance. Je veux juste que les gens sachent que tout le monde peut crever comme ça, pour rien ».

Oui, en France, on peut tous crever comme ça, pour rien, pour une photo, pour une cigarette, pour un regard, pour des cheveux trop longs.

Quant au meurtrier présumé, âgé de 28 ans, il a été mis en examen mais a manifesté plus de précipitation à se délester de sa part de culpabilité sur le dos d’un autre plutôt que de faire preuve de remords. L’autre barbare incriminé, âgé lui de 43 ans, a carrément nié toute implication mais a tout de même été placé sous contrôle judiciaire. Bien sûr, ils n’ont rien fait, ce n’était pas eux… le refrain habituel des racailles pour qui la vie d’un homme n’a pas plus de valeur que celle d’un insecte qu’on écrase du pied.

Il n’est pas acceptable qu’un peuple civilisé qui donne des leçons de droits de l’Homme au monde entier voit ses propres droits humains bafoués sur son sol, que ce peuple soit au quotidien victime de meurtriers dont l’humanité n’est même pas embryonnaire et qui n’ont que le goût du sang et de la mort comme chemin de vie.

Il devient urgent, pour ne pas dire urgentissime, de prendre des vraies mesures, concrètes et efficaces. Sarkozy avait promis le karcher, nous n’en avons rien vu, Hollande, ma foi on ne sait plus très bien ce qu’il a promis, vu qu’il a effacé son programme dès le lendemain de son élection. Valls et Taubira eux promettent monts et merveilles mais seulement aux racailles. Bref, devant tant de laxisme le peuple risque malheureusement de ne plus pouvoir compter que sur lui-même pour se défendre, à moins qu’il n’accepte de se résigner à disparaître… un jour après l’autre.

Qui sera le prochain à croiser un barbare en sortant d’un cinéma, d’un restaurant, d’un bus, de sa voiture, ou bien en prenant une simple photo dans la rue ? Ca peut être vous, ça peut être moi…

Caroline Alamachère

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Aaron 18/08/2012 22:46


Votre comparaison est juste,  Mika.


Effectivement leur salaire esr inversement proportionnel à la taille de leur cerveau de colibri.


Qunt au meurtier que peut-il espérer? 10 à 15 ans de réclusion, etlibre au bout de 7 à 8 ans pour bonne conduite en prison? Dernier détail: quel estsn prénom? Vladimir? 

mika 17/08/2012 00:46


Les crimes et délits semblent se multiplier au moment ou Mme Taubira souhaite assouplir l’emprisonnement systématique. La question mérite quand même d’être posée,
ponctuellement pour les auteurs de délits mineurs et pas systématiquement pour les mineurs auteurs de délits surtout quand ils sont assortis d’agressions violentes.


Et j’invite la Ministre à une autre réflexion qui concerne les amendes.


Pour des " prestations tarifées illégales" deux footeux argentés risquent une amende de 45 000 euros.


Un reportage télé laisse entendre qu'aucun des 2 ne semble affecté par une décision du tribunal.


45 000 euros, c'est ce qu'ils gagnent en 1 séance d'entrainement mais pour nombre de citoyen cela représentent 2 années de salaires...et je ne parle pas de
ceux qui sont au chômage.


Ne serait-il pas plus juste que la loi raisonne en fonction d’une échelle de revenus pour fixer la pénalité financière ?


Si nos deux stars du ballon encouraient 2 ans de leurs émoluments seraient aussi serins ?

Polux 16/08/2012 21:57


Malheureusement, en France nous n'avons pas de 2ème amendement...!!!