Bien pensance, relativisme, politiquement correct dans le Loir et Cher!

Publié le 29 Avril 2010

Le Loir et Cher c’est, dans les esprits des urbains, une chanson. On dirait que ça te gène de marcher dans la boue  de Michel Delpech. Ce qui donne l’impression que tout le Loir et Cher est dans la boue avec des bottes et que ça sent le foin partout. Sous entendu, c’est la campagne, des paysans ! Certes, c’est la campagne, les villages sont petits, mais pour autant, j’ai pu constater que les habitants sont tout à fait informés. Et moi j'aime leur bons sens. Plus on est proche de la terre, plus on est proche de la vérité.

Ma famille habite dans le loir et cher,
Ces gens là ne font pas de manières.
Ils passent tout l'automne à creuser des sillons
A retourner des hectares de terre.
Je n'ai jamais eu grand chose à leur dire
Mais je les aime depuis toujours.
De temps en temps, je vais les voir.
Je passe le dimanche dans l'loir et cher.

Hélas, comme partout désormais, ils connaissent aussi les mêmes dérives que les urbains, ils ont leurs bien-pensants dans le Loir et Cher. Il y a aussi les mêmes états d’esprits qui consistent à se moquer des symboles et des valeurs de la république sans compter pour certains une propension au sexisme le plus cru et au relativisme le plus tordu.

Pour la bien pensance, c’est l’association CheptelAleïkoum » dont la consonance est plutôt curieuse dans ce coin du Loir et Cher. Car on est loin d’être dans le 18eme de Paris, ou dans le département  du 93 que les nigauts s'evertuent, pour faire jeune, moderne, à la page et branché à appeler le 9-3.

J’ai été prévenu d’un petit scandale à Mondoubleau. Une petite ville de 2500 habitants. J’ai retrouvé l’article sur la Nouvelle République que je vous donne à lire.

 

Une '' Marseillaise '' échauffe les esprits à Mondoubleau

La distribution du texte très spécial d'une '' Marseillaise '' détournée dans le collège de Mondoubleau est remontée jusqu'au ministre.

        Samedi dernier, le Cheptel Aleïkoum, compagnie en résidence à Saint-Agil depuis cinq ans et dont l'excellent travail est reconnu de tous,(sic) organise des ateliers sur divers thèmes, fruits d'un travail qui a duré toute la semaine.
          Dans l'atelier musique, un artiste veut faire chanter « La Marseillaise », la vraie, sans trop de succès.(re sic)  Puis il livre sa propre version et en chante les deux premières lignes qui ne cassent d'ailleurs pas trois pattes à un canard. Le chant s'arrête là.
            Mais l'ensemble du texte est distribué à qui veut bien le prendre dans l'enceinte du collège. Et il faut bien convenir que sa teneur, par ailleurs médiocre, est surtout très grossière.
             Le texte arrive entre les mains d'un parent d'élève qui est aussi conseiller municipal. Il prend fort mal la chose et envoie des courriels de protestation, notamment à Gérard Arrambourg, inspecteur d'académie. (
Il est regretable que ce journaliste prenne autant de précautions oratoires - Le Conseiller municipal avait lui, compris la forfaiture du texte)
               Ce dernier ne mâche pas ses mots : « C'est un texte ordurier qui n'est même pas de mise dans un cabaret de bas étage. Je regrette ces faits, et j'ajoute que la principale a été mise devant le fait accompli. »
               Pendant ce temps, les esprits s'échauffent à Mondoubleau : les élus en parlent lors d'une réunion de concertation et pas pour dire du bien de cette version très sexuée de « La Marseillaise ». De plus, à l'entame d'un conseil d'administration du collège, la principale refuse d'aborder le sujet, arguant du fait qu'il n'est pas inscrit à l'ordre du jour, entraînant la démission d'un conseiller.
                 Maurice Leroy, averti se fâche à son tour : « J'ai saisi le ministre de l'Éducation nationale, car il s'agit là de faits graves, d'un manquement aux valeurs de la République à la veille même de la journée nationale de la commémoration du souvenir de la déportation. Un collège est un lieu qui doit être sanctuarisé, et, samedi dernier, le principe de laïcité n'a pas été respecté puisque '' La Marseillaise '' fait partie de la République et de nos valeurs. La création artistique est libre (sic), mais, dans cette affaire, il ne s'agit pas de culture artistique. Il est fort regrettable qu'un travail en amont n'ait pas eu lieu qui aurait permis d'éviter cet incident ».
                 Dans son courrier au ministre, le président du conseil général, tout en louant le travail du Cheptel, regrette surtout que la distribution a été faite dans l'enceinte du collège, en présence de la principale.
C'est effectivement le problème relevé par tous les protagonistes de ce qui est devenu à Mondoubleau une véritable affaire : ce n'est pas tant la teneur du texte qui a choqué mais l'endroit où il a été distribué. Et, de surcroît, à un public beaucoup trop jeune. (
Lire la suite ICI)

 

Moi ce qui me choque ce n’est pas seulement l’endroit où la distribution fût faîte mais le contenu du texte et l’utilisation de la Marseillaise. Notre jeunesse avec internet, la télévision, les vidéos n’a rien appris de plus qui pourrait la choquer.

Ma première réaction? c'est tout simplement scandaleux! Si j'avais été présent, j'aurais interpelé les responsables de cette atteinte à la dignité de notre hymne national. Cette hymne a accompagné la mort de bien des braves dans les combats.

Une atteinte gravissime aussi à la dignité de la femme traitée en fille publique, comme une prostituée, un être de rien, même pas une génisse qui, me semble t'il serait plus respecté!

 C'est indigne. Ceux qui ont permis cette chose en ne protestant pas ou en n'interpelant pas les fauteurs sont coupables de bêtises au mieux, d'insultes à la dignité digne des bas fonds de l'esprit !

Je rends hommage à ce Conseiller Municipal qui a eut une saine réaction. Je suis très étonné de lire dans la Nouvelle République la déclaration politiquement correct du Président du département vantant le travail de l’association. La teneur n’a pas choqué nous dit-on ! Mais seulement le fait de la distribution de ce texte dans l’enceinte du collège. Si cela avait été fait à l’extérieur, cela aurait été différent semble t’il ! L’inspecteur d’académie a raison mais la principale du collège se défausse sur un ordre du jour. Pitoyable glissement pour ne pas avoir à admettre l’insulte faîte à la femme, faîte à la Marseillaise.

Tout cela pour dire qu’il n’y a pas que dans les esprits parisiens que le relativisme sévit ! On banalise, les symboles, on méprise la femme, on vante le travail de "l’artiste", de l’association, c’est juste un dérapage sans importance, une erreur de distribution, excusez-nous, on recommencera plus ! Si j’étais à la place des responsables associatifs, politiques, ou culturels, je me poserai un certain nombre de questions sur l’état de déliquescence de la société que je souhaite promouvoir !

Je vous donne à lire ce torchon ! Après tout, moi je manque sûrement d’humour, je ne suis pas moderne. Pas cool. Mais que voulez-vous, je pense au 8 mai qui vient. A ceux qui sont morts pour la France. C’est ainsi.

Gérard Brazon

 

Allons enfants de la party

Le jour de foire est arrivé

Entre nous je la tire Annie

Et mon dard sans gland est levé

Etendez-vous sur vos compagnes

Jurez « soft héros sans sida »

Qui m’aime me suce dans mes draps

Engorgez les fesses de vos compagnes

 

Aux charmes ! Citoyennes

Otez vos bath haillons

Charmons qu’une aventure

Abreuve nos sillons

 

Association Cheptel-Aleïkoum de Saint-Agil dans le Loir et Cher (41)

Je vous laisse l'adresse pour le cas ou vous voudriez les féliciter !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

zarmagh 11/11/2010 13:35



La France récolte ce qu'elle a semé.



Gérard Brazon 16/05/2010 18:06



@ CC. Votre réaction n'a pas d'importance. elle ne vaut que par la provocation que vous souhaitez lui apporter. Que ces paroles reflètant l'irrespect envers un hymne national vous
fassent plaisir est une chose devenue classique dans notre société ou il est de bon ton de cracher sur le patriotisme et au delà, sur les hommes morts pour la France ou fusillés en chantant la
Marseillaise. Mais il y a aussi la volonté de réduire à un rien la femme en tant qu'objet sexuel. Que celà aussi vous fasse plaisir dénote un état d'esprit. C'est le vôtre, c'est votre problême,
je ne vous envie pas de votre manque de morale et de sentiments.



CC 16/05/2010 14:45



Merci! Votre article est pitoyable mais je vous remercie pour l'adresse, en effet j'ai envoyé un mail au Cheptel Aleikoum pour les féliciter, j'adore leur version de la Marseillaise.



Marc DOUCET 02/05/2010 15:38



Il y a malheureusement DEUX Pétain, le héros de Verdun et le traitre de 1940...trahison qui a provoqué l'entrée dans la Collaboration de trop nombreux Français qui sont allé jusqu'à mourir pour
le nazisme. Quand on est un homme on doit toujours réfléchir aux conséquences de son engagement, d'autant plus quand on est un homme politique d'une tel envergure !!! On peut pardonner à un
militant de base plus difficilement à un dirigeant qui est sensé donner l'exemple et cela est valable dans TOUS les cas...



sacco 30/04/2010 20:30



vous savez...on dit beaucoup de choses fausses sur Pétain.



Gérard Brazon 30/04/2010 18:07



Vous m'excuserez de ne pas vous suivre sur Philippe Pétain. Si je sais que cet homme avait 84ans, qu'il fût mis en place par des radicaux-socialistes et
autres défaitistes trop heureux de se délester de la charge de leurs responsabilités dans la défaite de 1940,  il n' en reste pas moins que Pétain a mis en place un système qui a abouti à la
"rafle" et à la collaboration avec les nazis. C'est un fait qui ne peut-être oublié si ce n'est pardonné!


Gérard Brazon



SACCO 30/04/2010 11:10



Très grivoise cette version ;)


Sinon, j'aime votre introduction "Plus on est proche de la terre, plus on est proche de la vérité."


Je partage tout a fait cet avis "La terre ne ment pas. Elle demeure votre recours, elle est la Patrie elle-même"  comme disait fort justement le Maréchal Pétain, dont certain veulent flétrir
la grandeur !