Bientôt un film sur le génocide vendéen - préface Gérard Brazon

Publié le 18 Décembre 2011

 

Tous les démocrates, tous les républicains ayant à cœur la justice, l'égalité, la liberté et la fraternité ne peuvent ignorer le massacre des Vendéens! La guerre civile qui eut lieu en Vendée a pris naissance non pas du fait que les Vendéens étaient des antirévolutionnaires mais par l'étincelle fatale de la réquisition de 300 000 français pour faire la guerre aux frontières menacées par une coalition étrangère! En pleine période de récolte, retirer les hommes des champs et laisser cette récolte sur pied avec les conséquences qui allaient survenir pour les familles fut la véritable raison! Ce n'est pas un complot de nobles qui sema la discorde, ce n'est pas l'anglais, les contre-révolutionnaires, c'est le manque de vision à long terme, l'arrogance de certains à Paris, celle des représentants de la République en Vendée. Cette révolution, ne fut pas paysanne, encore moins ouvrière, elle fut le fruit d'une longue maturation des idées des siècles des lumières mis en scène par la bourgeoisie humaniste pour beaucoup. L'Enfer est pavé de bonnes intentions.Le sang vendéen le recouvrit en majeure partie!

Lire à ce sujet l'entretien avec Reynald Secher paru n° 57 (No-dec 2011) dans la Nouvelle Revue Historique! Une revue qui a banni le politiquement correct en matière d'Histoire de France. Car la guerre de Vendée fut un véritable génocide oublié et qui dépasse en horreur bien des faits dont on demande repentance aujourd'hui. A commencer par les Colonies et l'Algérie. Il suffit pour s'en convaincre de regarder le vitrail de l'église des Lucs-sur-Boulogne. Le 28 février 1794, 564 personnes, dont 160 enfants, furent brûlées dans cette église ou tuées à la baïonnette! Sans compter le charnier découvert au Mans en 2009.

Cette page de notre Histoire mérite d'être examinée et surtout que l'on cesse de nous "gaver" avec les "excuses permanentes" que nous devrions faire à des pays qui, sans la France, n'existeraient pas ou si peu à tous les points de vue!

Il est excellent de dénoncer le génocide arménien et se faisant, se moquer des arguties du Turc Ergogan. Pour autant, il faut regarder aussi sous le tapis de la première République Française.

Et si cela nous interdisait à l'avenir de nous mêler de ce qui ne nous regarde pas, de ce qui ne regarde pas le peuple français dans son ensemble, que ce soit en Egypte, en Lybie, en Syrie et j'en passe, ce ne serait pas plus mal non plus ! Pour donner des leçons de civisme, de vérités et de démocratie à d'autres, il faut être sans faille! Ce qui, manifestement, n'est pas le cas. Hier comme aujourd'hui d'ailleurs!

Gérard Brazon

 

************** 

 

Signalé par Nancy VERDIER  

Parce que ce génocide doit être dénoncé.

Le Courrier de l'Ouest a consacré hier dans son édition de Cholet une pleine page à la question du génocide des Vendéens. Reynald Secher répond aux questions :

 "A partir de janvier 1794, on met un système mécanique, à grande échelle, pour massacrer la population. C'est un système militaire qui va se traduire par un nombre considérable de morts. J'estime qu'il y a eu au minimum 117.000 morts sur une population de 815.000 personnes en Vendée militaire. Il y a peut-être eu 200.000 ou 250.000 victimes. Mais le plus important ce n'est pas ça, c'est la volonté de cibler les femmes et les enfants.

 

Des lois ont été votées pour « exterminer les brigands ». Que disent-elles ?

La première, en date du 1er août 1793, prescrit trois choses : l'épuration de l'armée, la division de la population en deux groupes – on déporte les femmes, enfants et vieillards et on décide d'exterminer tous ceux qui restent – enfin on décide de transformer la Vendée en terre brûlée après avoir nationalisé tous les biens. Deux mois plus tard, un avenant à cette loi est voté qui prescrit l'extermination de tous les brigands, c'est-à-dire de tous les habitants de la Vendée militaire. La troisième chose, le 7 novembre, on débaptise la Vendée pour l'appeler Vengé.

Pourquoi estimez-vous qu'il s'agit d'un génocide ?


Le seul fait d'avoir voté la loi est un crime de génocide. En l'occurrence, en Vendée, il y a bien une volonté d’éradiquer une population et une mise en œuvre d'extermination.

 

Mais cette thèse est très contestée

 On me fait trois critiques majeures. Premièrement, ce n'est pas dû à la loi et à une décision politique, c'est tout le discours universitaire, mais aux dérapages d'un général. Deuxièmement, on dit que les massacres étaient réciproques et troisièmement qu'il n'y a pas de conscience. [...] Un certain nombre de généraux comme Turreau ou d'hommes politiques comme Carrier ont dit qu'ils ne faisaient qu'exécuter les ordres conçus par les membres du Comité de salut public mais on n'avait pas la preuve. Les preuves, je viens de les trouver aux Archives nationales, on a le dossier original de la volonté des membres du Comité de salut public d'éradiquer la race impure de la Vendée. Ce sont les députés eux-mêmes qui vont sur le terrain, assistés par l'armée, pour exterminer les gens, d'où Carrier à Nantes, d'où Francastel à Angers. On a la preuve incontestable puisqu'ils ont tout signé sur des petits bouts de papier.

Vous parlez aussi de « mémoricide » ? De quoi s'agit-il ?


C'est la mise en œuvre de la mécanique pour occulter le génocide. Moi je suis bouleversé par le fait que l'on puisse nier ce genre de crimes. C'est inacceptable. Ce qui s’est passé avec les Vendéens, c'est la même chose qu'avec les Arméniens ou les Juifs. [...]

Avez-vous d'autres projets concernant la mémoire de la guerre de Vendée ?


Je travaille avec un Américain sur la réalisation d'un film, une fiction, qui va poser la problématique pour la rendre universelle. Le scénario est écrit."

Michel Janva

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article

marco 19/12/2011 08:50


l'histoire retient au moins 200.000 morts fait par les républicains,alors que si les princes de l'époque avaient abandonner leurs rivalités,les royalistes auraient pu gagner la guerre contre les
bleus.

catherine segurane 19/12/2011 05:22


Pas convaincue.


Les Vendéens ont quand même déclenché les hostilités et mis la France en grand danger, lui créant un second front à l'ouest alors que toute l'Europe l'attaquait à l'est.


 


 

Yves IMBERT 18/12/2011 17:08


N'y aurait-il pas dans ce coup lâ,  entre autres et à un degré à vérifier,  un certain Maximilien dont les idées, que d'aucuns qualifient d'admirables,  suivent celles de Marx qui
engendreront les heures les plus sombres de l'histoire des pays de l'Est puis  l'époque française actuelle  des bobos-collabos


Dans le même registre il pourrait aussi être rappelé les dragonnades contre mes ancêtres protestants, quant à l'inquisition elle a existé surtout en Espagne même si en France jusqu'a la
révolution il était plus confortable d'être papiste que Juif ou cathare puis protestant

Vanpyperzele 18/12/2011 16:51


A force de se faire reprocher ou de reprocher les génocides,il y aurait peut etre lieu de faire un état général de tous les génocides dans le mondes.Beaucoup de pays que on ne soupconnerait
seraient désagréablement mis sur la touche.